PARTAGER
Coran, Egypte

SHAFAQNA – IQNA: Selon le site d’information youm7, Sétiteh a déclaré : « Je suis née dans le village de Ramallah dans la ville de Balbis dans la province orientale de l’Egypte. Bien que j’aie subi de nombreuses chirurgies, ma vision ne s’est pas améliorée. J’adorais écouter la récitation du Coran par mon père, qui était imam et prédicateur de la mosquée.

A l’âge de 4 ans, à l’école de notre village, avec le Cheikh Abdul Rahman Awadullah, j’ai commencé à étudier le Saint Coran. À l’âge de 9 ans, j’avais mémorisé le Coran entièrement et en raison de mes compétences, le cheikh Abdul Rahman m’a choisie comme enseignante de la mémorisation du Coran pour mes camarades de classe. J’ai passé ma vie à réciter et à mémoriser le Coran et je suis devenue lectrice coranique pour les cérémonies de deuil.

Dieu m’a donné un très bon époux. Sa première femme était décédée et il avait cinq enfants que je considérais comme mes propres enfants. L’aîné est devenu directeur d’école, le deuxième, artisan, le troisième, professeur d’université, le quatrième, pharmacien, et sa fille qui n’a pas fini ses études, s’est mariée et a fondé une famille.

À lire aussi: Le plus jeune calligraphe égyptien, âgé de 19 ans, a reçu l’autorisation officielle de rédiger le Coran

Les enfants de mon mari sont de très bons enfants qui m’ont aidé après sa mort, et sont restés à mes côtés. J’ai moi-même deux filles, Fatemeh qui est éducatrice, et Asma’ qui est diplômée de littérature française. J’étais sur le point de devenir aveugle et ma déficience visuelle s’était aggravée avec l’âge, mais j’arrivais à m’occuper de mes affaires personnelles et à préparer les repas. Le Saint Coran a apporté des bénédictions à ma famille, et est un bienfait qui ne finit jamais. Je commence ma journée avec des prières et la récitation du Coran.

J’allais à l’école pendant l’année scolaire, mais maintenant que les écoles sont fermées, je reçois les enfants pour mémoriser le Coran chez moi, et j’enseigne sans demander aucun salaire, uniquement pour l’amour de Dieu. Après un demi-siècle de formation à la mémorisation du Coran, les élèves occupent des postes élevés, sont médecins, ingénieurs, imams de mosquées et enseignants, et aucune maison n’existe dans notre village dont les enfants n’aient pas mémorisé le Coran.

Je conseille aux familles d’encourager leurs enfants à mémoriser le Coran et de les envoyer dans des centres de mémorisation dès leur plus jeune âge, car le Coran est une bénédiction dans ce monde et dans l’au-delà. Le Prophète de l’Islam (p) a dit : « Quiconque veut la réussite dans ce monde, qu’il lise le Coran, dans l’au-delà, qu’il lise le Coran, et les deux ensemble, qu’il lise le Coran ! ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here