PARTAGER

SHAFAQNA- Ce qui suit fait partie du livre Universalité de l’Islam, Traduit de l’anglais et édité par Abbas Ahmad al-Bostani, sélectionné par SHAFAQNA.

La Religion est un Code de conduite qui gouverne la Foi de l’homme, ses actes et ses obligations morales. Elle a été apportée par les Prophètes élus d’Allah, pour le Salut de l’humanité.

Avoir une croyance ferme à la Religion et conduire l’activité de la vie conformément aux Principes de la Religion, tel est le meilleur moyen d’atteindre au bonheur et au succès dans ce monde et dans l’Autre.

C’est pourquoi, si nous sommes consciencieusement religieux dans notre vision et que nous suivons sincèrement les Enseignements d’Allah et de Son Prophète Muhammad (Ç)(1), nous gagnerons les bénéfices de la vie dans ce monde mortel tout en nous assurant une Bénédiction éternelle dans l’Autre Monde.

Nous savons tous qu’un homme heureusement vertueux est celui qui a un but dans la vie, et qui ne vit jamais dans un état d’incertitude. En outre, c’est un homme qui est doté de bonnes qualités morales et qui a une impulsion pour accomplir de bonnes actions. Une telle personne a une satisfaction de coeur et un caractère moral solide, et elle ne s’implique jamais dans des absurdités.

À lire aussi: Croire en Dieu: Le Coran et la cognition d’Allah (partie 2)

La Foi nous invite, en fait, à suivre de telles grandes lignes, sans lesquelles le but même de la vie serait un échec. Elle s’installe dans le tréfond de l’homme, et comme un garde du corps, invisible, l’accompagne partout, lui évite les faux pas et le guide vers le Droit Chemin.

De la même façon, la Foi est avec l’homme dans toutes les circonstances. Elle le prévient contre la perversion et le conduit à accomplir les bonnes actions.

La Foi est un soutien solide qui sauve l’homme des souffrances et des vicissitudes de la vie. Ainsi, les gens pieux ne perdent-ils jamais courage dans l’adversité. Ils ne se permettent jamais d’être frustrés ou de souffrir d’inhibition. La raison en est qu’ils ont une Foi solide dans le pouvoir infini d’Allah. Ils pensent toujours à Lui en toutes circonstances et ils restent sous Sa protection. C’est pour cette raison que leur coeur demeure toujours content, renforcé et serein.

La Religion nous commande d’acquérir des valeurs morales et d’accomplir des actes nobles autant que cela nous est humainement possible.

La Religion peut être divisée, de ce fait, en trois parties :

1- les Croyances

2- la Morale

3- les Commandements

Nous allons maintenant développer ces trois aspects de la Religion.

Les Croyances

Si nous nous référons à notre sagesse et à notre bon sens commun, nous ne pouvons que tirer la conclusion que tout cet univers, avec tous ses aspects, son système incroyablement complexe, n’est pas venu à l’existence tout seul. En outre, il est incompréhensible que l’on puisse croire que ce vaste univers, avec toute sa complexité, fonctionne sans le contrôle d’un pouvoir qui le met en action.

Indubitablement, il doit y avoir quelqu’un qui a créé, par sa sagesse et son pouvoir, ce monde étonnant. Et c’est ce pouvoir qui contrôle la totalité des affaires de celui-ci selon des lois et des régulations stables.

Rien n’a été créé sans but. Tout ce qui a été créé n’a pu qu’être à l’intérieur du domaine de son pouvoir absolu.

Peut-on concevoir qu’Allah Le Miséricordieux, Qui est Bon et Bienveillant envers toutes Ses créatures, puisse abandonner l’homme à sa seule sagesse, alors que celui-ci est le meilleur spécimen de Ses créatures et que la plupart des hommes sont susceptibles de tomber dans l’abîme du malheur et de l’entêtement ? Certainement pas !

Ainsi, Allah a dirigé le destin de l’homme à travers Ses élus, les Prophètes, qui sont immunisés contre la faute et l’erreur. Le but en était de faire obéir l’homme à Ses Commandements et de conférer à sa vie un sens et un mérite.

À lire aussi: Hadîth du Jour: Comment peut-on reconnaître ceux qui seront sauvés?

Nous remarquons que généralement on a l’impression de ne retirer aucun avantage apparent du fait de suivre les Instructions d’Allah, que celui qui fait le Bien n’est pas récompensé, et que celui qui est mauvais et cruel n’est pas puni. De là, on déduit qu’il devrait y avoir un Autre Monde où l’action et les actes de l’homme seraient soumis à un examen minutieux pour qu’il soit récompensé ou puni selon le cas.

Donc, la Religion rapproche les gens de telles croyances et d’autres convictions similaires dont on traitera plus tard, et elle les met aussi en garde contre l’ignorance et la stupidité.

