PARTAGER

SHAFAQNA – Iqna : Avec Hassan Bayadi et Ahmad Masjid Jame’i, nous nous sommes rendus pour une interview chez le professeur Seyed Ahmad Mir Khani, né en 1940, qui s’est tourné vers la calligraphie dès son enfance.

Sayed Ahmad Mir Khani nous a déclaré : « J’ai hérité de ce goût pour la calligraphie de mon ancêtre, Seyed Hussein Fasayeh qui était un grand calligraphe et un religieux réputé de son temps, un des fondateurs de la calligraphie contemporaine et l’auteur de deux rédactions du Coran en écriture Nastaliq.
« A la troisième année du primaire, a-t-il ajouté, j’ai été fasciné par la belle rédaction des œuvres de Saadi par le professeur Hassan Mir Khani et dès la quatrième année du lycée, sur les conseils de mon père, j’ai commencé à travailler avec intérêt et enthousiasme dans ce domaine. Les œuvres que j’ai rédigées étaient des commandes d’imprimeurs, de petits et grands livres religieux et littéraires. J’ai eu aussi des commandes pour les livres scolaires et j’ai rédigé deux traductions du Corans dont la traduction de Ghomshe’i.
« La rédaction du Coran en écriture Nastaliq est plus difficile que la rédaction de textes persans, car l’arabe à des mots très longs et des voyelles, et oblige le calligraphe à faire preuve d’innovations.  À mon avis, l’art de la calligraphie s’est développé mais de nos jours, la plupart des gens instruits écrivent très mal. Bien sûr, des classes d’écriture manuscrite ont été créées et ont reçu un bon accueil mais il faut commencer dès le plus jeune âge et poursuivre ces activités au lycée », a-t-il conclu.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here