PARTAGER
Royaume-Uni, hijab, Nouvelle-Zélande

SHAFAQNA – Bladi: Le hijab a été conçu comme partie intégrante de l’uniforme après 16 mois de recherche. Il possède des caractéristiques de sécurité telles que des attaches magnétiques qui se libèrent facilement si elles sont saisies. Actuellement utilisé par une élève-officier, le hijab pourrait être déployé sur le territoire national, fait savoir la BBC.

La police du Leicestershire a déclaré qu’elle était la première force du pays à tester le modèle néo-zélandais. Il est fait de tissu de sport, ce qui permet la liberté de mouvement mais est léger, robuste, et facilite la respiration. La police du Leicestershire espère que le test du hijab néo-zélandais sera concluant.

À lire aussi: Nouvelle-Zélande: La police présente le hijab à son uniforme officiel

« Nous avons une communauté très diversifiée dans le Leicestershire et nous voulons vraiment refléter la communauté que nous servons. […] L’une des barrières entre la communauté musulmane et les femmes en particulier a été le hijab, donc cela nous donne le meilleur des deux mondes. Nous savons qu’il y a un certain nombre d’individus qui veulent rejoindre la police, mais ils ne veulent pas compromettre leur foi », explique Yusuf Nagdi, membre d’une association au sein de laquelle se trouvent des policiers de confession musulmane.

« C’est incroyable et tellement confortable. Je suis capable de suivre ma formation aussi bien que tout le monde et d’être toujours couverte  », s’est réjouie l’élève officier Khadeejah Mansur, qui a rejoint la police en octobre et testé le hijab.

En novembre 2020, la police néo-zélandaise avait intégré, pour la première fois, le hijab à son informe et autorisé, par la même occasion, Zeena Ali, fraîchement officier à le porter. La Nouvelle-Zélande rejoignait ainsi les pays rares (Royaume-Uni, le Canada ou l’Écosse) qui ont autorisé le port du hijab au sein de la police.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here