PARTAGER

SHAFAQNA – TSA | par Hassane Saadoun : La communauté musulmane est une des moins tolérées en France, selon le rapport annuel sur la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie, commandé par la Commission nationale consultative des droits de l’Homme et publié le jeudi 22 mars.

Le rapport, basé sur une enquête de l’institut Ipsos menée entre le 6 et le 14 novembre 2017, fait la lumière sur l’évolution de la perception qu’ont les Français des « autres », notamment des Roms, des Noirs, des Juifs, des Musulmans et des Asiatiques.

Un indice de tolérance des musulmans inférieur à la moyenne

Les musulmans forment, selon l’enquête, une des communautés les moins tolérées en France. Avec un indice longitudinal de tolérance de 61, ils sont, de loin, mieux tolérés que les Roms dont l’indice n’est que de 34, mais moins tolérés que les Maghrébins dont l’indice de tolérance est de 72 ou les juifs et les noirs qui ont des indices de tolérance identiques, de 78.

L’indice de tolérance permet d’avoir une perception précise de la tolérance des communautés étrangères par les Français. Pouvant aller de 0 à 100, l’indice le plus élevé reflétant « un haut niveau de tolérance ». L’indice de tolérance toutes communautés confondues pour l’année 2017 est de 64 et connaît une stabilisation après trois années de hausse consécutives pendant lesquelles il a gagné 10 points.

« L’évolution récente de l’opinion à l’égard des musulmans va dans le sens d’un moindre rejet. Ces derniers restent cependant l’une des minorités les moins acceptées », commentent les auteurs du rapport qui parlent d’un « malaise général », vis-à-vis des musulmans.

Les pratiques religieuses dans l’espace public, tel que le voile, la propagation de l’islamisme radical, les attentats commis par des terroristes islamistes ou encore, les polémiques autour des signes religieux dans l’espace public ont « mis l’islam au cœur du débat public, en contribuant à créer, au sein de la société, un malaise général », est-il expliqué dans le rapport.

Cette intolérance se manifeste par des actes de violence antimusulmans dont le nombre est en baisse selon le rapport, qui note toutefois une augmentation de 8% des actes les plus violents.

 

Le traitement médiatique plus influent que le contexte

Toutefois, les attentats terroristes commis par des musulmans n’auraient pas un impact négatif important sur la tolérance des musulmans en France. La commission note qu’elle n’a pas constaté de crise raciste au lendemain des attentats terroristes de 1995, de 2001 ou de 2015.

Le traitement médiatique, politique et social de l’actualité liée aux musulmans a, sur la tolérance de cette communauté en France, un impact plus profond que celui qu’a l’actualité elle-même.

« La prédominance des dispositions à la tolérance ou à l’intolérance, qui coexistent en chacun de nous, dépend moins du contexte que de la manière dont il est « cadré » par les élites politiques, médiatiques et sociales », écrivent les auteurs du rapport qui rappellent la responsabilité particulièrement importante de ces élites.

Le web est également un lieu où l’islamophobie se propage, selon le rapport qui cite des associations qui « font état de la propagation massive de cyber-haine ».

 

« Un racisme fortement corrélé au rejet des immigrés »

Les pratiques religieuses islamiques sont souvent perçues négativement par les sondés. Ainsi, 44% d’entre eux considèrent que « l’Islam est une menace pour l’identité de la France », 61% pensent que « le voile peut poser problème pour vivre en société », 33% pensent que le sacrifice du mouton lors de l’Aid El Kebir n’est pas compatible avec la société française.

Mais ces opinions, « prises une à une, ne sont pas racistes », explique le rapport qui définit l’islamophobie comme étant une « Attitude d’hostilité systématique envers les musulmans, les personnes perçues comme telles et /ou envers l’islam ».

« L’aversion à l’islam ne serait pas liée en réalité à un attachement plus marqué au principe de laïcité, aux droits des femmes ou encore à l’acceptation des minorités sexuelles, bien au contraire », précise le rapport qui met en avant une forte corrélation entre l’islamophobie et le rejet des immigrés. Ceux-ci étant « rendus responsables de la situation économique et sociale actuelle, voire de l’insécurité », ajoute le rapport selon lequel « une partie de l’opinion leur reproche (aux immigrés) de ne pas respecter les coutumes et traditions françaises ».

« La sur-représentativité des personnes issues de l’immigration parmi les actes racistes, ainsi que les incidences de l’origine nationale et migratoire dans les inégalités d’accès aux ressources de la vie sociale » révélée par des sources convergentes, conforterait l’hypothèse selon laquelle le rejet du musulman en France serait plus lié à un rejet de l’immigré qu’à un attachement à des valeurs avec lesquelles l’Islam serait en contradiction.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here