PARTAGER
https://fr.shafaqna.com

SHAFAQNA – TRT : L’organisation humanitaire internationale, Oxfam, a annoncé, jeudi, que 195 000 cas suspectés d’être porteurs de choléra avaient été signalés au Yémen depuis le début de 2019.

Le choléra est une infection intestinale aiguë, due à l’ingestion d’eau, de boissons ou d’aliments contaminés par le bacille Vibrio cholerae, une minuscule bactérie en forme de virgule qui se transmet par des déjections, via des mains sales ou du matériel contaminé.

Dans un communiqué dont Anadolu a eu copie, l’organisation a mis en garde contre une nouvelle prolifération de cette maladie alors que les organes de secours peinent déjà à atteindre près de 40 000 Yéménites suspectés d’être porteurs de l’infection.

Plus de 3 000 personnes sont décédées depuis le début de l’épidémie en 2016, a indiqué Oxfam dans son communiqué soulignant que le nombre de cas d’infection au choléra est susceptible d’augmenter dangereusement à l’approche de la saison humide.

Le directeur du bureau de l’organisation au Yémen, Muhsin Siddiquey, a signalé que le peuple yéménite avait connu la pire épidémie de choléra de toute l’histoire durant ces quatre années d’affrontements armés entre les milices chiites Houthis et la coalition arabe en appui au gouvernement d’Abdrabbo Mansour Hadi.

Il a ajouté qu’une autre épidémie causerait de nombreux décès, ce qui représente une honte pour l’humanité.

Siddiquey a souligné que la communauté internationale devrait se mobiliser pour assurer l’acheminement des aides à tous ceux qui en ont besoin.

“Les retards enregistrés dans l’accès aux aides humanitaires menacent la vie de plus d’un million de Yéménites”, a-t-il déploré.

En décembre 2017, l’organisation mondiale de la Santé (OMS) a annoncé que les cas de choléra signalés au Yémen, depuis le 27 avril de la même année, s’élevaient à près d’un million, dont 2225 décès.

L’effondrement du secteur de la Santé à cause de la guerre, la famine et le manque d’accès à l’assainissement et aux services d’hygiène ont été à l’origine de la prolifération de plusieurs épidémies et maladies au Yémen.

Entre octobre 2017 et avril 2018, le pays a connu une épidémie de diphtérie qui avait fait 91 morts. Au total 1725 cas d’infection avaient été, alors, enregistrés.

Le Yémen est le théâtre d’une guerre entre la coalition arabe qui soutient les forces pro-gouvernementales et les milices Houthis d’une part, et les forces qui soutiennent l’ancien président Ali Abdallah Salah d’une autre part.

Quelque 27,5 millions de Yéménites sont pris dans ce tourbillon où la famine et la précarité sont les maîtres-mots.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here