La Morale

La Religion nous commande de développer en nous les bonnes qualités, et de cultiver des habitudes convenables, afin de devenir un symbole de la vertu. Elle nous demande de connaître nos devoirs et nos obligations, de traiter les gens avec amour et affection, de soutenir la justice, de nous conduire aimablement et sincèrement, et de défendre nos droits personnels. De plus, elle nous incite à observer la décence et à ne pas usurper le droit des gens à vivre et à gagner leur vie dans le respect et la dignité. Et avant tout, elle nous enjoint de n’épargner aucun effort dans la recherche du Savoir et de la Sagesse. Elle souligne que nous devons adopter les principes de justice et de franchise dans toutes les sphères de l’activité humaine.

Les Commandements

La Religion nous commande d’accomplir ces actes -qui sont utiles aussi bien à nous-mêmes qu’à la société dans son ensemble- et de nous abstenir de tout ce qui pourrait apporter le malheur et appeler le désastre.

Elle nous apprend également à adorer notre Seigneur, Le Créateur, en faisant la Prière (Çalât), en observant le Jeûne (Çawm) et en accomplissant d’autres actes similaires de soumission à Allah.

Tel est le Code de conduite que la Religion nous a apporté et qu’elle nous rappelle de suivre fidèlement.

Evidemment, certaines de ces Lois se rapportent à la Foi et aux Croyances, certaines autres concernent les valeurs morales, et d’autres encore sont relatives à leur mise en pratique. C’est ainsi, parce qu’à moins que l’homme ne mène une vie honnête et noble, et qu’il ne devienne réaliste dans son approche, il ne pourra pas aspirer au bonheur.

La Religion comme une nécessité

La question qui se pose en tout premier lieu concerne le rapport de la vie de l’homme avec la Religion et la Croyance en Allah : la société peut-elle continuer à fonctionner sans Religion et sans croire en Allah ?

N’est-il pas vrai qu’un homme religieux est celui qui croit au Seul Seigneur de l’univers, et qui accomplit des actes particuliers en vue d’obtenir Sa Satisfaction ?

À lire aussi: Le Péché intérieur: La source du péché intérieur (partie 2)

Il serait possible que, selon les lois promulguées par les hommes, les devoirs respectifs, les bénéfices et les pertes de chaque membre de la société soient déterminés. En ce cas, ces lois remplaceraient la Religion, et l’existence de celle-ci deviendrait non nécessaire. Mais après avoir scruté les Principes et les Enseignements islamiques, cette notion semble sotte, car l’Islam n’a pas ordonné seulement de louer et de prier Allah, mais il a également promulgué des Principes compréhensibles, et un Code de conduite spécifique aussi bien pour les affaires individuelles de l’homme que pour ses affaires sociales.

L’Islam s’est fait une idée étonnamment pertinente de la vaste étendue du monde de l’humanité, et a promulgué des Lois et des réglementations en vue du bien-être individuel et social de l’homme et de sa paix d’esprit. Il s’est assuré également du moyen de parvenir au bonheur et à la prospérité des membres de la société humaine jusqu’au maximum possible. Et tout esprit équitable ne peut qu’affirmer que les lois et réglementations émanant de l’intellect et du savoir limité de l’être humain manquent de perfection.

Dans le Saint Coran, Allah a fait l’éloge de la Voie de l’Islam, comme nous l’avons déjà noté. Maintenant, nous allons illustrer ce sujet en prenant quelques exemples des Versets coraniques (dont nous traduisons le sens) :

«La Religion à laquelle les gens ont été appelés par les Prophètes est fondée sur l’adoration d’Allah et l’obéissance à Ses Commandements. Bien que les gens instruits des différentes autres religions aient su la différence entre le vrai et le faux, ils ont, à cause de préjugés religieux et par animosité, refusé d’admettre la Vérité et ont adopté une voie différente de la leur propre, et c’est ainsi que les religions sont apparues sur cette Terre. En vérité, ces gens ont ouvertement fait fi des Révélations d’Allah. Allah les punira rapidement pour leurs malfaisances.» (Sourate Âl ‘Imrân, 3 : 19)

«Celui qui adopte une religion autre que l’Islam, sa religion ne sera pas acceptée et il sera au nombre des perdants dans l’Autre Monde.» (Sourate Âl ‘Imrân, 3 : 85)

«O vous les Croyants ! Soumettez-vous tous à la Volonté d’Allah en matière de Religion, et ne suivez pas les traces de Satan : il est votre ennemi déclaré.» (Sourate al-Baqarah, 2 : 208)

«O vous les Croyants ! Si vous vous engagez dans une convention, honorez-la, et lorsque vous faites un voeu avec conviction et que vous faites d’Allah votre Témoin, ne violez pas vos serments. Allah sait parfaitement ce que vous faites.» (Sourate al-Nahl, 16 : 91)

Donc, lorsqu’un Musulman conclut un accord avec Allah, ou qu’il fait une promesse à Ses serviteurs, il doit être honnête et honorer cet accord ou cette promesse.

