Royaume-Uni: La première succursale de la fintech islamique Wahed à Londres

by Pey Bahman Z
Royaume-Uni, fintech islamique , Wahed , Londres

SHAFAQNA – La start-up fintech islamique Wahed a ouvert sa première succursale physique sur Baker Street à Londres. L’emplacement de vente au détail brillant est conçu pour ressembler à un magasin Apple.

Une plateforme d’investissement soutenue par le géant pétrolier Saudi Aramco et le footballeur français Paul Pogba lance une nouvelle proposition au Royaume-Uni : une succursale physique et des comptes bancaires garantis par de l’or.

Wahed, basée à New York, qui se décrit comme une “plate-forme d’investissement halal”, a ouvert une succursale au Royaume-Uni dans le but de cibler les 3,9 millions de musulmans du pays avec un service de gestion et de conseil en investissement conforme à la charia.

L’emplacement de vente au détail brillant a un design similaire à un magasin Apple, avec des écrans numériques à l’intérieur et une enseigne lumineuse affichant son logo à l’extérieur. Il est situé sur Baker Street, dans le centre de Londres, juste en face d’une succursale du géant bancaire britannique HSBC.

Khabib Nurmagomedov, l’ancien artiste martial mixte professionnel russe, est un promoteur de l’entreprise et sera parmi ceux qui assisteront à l’ouverture de la succursale mardi.

Wahed lance également une carte de débit qui permet aux utilisateurs de déposer des fonds avec une marchandise négociée en bourse qui suit le prix de l’or, ce qui signifie qu’ils peuvent effectivement payer des biens de tous les jours via l’or.

Les investisseurs pourront échanger l’or de leurs comptes contre des lingots physiques. Junaid Wahedna, PDG et co-fondateur de Wahed, a déclaré que c’était un moyen pour les consommateurs musulmans – ainsi que non musulmans – de lutter contre les fluctuations monétaires et la hausse du coût de la vie.

“[Muslims are] une communauté mal desservie dans son ensemble », a déclaré Wahedna dans une interview à CNBC, faisant référence à l’opportunité de marché pour la finance islamique numérique. « C’est une communauté minoritaire, il y a un manque de littératie financière.

Des startups bancaires telles que Monzo et Revolut ont prospéré au Royaume-Uni sans succursales bancaires physiques, offrant des applications pour smartphone qui aident les utilisateurs à gérer toutes leurs finances. Mais Wahedna a averti que cela risquait de laisser derrière lui les consommateurs musulmans.

“Au Royaume-Uni, [the Muslim community is] en fait l’un des segments socio-économiques les plus bas du pays”, a déclaré le patron de Wahed, avec “de faibles revenus ou des connaissances financières”.

“Ils ont des problèmes de confiance”, a-t-il ajouté. “Et donc ils veulent voir une présence physique avant de vous confier de l’argent.”

Le service de Wahed vise à aider les clients à adhérer aux doctrines strictes de la foi islamique sur les services financiers : la charia interdit à ses adeptes de facturer ou de gagner des intérêts sur des prêts, ou d’investir dans des entreprises qui tirent la majeure partie de leur argent de la vente de choses telles que l’alcool et les jeux d’argent.

Wahed interdit les investissements dans des entreprises qui gagnent de l’argent grâce aux prêts, aux jeux d’argent, à l’alcool et au tabac. Un compte avec Wahed n’offre pas non plus d’intérêt sur l’épargne, ni ne vante les rendements sauvages sur les jetons crypto risqués. Au lieu de cela, la valeur des dépôts des utilisateurs suit la valeur de l’or, le prix du métal précieux fluctuant en fonction de l’offre et de la demande.

À lire aussi: « Wahed » une startup d’investissements qui opère dans le domaine de la fintech et des services financiers islamiques

“Je pense que cela correspond vraiment à la communauté musulmane et à ses besoins”, a déclaré Wahedna. “Parce que sinon, ce qui se passe, c’est la communauté musulmane, parce qu’ils sont mal desservis, ils gardent leur argent en liquide sous leur matelas, ou dans quelque chose de très dangereux, et ils perdent leur argent toutes les quelques années parce qu’il y a une arnaque dans la communauté ou quelqu’un en profite. Et ce cycle de la pauvreté continue.

Le PDG dénonce les fintechs axées sur les prêts

Junaid a critiqué l’état des entreprises fintech modernes, suggérant que l’industrie est trop concentrée sur les prêts à la consommation avec la montée en puissance de Klarna et d’autres services à la mode “achetez maintenant, payez plus tard”.

“Tous leurs plans d’affaires sont construits autour des revenus des prêts, n’est-ce pas? Même les banques numériques, c’est comme, d’accord, je vais commencer par être une nouvelle banque, mais finalement, je vais obtenir une licence bancaire”, a déclaré Wahedna.

Wahed lance une carte de débit liée à un compte de dépenses adossé à l’or. La startup est soutenue par la star du football français Paul Pogba.

Il a déclaré que Wahed se concentrait sur le gain d’argent en facturant des frais de gestion de patrimoine, qui facturent aux utilisateurs un pourcentage de l’ensemble de leurs actifs. La startup, qui a été fondée en 2017, reste déficitaire, mais a atteint le seuil de rentabilité en Malaisie et aux États-Unis, a-t-il ajouté.

“Je pense que la fintech, comme la plupart du secteur financier, est très fortement axée sur les prêts”, a déclaré Wahedna. “En fait, je dirais que cela aggrave la crise du coût de la vie, une crise de la dette, avec beaucoup de produits.”

“Si vous regardez les entreprises acheter, maintenant payer plus tard, les gens ont du mal – c’est le pire type d’innovation, vous facilitez l’endettement des gens”, a-t-il ajouté.

Wahedna a souligné que l’entreprise n’est pas seulement destinée aux musulmans et vise également à servir les adeptes d’autres religions abrahamiques, y compris le judaïsme et le christianisme.

Le personnel de sa succursale de Londres aidera les clients à ouvrir des comptes, à faire des investissements et à donner des conseils sur les testaments et la planification successorale.

L’entreprise cible les particuliers fortunés ainsi que les consommateurs moins aisés, a déclaré Wahedna.
Wahed a levé 75 millions de dollars de financement total à ce jour auprès d’investisseurs, dont Saudi Aramco Entrepreneurship Capital, la branche de capital-risque de la société pétrolière saoudienne Saudi Aramco, ainsi que du footballeur français Paul Pogba, qui est un musulman pratiquant.

La finance islamique a connu une croissance significative au cours de la dernière décennie et devrait atteindre 4,9 billions de dollars en valeur d’ici 2025, selon l’indicateur de développement de la finance islamique de Refinitiv. Un certain nombre d’autres acteurs de la fintech cherchent à puiser dans l’espace de l’argent halal, notamment Zoya et Niyah.

Source: IQNA

www.shafaqna.com

You may also like

Leave a Comment

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.