PARTAGER
fr.shafaqna - Les caractères et les choses qui devront être pris comme un modèle à suivre

SHAFAQNA – L’objectif essentiel et final de tous les prophètes consistait à éduquer et former, correctement, les êtres humains, et les conduite à la perfection et au salut éternel. Dans ce parcours, l’une des méthodes essentielles et l’une des approches pratiques consistent à s’atteler à cette formation, et à cette éducation,  via les exemples, les modèles à suivre.

En se référant au noble coran et aux hadiths des Imams Infaillibles (bénis soient-ils), nous constations que l’accent y est, considérablement, mis sur la formation et l’éducation de l’être humain par le truchement des exemples à suivre.  Le noble coran présente, à maintes fois, les prophètes, les hommes jutes et les peuples comme des exemples et des modèles à suivre :

« En effet, vous avez dans le Messager d’Allah un excellent modèle [à suivre], pour quiconque espère en Allah et au Jour dernier et invoque Allah fréquemment ». « Certes, vous avez eu un bel exemple [à suivre] en Abraham et en ceux qui étaient avec lui, quand ils dirent à leur peuple: «Nous vous désavouons, vous et ce que vous adorez en dehors d’Allah. Nous vous renions. Entre vous et nous, l’inimitié et la haine sont à jamais déclarées jusqu’à ce que vous croyiez en Allah, seul». Exception faite de la parole d’Abraham [adressée] à son père: «J’implorerai certes, le pardon [d’Allah] en ta faveur bien que je ne puisse rien pour toi auprès d’Allah». «Seigneur, c’est en Toi que nous mettons notre confiance et à Toi nous revenons [repentants]. Et vers Toi est le Devenir ».[1]

Lire aussi : Les effets éducatifs de la foi en le Jour de la Résurrection dans la vie individuelle et sociale

Dans la Sunna (la tradition), aussi, sont nombreux les hadiths des Imams Infaillibles (bénis soient-ils, qui nous sont parvenus. Ici, nous nous contentons de mentionner un hadith de celui qui est l’exemple parfait qui marque l’histoire de l’humanité, c’est-à-dire le vénéré Imam Ali (béni soit-il),  dont toutes les dimensions de la vie nous sont un exemple, un modèle à suivre. S’agissant du fait que le noble prophète de l’islam( que le salut de Dieu soit sur lui et sur ses descendants), nous lisons, ainsi, l’avis du vénéré Imam Ali(béni soit-il), rapporté dans la Voie de l’Eloquence ( Nahj ul-Balâghah) :

« la Sira du noble prophète( que le salut de Dieu soit sur lui et sur ses descendants), est un exemple suffisant pour vous , et  une preuve évidente concernant les vices  du monde, ses défauts, ses disgrâces innombrables ; il a avait été privé de tout dans le monde, , tandis que ses flancs avait été répandus pour les autres, il a été privé du lait du monde et il se détourna de ses ornements ».

Donc, prends ton prophète  comme un exemple à suivre, d’autant plus qu’il est  l’exemple le plus pur et le plus parfait. Le plus aimé des serviteurs auprès Dieu est celui qui suit Son prophète et lui emboîte le pas. Dans une autre phrase, le vénéré Imam Ali (béni soit-il), dit :

«  Certes, la Sira du noble prophète (que Dieu le bénisse, lui et les siens), est pour vous une preuve suffisante concernant les défauts et les vices du monde, dans le sens où, lui, et ses proches subiront la famine ; et ayant un rang élevé auprès Dieu, il se détourna, dans toute sa vie, des ornements du monde. Donc, lorsque tu veux prends un exemple, prends Son prophète comme un exemple à suivre, lui emboite le pas et suis le chemin qu’il a parcouru… »[2]

Prendre un exemple veut dire un état d’esprit où l’homme suit, totalement, la personne qui lui sert d’un modèle à imiter. A ce propos, dans le noble coran, nous lisons :

« En effet, vous avez dans le Messager d’Allah un excellent modèle [à suivre], pour quiconque espère en Allah et au Jour dernier et invoque Allah fréquemment ». (La sainte sourate 33, le verset 21).