«O Prophète ! Appelle les gens à Allah par la Sagesse et une belle exhortation, et si tu discutes avec eux fais-le de la meilleure façon. Oui, ton Seigneur connaît parfaitement celui qui s’écarte de Lui, comme il connaît ceux qui sont dans le Droit Chemin.» (Sourate al-Nahl, 16 : 125)

À lire aussi: L’exégèse du mot Sirât selon Mollâ Sadrâ

Par conséquent, pour expliquer la Religion, on doit parler aux gens dans un langage qu’ils comprennent et d’une façon fructueuse, et si on ne peut pas le faire par la raison et le conseil, on doit recourir au raisonnement logique, qui est l’une des méthodes pour démontrer un point, et l’inviter à accepter la Vérité.

Le Saint Coran dit également :

«Lorsque le Coran est récité, écoutez-le, et comprenez-le profondément [et ne parlez pas à ce moment-là]. Peut-être [par voie de conséquence] vous sera-t-il fait Miséricorde.» (Sourate al-Anfâl, 8 : 204)

«O vous les Croyants ! Obéissez aux Commandements d’Allah et de Son Prophète, ainsi qu’à ceux des Imams dont l’obéissance est ordonnée par Allah et Son Prophète. Et si vous avez cru en Allah et au Jour du Jugement, aplanissez vos différends à la lumière des injonctions du Saint Coran et du Saint Prophète. Ceci est la meilleure façon de régler les différends.» (Sourate al-Nisâ’, 4 : 59)

En effet, dans la société islamique, il n’y a comme moyen de résoudre les différends que le Saint Coran et les instructions du Prophète (Ç), et chaque différend doit être aplani selon ces sources. Et si un Musulman aplanit les différends à la lumière d’un simple raisonnement logique, c’est parce que le Saint Coran a approuvé une décision qui découle de la sagesse.

«O Prophète ! C’est grâce à la Bienveillance d’Allah que tu es si bon et si doux, et si tu étais de mauvaise disposition et féroce, ces gens se seraient séparés de toi. Par conséquent, tu dois ignorer leurs erreurs, implorer pour eux le Pardon d’Allah, et continuer à les consulter dans leurs affaires. Mais lorsque tu prends une décision quelconque, place ta confiance en Allah. Ceci parce qu’Allah aime ceux qui ont confiance en Lui.» (Sourate Âl ‘Imrân, 3 : 159)

Traiter les gens avec bonté, être attentif à leur bien-être et les consulter pour les affaires importantes, tels sont les moyens de créer un climat d’amour et de respect. Il est également nécessaire que les gens, eux aussi, aiment leur dirigeant, afin qu’il puisse les gouverner. C’est ainsi qu’Allah a commandé au Dirigeant des Musulmans de traiter ses adeptes aimablement et de se concerter avec eux.

Toutefois, étant donné qu’il est possible que les gens puissent se tromper dans leur appréciation des choses, le Prophète (Ç), a reçu l’Ordre de s’attacher fermement à sa décision personnelle après avoir consulté les gens, et étant donné que personne ne peut s’opposer à la Volonté d’Allah, il doit tourner son regard vers Allah dans toutes les affaires, et les lui soumettre.

À lire aussi: La foi en Dieu est une libre adhésion et non une contrainte extérieure

Allah Le Tout-Puissant a mentionné les religions judaïque et chrétienne, qui ont pour Livres Révélés respectivement la Torah et l’Injîl (l’Evangile), lesquels comprennent des Commandements et des Règlements collectifs :

«La Torah et l’Injîl qui se trouvent actuellement chez les Juifs et les Chrétiens corroborent aussi cette signification, car la Torah contient beaucoup de lois civiles et pénales, et apparemment l’Injîl appuie et confirme les doctrines de la Torah.» (Sourate al-Mâ’idah, 5 : 43-44)

Conclusion : Il ressort clairement de ce qui a été dit précédemment que, dans la terminologie du Saint Coran, la Religion est le cadre de la vie auquel l’homme ne saurait échapper. La différence entre la Religion et le code social réside en ceci que la première émane des Révélations d’Allah, alors que le second est le produit des pensées des gens. En d’autres termes, la Religion lie la vie sociale des gens aux Commandements d’Allah. Mais dans le code social fait par l’homme, il n’y a pas de tels liens.

 

 

À suivre…

 

Notes:

(1) Abréviation de la formule de révérence : «Que les Prières (Çalât) d’Allah soient sur lui et sur ses Descendants.»

(2 )Les gens qui appartenaient à la religion des mages en inclinant au judaïsme, et qui professaient la foi des mages et du judaïsme, sont appelés “Çabéens”.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here