PARTAGER

SHAFAQNA – Wiki Shia : « Al-Mubâhala » (en arabe : المباهلة) ou l’ordalie signifie maudire et se damner. Deux personnes ou deux partis, qui croient avoir raison, supplient devant Dieu et lui demandent de maudire le menteur, afin que chacun sache qui a raison.

Ainsi, Le Prophète (s) suggéra aux chrétiens de Nadjran de faire al-Mubâhala et ils acceptèrent ; cependant, le jour où ils avaient convenu auparavant, ils refusèrent de faire al-Mubâhala, puisqu’ils virent que le Prophète (s) venait avec les membres les plus proches de sa famille, qui était sa fille, Fatima az-Zahra (a), son gendre, l’Imam Ali (a), ses petits-fils, al-Hasan (a) et al-Husayn (a) et comprirent donc leur vérité. De cette façon, le Prophète (s) devint victorieux dans cet évènement.

D’après les chiites, l’occasion d’al-Mubâhala du Prophète (s) avec les chrétiens de Nadjran n’est pas seulement un signe pour la vérité de la réclamation du Prophète (s) (invitation à l’islam), mais montrant aussi le poste de ses membres immaculés, depuis qu’il (s) les a présentés seul, parmi tous ses compagnons et leurs proches.

Par conséquent, cet évènement est parmi les mérites des Ahl al-Bayt (a). La rencontre d’al-Mubâhala s’est produite le 24 de Dhu al-Hijja, 10 H (632 C).

À lire aussi: Le Verset et son Exegèse de Mubâhala

Verset d’al-Mubâhala (L’ordalie)

Le verset d’al-Mubâhala (l’ordalie) est le verset 61 de la sourate Âl ‘Imrân (la Famille de ‘Imrân, en arabe : آل عمران), qui fait allusion à la pratique de malédiction réciproque entre le Prophète (s) et les chrétiens de Nadjran. Il est la preuve des grandes qualités des membres immaculés de la Famille du Prophète (s), spécialement de l’Imam Ali (a).

Texte du Verset

Article détaillé : Le verset de Mubâhala.
فَمَنْ حَاجَّكَ فِيهِ مِن بَعْدِ مَا جَاءَكَ مِنَ الْعِلْمِ فَقُلْ تَعَالَوْا نَدْعُ أَبْنَاءَنَا وَأَبْنَاءَكُمْ وَنِسَاءَنَا وَنِسَاءَكُمْ وَأَنفُسَنَا وَأَنفُسَكُمْ ثُمَّ نَبْتَهِلْ فَنَجْعَل لَّعْنَتَ اللَّـهِ عَلَى الْكَاذِبِينَ
« Réponds à quiconque argumentera donc contre toi, à son propos, après ce qui t’est venu de Science : « Allons ! appelons nos fils et vos fils, nos femmes et vos femmes, nous-mêmes et vous-mêmes, puis proférons exécration réciproque, en appelant la malédiction d’Allah sur les menteurs. »
Le Coran, Sourate III, verset 61 ; Traduction du Coran, Régis Blachère

Signification d’al-Mubâhala

Le terme « Mubâhala » (en arabe : مباهلة) signifie « ordalie » . (1) L’expression Bahalahu Allah (en arabe : بَهَلَهُ اللهُ) signifie « qu’Allah le maudisse » et « le prive de Ses bienfaits » .(2)

Evènement d’al-Mubâhala

Lorsque le Prophète (s) écrivit des lettres à des dirigeants de différents pays et centres religieux, il écrivit également une lettre à l’évêque de Nadjran, dans laquelle, il demanda aux gens de Nadjran d’accepter l’islam. Les chrétiens décidèrent d’envoyer une délégation à Médine pour parler avec le Prophète (s).

La délégation comprenait un groupe de plus de 10 nobles du peuple de Nadjran, dirigé par 3 personnes qui furent ‘Âqib, Sayyid et Abû Hâritha qui vinrent à Médine.
La délégation parla au Prophète (s) dans la mosquée du Prophète (s). Après que les deux parties insistèrent sur leur véracité, ils décidèrent de mettre fin au différend à travers al-Mubâhala ; Par conséquent, ils prirent la décision de se préparer à al-Mubâhala l’autre jour à l’extérieur de Médine dans le désert.

