PARTAGER
Égypte, coran

SHAFAQNA – IQNA: Selon Arab Sky News, Ali al-Jizawi vit dans une petite rue de la ville de Qana, dans le sud de l’Égypte, et transforme les vieux Corans en nouveaux Corans.

Al-Jizawi a commencé à relier et à restaurer les livres sacrés, il y a 52 ans, auprès de son père qui travaillait aux éditions Dar al-Kitab, et qui a aidé son fils à entrer dans cette maison d’édition où il a appris les méthodes de reliure.

پیرمرد مصری از یک عمر صحافی سنتی قرآن و انجیل می‌گوید
Pendant sept ans, Al-Jizawi a travaillé dans diverses maison d’impression au Caire, et est devenu un maître de la reliure. Il est ensuite retourné dans sa ville natale où il a créé un atelier de reliure et a décidé de se concentrer sur la restauration des Corans et des évangiles.

Depuis, il travaille en continu six jours par semaine, et est devenu le plus célèbre relieur de la ville de Qana et de sa banlieue.

À lire aussi: Mohamed Abdul Karim, un non-voyant égypptien qui a mémorisé le Coran à 6 ans + Photos

پیرمرد مصری از یک عمر صحافی سنتی قرآن و انجیل می‌گوید
Al-Jizawi a déclaré que ce sont les Italiens qui sont venus avec des machines pour faire le travail en moins de temps et avec moins d’efforts, et les Égyptiens ont hérité de la profession après le départ des Italiens.

« Les spécialistes de la reliure en Égypte, préfèrent les méthodes traditionnelles de reliure et travaillent comme ils l’ont appris il y a cinquante ans, ils n’aiment pas incorporer les technologies modernes et travaillent avec des outils très simples. Cet atelier existe sous cette forme depuis le siècle dernier. Je n’ai changé aucun de ses outils, les mêmes machines de découpe et les mêmes outils sont utilisés dans la restauration des livres et la reliure. On s’attend à ce que cette profession dure encore 10 ans, car les imprimeries ont fait beaucoup de progrès qui facilitent le travail de couverture des livres et des magazines, et les jeunes n’ont pas la patience exigée par la reliure traditionnelle. Pendant mon temps libre, j’écris des versets du Coran sur du papier que j’accroche aux murs de mon atelier, pour augmenter mes moyens de subsistance. J’éprouve un certain réconfort à travailler avec les Écritures et je ne me sens pas fatigué après de longues heures de travail, même si je fais ce travail depuis cinquante ans, 24 heures sur 24 », a-t-il dit.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here