PARTAGER

SHAFAQNA – Iqna : Des athées ont été branchés à des appareils qui montrent la température du corps, la pression artérielle et les battements du cœur pour voir leurs réactions quand ils entendent le nom de Dieu.

Les tests ont montré que quand le nom de Dieu était mentionné, le centre de la peur était activé dans le cerveau, avec une accélération de la vitesse de la circulation sanguine.

Le verset 14 de la sourate Naml déclare :
« وَجَحَدُوا بِهَا وَاسْتَيْقَنَتْهَا أَنفُسُهُمْ ظُلْمًا وَعُلُوًّا ۚ فَانظُرْ كَيْفَ كَانَ عَاقِبَةُ الْمُفْسِدِينَ »
« Ils les nièrent injustement et orgueilleusement, tandis qu’en eux-mêmes ils y croyaient avec certitude. Regarde donc ce qu’il est advenu des corrupteurs ».

L’Imam Sadiq (as) dans un hadith sur les cinq degrés de mécréance, a parlé du « کفر جحود » qui est le refus d’une chose dont on connait la vérité, et déclaré :
وَ هُوَ أَنْ یَجْحَدَ الْجَاحِدُ وَ هُوَ یَعْلَمُ أَنَّهُ حَقٌّ قَدِ اسْتَقَرَّ عِنْدَه‏» »

À lire aussi : Les athées sont plus intolérants que les croyants

L’Ayatollah Khamenei, dans le commentaire de ce hadith, a déclaré que la connaissance et la foi étaient deux choses différentes :
« L’être humain reconnait parfois une réalité mais sans avoir la foi, la foi et la science sont toutes deux nécessaires, une foi remplie de doutes ne sert à rien, mais la connaissance ne suffit pas à la foi.
Le Coran au sujet de Moise et du pharaon, déclare :
« و جحدوا بها واستیقنت‌ها انفسهم ظلما و علوّا »
C’est-à-dire que quand Moise (as) a invité le pharaon à la foi, les gens de la cour savaient qu’il disait la vérité et quand les magiciens ont reconnu que Moise n’était pas un magicien, ils ont eu foi en Moise (as) malgré les menaces du pharaon. Les autres ont refusé par orgueil et par intérêt », a-t-il expliqué.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here