Le matin de la journée décidée pour al-Mubâhala, le Prophète (s) alla à la maison de l’Imam Ali (a), prit la main de l’Imam al-Hasan (a), tint l’Imam al-Husayn (a) dans son autre bras et demanda à l’Imam Ali (a) et Dame Fatima (a) de venir avec lui hors de Médine pour al-Mubâhala.

À lire aussi: Son Excellence Maryam (as): pour quelle raison elle est choisie comme la mère du Masîh (as)? (Partie 1)

Quand les chrétiens virent le Prophète (s), Abû Hâritha demanda :

« Qui étaient ceux qui l’accompagnaient ? »

Et il reçut la réponse :

« Celui qui se promène devant lui est son cousin et son gendre et la personne la plus aimée, ces deux enfants sont ses petits-fils et la femme avec lui est Fatima (a), sa fille bien-aimée. »

Le Prophète (s) était assis à genoux pour al-Mubâhala. Alors, Sayyid et ‘Âqib demandèrent à leurs fils pour al-Mubâhala. Abû Hâritha dit :

« Par Dieu, je le jure, qu’il s’est assis pour al-Mubâhala comme des prophètes (a)» .

Et revint. Sayyid lui demanda :

« où vas-tu ? »

Abû Hâritha répondit :

« Si Muhammad n’avait pas raison, il n’oserait pas venir pour al-Mubâhala comme ça, et s’il fasse al-Mubâhala avec nous, même un chrétien ne resterait pas vivant sur la terre avant cette année ! »

Dans une autre narration, il dit :

« Je vois des visages, que s’ils demandent à Dieu de retirer une montagne, en effet, il sera retiré. Alors, ne vous engagez pas à al-Mubâhala, sinon vous seriez mort et même un seul chrétien ne restera vivant sur la terre. »

Ensuite, Abû Hâritha vint envers le Prophète (s) et déclara :

« Ȏ Abu al-Qâsim ! Ne fais pas al-Mubâhala et fais la paix avec nous sur quelque chose que nous pouvons nous permettre de faire. »

Alors, le Prophète (s) fit la paix avec eux sous la condition qu’ils paient 80 000 dirhams chaque année, et aussi sous la condition que si le Yémen engage une guerre, ils prêtent 30 boucliers, 30 lances et 30 chevaux aux musulmans et le Prophète (s) serait responsable de leur retour.

À lire aussi: Que savons-nous de notre Dame Fatima al-Zahra (a.s.): Testez vos connaissances avec ces questions!

De cette façon, le Prophète (s) écrivit le traité de paix et la délégation revint.

Plus tard, le Prophète (s) déclara :

« Je le jure par Dieu que mon âme est à sa portée, que la mort du peuple de Nadjran devint proche et s’ils engagèrent dans al-Mubâhala avec moi, ils se transformeraient certainement en singes et cochons et toute leur terre brûlerait et ils brûleraient et Dieu détruirait tout le peuple de Nadjran et même les oiseaux ne resteraient pas dans leurs arbres et tous les chrétiens mourraient en moins d’un an. »(3)
Peu de temps après que la délégation revint à Nadjran, Sayyid et ‘Âqib vinrent au Prophète (s) avec des cadeaux et devinrent musulmans.(4)

Acteurs de cet évènement

Tous les hadiths sont d’accord sur le fait que le Prophète (s), amena avec lui ce jour-là, le Commandeur des croyants (a), sa fille, Fatima (s) et ses deux petits fils, l’Imam al-Hasan (a) et l’Imam al-Husayn (a), mais nous avons peu de détail dans les textes historiques sur le groupe chrétien et sur ce qui a été dit. (5)

Jour d’al-Mubâhala

Le jour de cet évènement est le 24e du mois de Dhu al-Hijja de l’année 631 de l’ère chrétienne. (6) Certains parlèrent du 21e du mois de Dhu al-Hijja. (7) Selon ckeikh al-Ansârî, le 24 de Dhu al-Hijja est réputé et il conseilla de faire les grandes ablutions. (8) Le cheikh Abbas Qummî dans son livre, Les clés du Paradis, (Mafâtîh al-Jinân, مفاتیح الجنان) a conseillé de faire les grandes ablutions et de jeûner le 24 Dhu al-Hijja.
Le point important est que les commentateurs chiites et sunnites sont tous d’accord sur l’authenticité de cet évènement.