Lire aussi : L’Homme et ses Obligations selon de la croyance chiisme

Ce verset indique que le noble prophète (que Dieu le bénisse, lui et les siens), est pour vous un modèle complet et parfait et que vous pouvez, en l’imitant et lui obéissant, dans la soumission à Dieu et le Jihad dans le sentier de Dieu, corriger vos actes et se conduire dans le droit chemin.[3] Avec ce préambule, il faut dire qu’il est nécessaire de tenir compte  de trois points, lorsqu’on veut prendre une personnalité comme le noble prophète (que le salut de Dieu soit sur lui et sur ses descendants), ou les Imams Infaillibles (bénis soient-ils), et les grands dignitaires religieux, pour un exemple à suivre :

La personne à qui nous voulons imiter et la prendre comme un modèle, un exemple à suivre dans notre vie, doit se caractériser par la science et le savoir, la foi en Dieu, la foi en le Jour de la Résurrection, la croyance aux prophètes divins et leurs successeurs, la sincérité, l’honnêteté, et la probité. Bref, il doit posséder toutes les bontés. C’est pour cette raison qu’il y a des hadiths qui nous préviennent de ne pas prendre n’importe qui comme un exemple à suivre. L’Imam Baqir (béni soit-il), dit :

« Mon père, l’Imâm Sajjad (béni soit-il),  m’a dit de ne pas fréquenter ni créer l’amitié avec  cinq groupes.  «  Ô mon noble père,  qui sont ces cinq groupes ? Lui demandais-je ? Il m’a répondu : « Ne fréquente pas le menteur car il est comme un mirage ; il éloigne de toi les choses qui sont proches et rapproche de toi les choses qui sont lointaines. Ne fréquente pas le dépravé car il te vend pour une bouchée ou moins d’une bouchée. Ne fréquente pas l’avare, car il ne te donne pas de ses biens lorsque tu en aurais besoin d’une partie (c’est-à-dire : il ne t’aide pas en cas de besoin). Ne fréquente pas le naïf, car il veut t’être utile, mais à cause de sa simplicité, il te nuit au lieu de t’aider. Ne fréquente pas la personne qui ne respecte pas les liens utérins, car Dieu l’a maudit trois fois dans le Coran ».[4]

La personne qui prend quelqu’un d’autre comme un modèle à imiter, à suivre. Il doit, avant tout chose, connaitre, parfaitement, l’individu à qu’il veut imiter et suivre, dans ses actes et ses comportements, pour mieux dire, il doit faire le choix de ce modèle, avec conscience et en toute connaissance de cause. le vénéré Imam Sadiq (béni soit-il), voulait, peut-être, faire allusion à ce point, lorsqu’il avait dit :

«  Celui qui accomplit une œuvre, sans connaissance de cause, ressemble à quelqu’un qui prend un chemin qui ne mène à nulle part, plus il accélère la vitesse, plus il s’éloigne de sa destination ».[5]

C’est pour cette raison que le noble coran blâme l’imitation aveugle aux ancêtres. «  Et quand on leur dit: «Suivez ce qu’Allah a fait descendre», ils disent: «Non, mais nous suivrons les coutumes de nos ancêtres.» – Quoi! et si leurs ancêtres n’avaient rien raisonné et s’ils n’avaient pas été dans la bonne direction? ». « Et ils dirent: «Si nous avions écouté ou raisonné, nous ne serions pas parmi les gens de la Fournaise».[6]

Lire aussi : L’importance de la prière par Hodjatoleslam Mohsen Qara’ati

Les caractéristiques, les caractères et les choses qui devront être pris comme un modèle à suivre. A cet égard, il faut prendre comme un modèle à suivre, toutes les choses qui s’inscrivent dans le cadre de bonnes œuvres et qui sont faites pour l’agrément de Dieu ; et ce dans tous les domaines, que ce soit les actes d’adoration et de dévotion, comme la prière, le jeûne, le Jihad, recommandation du bien, l’interdiction du mal, ou que ce soit la morale, les mœurs et les comportements.

A ce propos, le noble coran, dit :

« Ils croient en Allah et au Jour dernier, ordonnent le convenable, interdisent le blâmable et concourent aux bonnes œuvres. Ceux-là sont parmi les gens de bien ». « Nous les fîmes des dirigeants qui guidaient par Notre ordre. Et Nous leur révélâmes de faire le bien, d’accomplir la prière et d’acquitter la Zakat. Et ils étaient Nos adorateurs ».[7]


Référence

[1] La sainte sourate 33, le verset 21, la sainte sourate 60, le verset  4.
[2] La Voie de l’Eloquence( Nahj ul-Balâgha),  Le Soleil sans le crépuscule, Traduit par Ma’adikha’h, Abd ul-Madjid, sermon 159.
[3] Makarem, Nasser, Tafsir Nemouneh, t.17, p.243, Dar ul-Kutub al-Islamiya, 20ème publication, 2002; Khatib, Abd ul-Karim, Al-Tafsir al-Qu’rani Lil Qu’ran, t.11, P.678.
[4] Kulayni, Kafi, t.2, pp.376-377, Téhéran, Dar ul-Kutub al-Islamiya, 1986.
[5] Idem,  t.1, p.43.
[6] La sourate 2, le verset 170; la sourate 38,  le verset 43.
[7] La sourate 3, le verset 114; la sourate 67, le verset 10.

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here