PARTAGER
Sous un chapiteau géant, à Saint-Denis, le Secours islamique France dresse « Les Tables du Ramadan », financées en partie par la zakât al-Fitr. Plus de 1 000 repas solidaires sont préparés et servis chaque jour par quelque 50 à 70 bénévoles. (Photo : © Secours islamique France)

SHAFAQNA- Saphir News | par Samba Doucouré : Mettre la main à la poche avec plaisir. La zakât al-Fitr est une aumône bien connue des musulmans. Son versement fait partie des pratiques incontournables du mois de Ramadan. Chaque fidèle est tenu, s’il en a les moyens, de verser un montant minimal de 5 € (les années passées) ou de 7 € (depuis cette année 2018) afin d’aider les nécessiteux à se nourrir. De nombreuses mosquées se font le réceptacle de cette manne financière.

Les chibanis de plus en plus nombreux

À la mosquée de Bordeaux (Gironde), « le versement de la zakât al-Fitr est bien respecté par le plus grand monde. Elle vient couronner un mois de pratique spirituelle intense. Nous avons mis en place un système bien rôdé pour faciliter la redistribution », explique Mohamed Doua qui y officie en tant qu’imam.

Durant le mois de Ramadan, ceux qui souhaitent bénéficier d’une aide financière viennent s’inscrire à la mosquée. Cela peut être des étudiants, des réfugiés, des mères isolées, des handicapés, des personnes malades… Ils doivent fournir quelques justificatifs qui témoignent de leur situation.

Ensuite, selon Mohamed Doua, « une commission qui comprend les imams de la mosquée et le trésorier établit au cas par cas le montant de l’aide accordée à chaque “miskine” ». L’imam précise que cette somme peut varier entre 150 et 300 € et qu’environ 300 personnes en ont bénéficié en 2017. « Les réfugiés étaient prioritaires l’an dernier. Ce ne sera plus le cas en 2018, car ils sont désormais bien mieux aidés par l’État », fait remarquer Mohamed Doua. En revanche, il s’inquiète aujourd’hui du cas « des chibanis qui sont de plus en plus nombreux à devoir solliciter une aide financière ».

Des aides pouvant aller jusqu’à 600 €

Kamel Kabtane, le recteur de la Grande Mosquée de Lyon (Rhône-Alpes), met l’accent, lui, sur les difficultés des étudiants.

La commission sociale de la mosquée s’occupe de gérer les actions sociales mises en place tout au long de l’année. En accord avec l’avis du Conseil théologique musulman de France (CTMF), elle a décidé de récolter un montant minimal de 7 € par donateur pour s’aligner sur la hausse des prix des denrées alimentaires. La Grande Mosquée de Lyon reçoit des chèques, des virements Paypal et plus classiquement des espèces versées dans les caisses de collecte. « Cependant, il arrive que certains puristes apportent des sacs de riz, de semoule ou d’orge », raconte le recteur.

À lire aussi : Ramadan 2018: la zakat al-fitr augmente, une première deputies le passage de l’euro

Il ajoute que les personnes souhaitant solliciter une aide financière doivent remplir un questionnaire et fournir des justificatifs. À la suite à quelques abus, « plusieurs mosquées de la région lyonnaise mutualisent leurs fichiers » afin qu’un même individu ne puisse pas bénéficier du versement de la zakât dans plusieurs endroits. Chaque année, entre 200 et 300 personnes reçoivent, de la part de la Grande Mosquée de Lyon, une aide qui peut osciller entre 70 et 600 € selon les situations.

De main à main

La distribution de la zakât peut aussi s’effectuer en circuit fermé, à l’échelle d’une petite communauté, à l’instar de ce qui se passe dans les foyers de travailleurs migrants. La Résidence Tolbiac (dans le 13e arrondissement de Paris) abrite entre 200 et 300 personnes au gré des passages. Les résidents sont majoritairement musulmans et d’origine ouest-africaine.

La pratique la plus répandue est celle qui consiste à donner directement son aumône à un individu qui peine à trouver du travail et qui partage la même chambre ou une chambre voisine. À en croire Aliou Diakité, habitant du foyer et imam occasionnel, « certains résidents préfèrent remettre la zakât à l’imam principal, de peur que leur aumône ne soit pas acceptée par Dieu autrement ». L’argent récolté est ensuite réparti entre les délégués de chaque région africaine représentée dans le foyer. Ces derniers redistribuent la somme qui leur a été allouée envers ceux qui n’ont pas de travail.

L’universalité du don prônée par le Secours islamique France

Pendant le Ramadan 2017, ce sont plus de 160 000 personnes situées dans 13 pays, dont la France, qui ont bénéficié de repas et de colis alimentaires grâce à la générosité des donateurs du Secours islamique France (SIF).