Mentionner l’événement d’al-Mubâhala comme preuve

L’Imam Ali (a), l’Imam al-Hasan (a), l’Imam al-Husayn (a) et les autres descendants du Prophète (s) et même certains compagnons du Prophète (s) donnèrent des détails sur cet évènement dont nous présenterons quelques exemples.

Par ʻÂmir b. Sʻad b. Abî Waqqâs

‘Âmir b. Sa‘d b. Abî Waqqâs raconte de son père, Sa‘d b. Abî Waqqâs qu’il lui fut demandé par Muawiya :

« Pourquoi ne pas maudire Ali (a) ? »

Sa‘d dit :

« Pendant que je me souviens de trois choses, je ne le maudirais pas, et si l’un de ceux qui se passait à mon sujet, je l’aimerais plus que d’avoir des chameaux de cheveux roux » .

Ensuite, il mentionne ces trois mérites de l’Imam Ali (a), dont le troisième est celui lorsque le verset d’al-Mubâhala fut révélé au Prophète, il a appelé Ali (a), Fatima (a), al-Hasan (a) et al-Husayn (a) et déclara :

اَللهُمَّ هؤلاءِ اَهلُ بَیتی
« Ȏ Dieu, ce sont mes Ahl al-Bayt (a) ! » (9)

À lire aussi: Photos du Saint Sanctuaire de l’imam Ali (as) à l’occasion de Eîd Al-Ghadir

Par l’Imam al-Kâzim (a)

Harun al-Rachid dit à l’Imam al-Kâzim (a) :

« Comment prétendez-vous que vous êtes la descendent du Prophète (s), alors que le Prophète (s) n’a pas de progéniture ! Puisque la progéniture n’est faite que par des fils, pas des filles et vous êtes enfants de sa fille » .

L’Imam al-Kâzim (a) déclara :

« Permettez-moi de ne pas répondre ! »

Harun dit :

« Je ne vous excuse pas de répondre à ce que je demande, à moins que vous ne fournissiez une preuve du Coran. vous, les fils de Ali affirment qu’il n’y a rien dans le Coran, sauf si vous connaissez son interprétation et vous vous référez au verset suivant :
مَّا فَرَّطْنَا فِی الْكِتَابِ مِن شَیءٍ(10)
« Nous n’avons rien omis dans l’Écrit » (11)

Et vous vous considérez comme inutile à l’analogie et à l’opinion des savants.

L’Imam al-Kâzim (a) déclara :

« Est-ce que vous me permettez de répondre ? »

Harun répondit :

« Dis ! »

L’Imam déclara :

اَعوذُ بِاللهِ مِنَ الشَّيطانِ الرَّجيم؛ بِسْمِ اللَّهِ الرَّحْمَنِ الرَّحِيم
« Je cherche la protection d’Allah contre le Satan défavorisé, Au Nom d’Allah, le Tout-Bienfaisant, le Très Miséricordieux » .

وَ وَهَبْنَا لَهُ إِسْحَاقَ وَیعْقُوبَ ۚ کلًّا هَدَینَا ۚ وَنُوحًا هَدَینَا مِن قَبْلُ ۖ وَمِن ذُرِّیتِهِ دَاوُودَ وَسُلَیمَانَ وَأَیوبَ وَیوسُفَ وَمُوسَیٰ وَهَارُونَ ۚ وَکذَٰلِک نَجْزِی الْمُحْسِنِینَ ﴿۸۴﴾ وَزَکرِیا وَیحْییٰ وَعِیسَیٰ وَإِلْیاسَ ۖ کلٌّ مِّنَ الصَّالِحِینَ (۸۵) (12)

« Et Nous avons accordé à. [Abraham], Isaac et Jacob. Nous avons dirigé chacun [d’eux]. Et Noé, Nous l’avons dirigé auparavant ainsi que, parmi sa descendance, David, Salomon, Job, Joseph, Moïse, Aaron. Ainsi Nous récompensons les Bienfaisants. (84) Zacharie, jean, jésus, Élie, chacun d’eux fut parmi les Saints. (85) » . (13)

L’Imam continua :

« Qui fut le père de Jésus ? »

Harun répondit :

« Jésus n’avait pas de père » .

