PARTAGER
© STR Source: AFP De la fumée s'échappe au dessus de la ville de Deraa, le 7 juin 2018

SHAFAQNA– RT: «Des unités de l’armée syrienne entrent à Deraa al-Balad et hissent le drapeau national sur la place publique», a fait savoir l’agence officielle syrienne Sana le 12 juillet. L’annonce intervient près d’une semaine après la signature d’un accord négocié par la Russie, qui impose aux insurgés de la province de Deraa de céder leurs territoires au gouvernement de Bachar el-Assad.

Sous l’égide de Moscou, et en raison des succès de l’armée syrienne, cet accord passé avec des rebelles affiliés à Daesh et des combattants de l’Armée syrienne libre a été conclu le 7 juillet, et annoncé par le ministère russe de la Défense. Celui-ci a précisé que cet accord était «le résultat des pourparlers et de la médiation du Centre russe pour la réconciliation», dans cette région située dans le sud de la Syrie aux confins de la Jordanie et du plateau du Golan, occupé militairement et illégalement par Israël.

À lire aussi: Le bombardement de la Syrie, une aventure parrainée par l’Arabie saoudite qui n’aboutira à rien

Cet accord prévoit le retour des institutions étatiques dans les secteurs insurgés, l’abandon par les rebelles de leur artillerie lourde et moyenne, ainsi que le départ des combattants qui refusent de rester sous le contrôle du gouvernement vers d’autres secteurs insurgés du pays.

Le redéploiement des forces gouvernementales dans cette province hautement symbolique constitue un nouveau revers pour la rébellion anti-Assad, qui enchaîne les défaites depuis près de deux ans et se montre désormais plus que jamais incapable de résister face au pouvoir syrien et à ses alliés, Russie et Iran en tête.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here