PARTAGER
Suède, Islam, hijab, raciste

SHAFAQNA – Oumma: A Skurup, derrière les murs de l’établissement scolaire Prästamosseskolan, Mattias Liedholm et l’ensemble du corps enseignant sont une poignée d’irréductibles qui résistent et résisteront longtemps à la récente décision adoptée par le conseil municipal : l’interdiction des couvre-chefs religieux au sein des écoles de petite section.

Un paravent liberticide derrière lequel, ils en sont tous intimement convaincus, se retranchent les élus démocrates de la ville, farouchement nationalistes et anti-immigration, pour proscrire le hijab.
Aussi est-ce avec la plus grande bienveillance que ce directeur d’école, qui a pris la tête de la désobéissance civile à l’échelle locale, a accueilli la semaine dernière plusieurs de ses enseignantes non musulmanes voilées, toutes arborant le signe religieux honni en signe de solidarité avec la communauté musulmane.
« Ni moi ni aucun de mes collègues n’appliquerons cette loi. Cela devient une question de personnel que la municipalité doit gérer », a-t-il martelé lors d’un point presse, en se réjouissant que son équipe éducative fasse bloc derrière lui et s’oppose fermement à une mesure jugée inique, qui entrera en vigueur au début de l’été. Pour sa part, la professeure Nawel Aissaoui a d’ores et déjà averti qu’elle démissionnerait, si par malheur la mairie s’obstinait à vouloir frapper le voile d’interdiction.
Si les réseaux sociaux suédois n’ont guère apprécié ce coup d’éclat qui a braqué les projecteurs sur un groupe d’insoumis de l’éducation nationale, jouant les empêcheurs de légiférer en rond dans le sud du pays – certains internautes très remontés les traitant « d’idiots » qui « promeuvent l’oppression des femmes », appelant carrément à « interdire l’islam » – les membres de la communauté musulmane, de Skurup et d’ailleurs, les ont au contraire chaleureusement remerciés.

À lire aussi: Port du voile de la princesse Victoria de Suède dans une mosquée fait la polémique

« Nos concitoyens musulmans, qui sont encore une fois de plus stigmatisés, ont été très touchés de nous voir vêtues du voile. Ils ont senti qu’ils n’étaient plus seuls à affronter l’injustice, qu’ils étaient vraiment soutenus », a confié avec émotion une enseignante au quotidien Aftonbladet.
Tasnim Raoof, présidente des Jeunes musulmans de Malmö
Tandis qu’Andreas Lindholm, un avocat de l’Agence nationale suédoise pour l’Education, s’insurgeait contre une interdiction contraire à la Convention européenne sur la liberté de religion, une clameur de protestation retentissait sous les fenêtres de l’Hôtel de ville de Skurup, allant en s’amplifiant au fil des jours. Tasnim Raoof, la présidente des Jeunes musulmans de Malmö, a condamné avec la dernière énergie une interdiction « raciste », visant à « priver les femmes musulmanes d’une liberté individuelle fondamentale ».
Il reste cependant à craindre que le jusqu’au-boutisme des nationalistes qui président aux destinées de Skurup les rendra sourds à la colère qui gronde, et insensibles à une quiétude locale qui en sera durablement troublée.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here