L’Imam (a) dit :

« Alors, Dieu l’a joint à la descendance des prophètes seulement par [la Vierge] Marie (a) et nous a rejoints de la même manière par notre mère, Fatima (s) à la progéniture du Prophète (s). Devrais-je continuer ? »

Harun déclara :

« Dis ! »

Alors, l’Imam (a) récita le verset d’al-Mubâhala et déclara :

« Personne n’a jamais dit que le Prophète (s) a pris quelqu’un d’autre que Ali b. Abî Talib (a), Fatima (a), al-Hasan (a) et al-Husayn (a) sous la cape, quand il allait à al-Mubâhala, ainsi, par « nos fils » , le Coran signifiait al-Hasan (a) et al-Husayn (a), par « nos femmes », le Coran signifiait Fatima (s) et par « notre âme », le Coran signifiait Ali b. Abî Talib (a). (14)

À lire aussi: 22 Dhu al-Hijja: Martyre de Maytham Tammâr

Par conséquent, dans le verset d’al-Mubâhala, Dieu s’est référé à l’Imam al-Hasan (a) et à l’Imam al-Husayn (a) en tant que fils du Prophète (s) et c’est la raison la plus évidente qu’Ahl al-Bayt (a) sont la progéniture du Prophète (s).

Par l’Imam ar-Ridâ (a)

Une fois, Abd Allah al-Mamun déclara à l’Imam ar-Ridâ (a) :

« Dites-moi le plus grand mérite de l’Imam Ali (a) mentionné dans le Coran » .

L’Imam ar-Ridâ (a) déclara :

« son mérite dans l’évènement d’al-Mubâhala » .

Ensuite, l’Imam (a) récita le verset d’al-Mubâhala et déclara :

« Le Prophète (s) appela al-Hasan (a) et al-Husayn (a) qui furent ses fils ; et il appela aussi Dame Fatima (s) qui est la référence pour « femmes » dans ce verset et l’Imam Ali (a) qui est « l’âme » du Prophète (s) dans la Parole de Dieu. Et on sait que personne dans la création n’est plus haut que le Prophète (s). Alors, selon la parole de Dieu, personne ne devrait jamais être plus haut que l’âme du Prophète (s) » .

Alors, al-Mamun déclara :

« Dieu amena l’expression « nos fils » en forme plurielle, alors que le Prophète (s) n’apporta que ses deux fils et aussi « nos femmes » est pluriel, alors que le Prophète (s) n’apporta que sa fille ; donc, pourquoi ne pas dire que l’appel de « nos âmes » signifierait aussi seulement le Prophète (s) lui-même ? par conséquent, le mérite que vous avez mentionné sur l’Imam ‘Ali (a) deviendrait nul » .

l’Imam ar-Ridâ (a) lui répondit :

« Votre argument est faux, parce qu’un appelant appelle quelqu’un d’autre que lui-même, comme si un commandant commandait quelqu’un d’autre que lui-même, et ce n’est pas bien, si quelqu’un s’appelle en réalité alors que personne ne peut en fait, ordonner lui-même. Et puisque le Prophète (s) n’a pas appelé un homme à al-Mubâhala autre que l’Imam Ali (a), il est confirmé qu’il est l’âme que Dieu mentionna, dans Son Livre et a ordonné à ce sujet là-bas » .

Ensuite, Mamun déclara :

« Avec la réponse, la question a été détruite » . (15)

Références

(1) Jawharî, sous l’entrée de بهل

(2) Zamakhsharî, v. 1, p. 368

(3) Qumî, v. 1, p. 183-184 ; Cheikh al-Mufîd, al-Irshâd fî Ma‘rifa Hujaj Allah ‘Ala al-‘Ibâd, v. 1, p. 166-171

(4) Tabrisî, v. 2, p. 310 ; at-Tabaqât al-Kubrâ, Khâmisat 1, p. 392

(5) Ibn Athîr, v. 2, p. 293

(6) Ibn Shahrâshûb, v. 3, p. 144

(7) Meybudî, v. 2, p. 147

(8) Ansârî, v. 3, p. 48-49

(9) Tabâtabâʾî, sous le verset 61 de Âl ‘imrân

(10) Coran, sourate al-An‘âm, verset 38

(11) Traduction du Coran, Régis Blachère, p. 155

(12) Coran, sourate al-An‘âm, verset 84-85

(13) Traduction du Coran, Régis Blachère, p. 161

(14) Tabâtabâʾî, p. 229-230

(15) Cheikh al-Mufîd, al-Fusûl al-Mukhtârat, p. 38

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here