Au SIF, la zakât al-Fitr a représenté ces dernières années « une entrée d’argent s’élevant entre 900 000 et un million d’euros, soit 4 % de la collecte globale annuelle », nous fait-on savoir. Un montant qui va mécaniquement augmenter, puisque le comité éthique du SIF a acté la réévaluation de la zakât al-Fitr à 7 € en 2018, proposée par le Conseil théologique musulman de France.

Pour solliciter la générosité, l’organisme de solidarité internationale communique massivement sur les réseaux sociaux, par des spots publicitaires à la radio mais aussi en envoyant ses bénévoles sillonner le terrain. En partenariat avec le tissu associatif, l’ONG rencontre les potentiels donateurs au sein de mosquées dans toute la France. Lors de ces actions de sensibilisation, le SIF présente ses réalisations notamment grâce à des projections vidéo.

Ouvert aux jeûneurs et non-jeûneurs, sans distinction

Près des deux tiers des fonds récoltés grâce à la zakât al-Fitr vont vers des pays étrangers subissant des catastrophes, des guerres ou des famines. « Les pays cibles sont la Palestine, le Liban, le Pakistan, le Tchad, la Somalie, le Kenya, Madagascar, le Sénégal et le Mali. Les dons sont reversés la plupart du temps sous la forme de colis alimentaires qui contiennent des denrées de première nécessité (riz, farine, huile, sucre, dates) selon les zones géographiques », explique Imed El Qouqi, responsable évènementiel au sein du SIF. Au Mali par exemple, le Secours islamique finance des distributions de repas pour les nécessiteux organisées par des femmes.

En France, le SIF organise l’opération « Les Tables du Ramadan ». Chaque soir, pendant tout le mois de Ramadan, un millier de personnes, en grande partie des sans-abri, des réfugiés et des personnes en grande précarité, prennent place sous un grand chapiteau situé à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) pour dîner des repas chauds dans « ce restaurant solidaire ouvert à tous, jeûneurs et non-jeûneurs, sans distinction ».

Le Ramadan, un moment propice pour réinsérer dans la communauté nationale

Dans les Hauts-de-France, Samia Ben Achouba, aumônière de prison, récolte la zakât al-Fitr au profit des détenus depuis plus d’une quinzaine d’années. Grâce au bouche à oreille, à son réseau d’anciens prisonniers et à quelques associations, elle parvient chaque année à obtenir de quoi constituer des colis alimentaires.

Samia Ben Achouba, qui intervient dans cinq établissements pénitentiaires et en coordonne 19, collecte les dons en numéraire et en nature. Certains produits comme la farine ne peuvent pas circuler dans les prisons, alors elle trouve le moyen d’en faire des gâteaux. En 2017, elle a distribué 3 300 colis contenant généralement un kilo de dattes, un paquet de fruits secs, un paquet de gâteau et un saucisson halal.

Les prisonniers qui jeûnent se signalent généralement auprès des autorités pénitentiaires. Mais Samia Ben Achouba constate que, depuis 2015, leur nombre diminue parce qu’« un certain nombre de musulmans incarcérés hésitent à se signaler de peur d’être stigmatisés ». Il est donc courant qu’elle découvre des jeûneurs durant ses tournées. Elle essaye également de donner une petite part aux codétenus, musulmans ou non, qui ne jeûnent pas, afin qu’« ils ne vivent pas cet instant comme une humiliation et ne se sentent pas jugés du fait de ne pas jeûner ».

À lire aussi: Photos: Ramadan dans les régions chiites d’Arabie Saoudite

Samia Ben Achouba se charge également de collecter la zakât des prisonniers. « Je les incite à donner cet argent à leurs proches qui ont des difficultés. Souvent on oublie la détresse des familles quand un de leurs membres est incarcéré », souligne-t-elle. La solidarité entre détenus est aussi de mise. Samia Ben Achouba fait observer que certains cantinent à l’intérieur de la prison pour aider d’autres détenus. « J’ai l’exemple d’une jeune femme qui a cantiné du savon et autres produits de soins afin que je les remette à une autre femme incarcérée », témoigne-t-elle.

Le mois de Ramadan est un moment particulier car il s’agit de la seule période qui autorise à faire entrer de la nourriture pour les détenus. Celle qui est aussi secrétaire de l’aumônerie nationale musulmane explique que « les gens s’interrogent et préfèrent parfois aider plutôt un réfugié, mais ils peuvent faire ça tout au long de l’année ! Alors que, pour les détenus, c’est la seule fois dans l’année où on peut leur envoyer un colis alimentaire », insiste-t-elle. « Pour réinsérer les individus, il faut en faire de vrais membres de la communauté nationale et le Ramadan est un moment propice pour y contribuer. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here