PARTAGER

SHAFAQNA- Ce qui suit fait partie du livre L’ETHIQUE MUSULMANE (Abrégé de Bihâr al-Anwâr), écrit par Mohammad Mahdi ibn AbU Tharr al-Narâqî, traduit de l’anglais et édité par Abbas Ahmad al-Bostani, sélectionné par SHAFAQNA.

A sa création, l’âme de l’homme est comme une plaque vierge, dépouillée de toutes facultés (traits), bonnes ou mauvaises. Au fur et à mesure qu’on avance dans la vie, on développe des facultés qui sont directement liées à son mode de vie, à ses idées et à ses actes. La parole et les actes de l’homme produisent, lorsqu’ils sont répétés pendant une longue période, un effet durable sur l’âme, effet connu comme “faculté”. Cette faculté pénètre l’âme et devient l’origine et la cause des actions de l’homme. En d’autres termes, l’âme humaine s’habitue à cette faculté, établit avec elle une union et détermine la direction de l’être humain en accord avec les exigences de ladite faculté. Si de telles facultés (malakât) sont nobles, elles se manifestent sous forme de parole et de conduite morales chez l’homme. Et si, au contraire, elles sont mauvaises et basses, elles se manifestent sous forme de conduite perverse et immorale.

Ces mêmes facultés jouent un rôle décisif dans la détermination du sort de l’individu dans le monde éternel de l’Au-delà. Là, l’âme sera accompagnée des mêmes facultés auxquelles elle a été associée dans ce bas-monde. Si ces facultés sont vertueuses, l’âme aura une béatitude éternelle, et si elles sont malades, elle subira une éternelle damnation.

À lire aussi : Purification du miroir de l’âme pour gagner la Grâce divine

Cette question des malakât fournit la réponse à ceux qui se demandent comment Allah Clément et Miséricordieux pourrait condamner un individu à une damnation éternelle pour un péché commis en un court laps de temps. Ce qu’il faut garder présent à l’esprit, à ce propos, c’est que lorsqu’un péché commis répétitivement conduit au développement d’une faculté chez l’homme, la torture et la punition qu’elle appelle affecte également l’âme, puisqu’elle y est incorporée. Le Coran dit à cet égard :

– “Nous attachons au cou de chaque homme son oiseau d’augure, et Nous lui présenterons le Jour de la Résurrection un livre qu’il trouvera grand ouvert : “Lis ton livre  Ton âme te suffit aujourd’hui pour témoigner contre toi.”.” (17 : 13-14)

Et :

– “Le livre sera posé  tu verras alors les coupables anxieux au sujet de son contenu, et disant : “Malheur à nous  Pourquoi ce livre ne laisse-t-il rien, de petit ou de grand, sans le compter ?” Et ils trouveront présent devant eux tout ce qu’ils auront fait.” (18 : 49)

Et :

– “Le Jour où chaque âme trouvera présent devant elle ce qu’elle aura fait de bien et ce qu’elle aura fait de mal, elle souhaitera qu’il y eût un long intervalle entre elle et ses actes.” (3 : 29)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here