PARTAGER

SHAFAQNA – IQNA : Depuis six ans, Hawa Aroul est confrontée à de nombreux changements dans la société allemande, à des problèmes pour trouver du travail, à l’hostilité de la société et à des pressions qu’elle attribue à sa façon de s’habiller.

« Depuis que le parti « Alternative pour l’Allemagne » est arrivé au Bundestag, les choses ont changé et les discussions sur le foulard sont devenue très violentes. Plusieurs femmes musulmanes ont été attaquées et blessées », a-t-elle expliqué.

À lire aussi: Le problème du port du foulard islamique en Allemagne

« La situation des femmes musulmanes, ajoute-t-elle, est différente en Allemagne par rapport aux États-Unis, certains pensent que c’est un signe qui n’est pas en accord avec les valeurs chrétiennes et la laïcité, ou un signe d’oppression des femmes.»

Hawa Aroul a souligné : « Je remplissais chaque semaine, entre 30 et 40 demandes d’emploi et je n’envoyais jamais ma photo car je savais d’avance que ma demande serait rejetée. Après trois ans, j’ai trouvé enfin un travail. Le tribunal allemand a décrété que le voile ne pouvait pas être la raison d’un renvoi ou d’un refus d’engagement. Bien entendu, les lois sont différentes dans le domaine privé où les employeurs sont plus libres. En 2017, les compagnies privées ont été autorisées à refuser une personne avec l’hijab.»

« Cependant certaines compagnies de vente aiment employer des gens de différentes cultures pour attirer la clientèle et dans certains quartiers à population musulmane, il y a beaucoup d’employées avec l’hijab, mais ce n’est pas le cas partout », a-t-elle déclaré.

À lire aussi: Des Allemands musulmans et juifs traversent Berlin à vélo contre la haine et la violence raciste

Hawa Aroul qui parle 5 langues, a eu la chance d’être engagée dans la société ferroviaire allemande qui engageait des gens de différentes cultures pour la vente des billets. Hawa Aroul a ajouté que les femmes voilées n’aimaient pas beaucoup sortir de chez elles à cause des gens qui les importunent, et que pour elles, ce foulard n’était pas un simple « morceau de tissu » mais le choix d’une façon de vivre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here