PARTAGER
prière du vendredi, musulmans

SHAFAQNA- Oumma : Au royaume de Sa Gracieuse majesté, dans un comté du Berkshire qui, après avoir ironisé sur son initiative considérée comme une toquade d’une gentille grand-mère, admire aujourd’hui la constance de son soutien témoigné à la communauté musulmane, Jean Scott-Barr, 70 ans, est pleinement habitée par la mission qu’elle s’est auto-assignée : veiller sur ses frères et sœurs musulmans durant la célébration de la grande prière collective Jumu’a, afin qu’il n’y ait plus jamais de vendredi 15 mars funeste.

Cette mamie gâteau qui, chaque vendredi, à la même heure, délaisse volontiers ses fourneaux pour faire rempart contre la haine devant la mosquée de Reading, munie de sa pancarte sur laquelle on peut lire « Je m’appelle Jean. Je suis votre amie. Je veillerai sur vous pendant que vous prierez », est devenue en l’espace de quelques mois une figure locale appréciée de tous.

Portée aux nues par les responsables du Centre islamique et la plupart des fidèles qui, une fois la stupeur des premiers instants passée, se sont habitués à sa présence rayonnante, d’où se dégage une énergie positive, Jean Scott-Bar voit à présent sa belle démonstration de solidarité  honorée par la municipalité.

Décorée de la médaille de la ville pour ses remarquables efforts en faveur de la tolérance religieuse, de la fraternité et d’un vivre-ensemble harmonieux, elle n’en revient pas d’être au centre de toutes les attentions. « Je suis émerveillée d’être ainsi mise à l’honneur, je ne m’attendais vraiment pas à cela quand j’ai décidé d’entreprendre cette démarche. A mes yeux, c’est une petite action, faite à mon petit niveau, et qui a un impact extraordinaire, au-delà de toutes mes espérances. Et ça c’est formidable ! », s’est-elle exclamée avec enthousiasme.
A des milliers de kilomètres de la Nouvelle-Zélande, face à l’horreur de la barbarie islamophobe, la grand-mère si attachante de Reading s’est sentie l’âme de la plus vigilante des sentinelles, fidèle au poste chaque vendredi que Dieu fait, non sans faire des émules…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here