PARTAGER
fr.shafaqna - Prolongation de six mois de la fermeture de la mosquée du Calendal à Aix-en-Provence
La fermeture de la mosquée du Calendal à Aix-en-Provence prolongée de six mois © Maxppp -

SHAFAQNA – francebleu.fr par Thibault Maisonneuve : Dans un arrêté du 16 novembre, la préfecture de police des Bouches-du-Rhône a décidé de prolonger de six mois la fermeture de la salle de prière du quartier d’Encagnage à Aix. Le préfet affirme que des jeunes du quartier continuent à être “influencés par la propagande salafiste agressive”.

Fermée en février 2017 en raison de “propos constituant une provocation à la haine ou à la violence” contre l’État, la laïcité, la démocratie mais aussi les chrétiens, les juifs et d’autres courants de l’islam, la mosquée Dar es Salam, dite du Calendal, dans le quartier d’Encagnane à Aix-en-Provence restera fermée six mois supplémentaires, selon un arrêté de la préfecture de police des Bouches-du-Rhône.

Dans cet arrêté, il est précisé que le compte Facebook de l’association qui gère ce lieu a continué, après la fermeture de la mosquée, à diffuser des publications au nom de la mosquée du Calendal en “promouvant un islam rigoriste, diffusant de nombreuses publications ou un ancien prêche incitant à la haine envers les non-musulmans, souhaitant l’extermination des chiites et soufis, justifiant la mise à mort des apostats et des auteurs d’adultère, prônant l’inégalité entre les femmes et les hommes”.

“Une propagande salafiste agressive”

La préfecture de police des Bouches-du-Rhône précise également que, “en dépit de la fermeture du lieu de culte, les plus jeunes des citoyens du quartier du Calendal demeurent influencés par la propagande salafiste agressive déployée dans le quartier” et que si la plupart des fidèles se sont réorientés vers d’autres lieux de culte, plus modérés,” les plus radicalisés d’entre eux attendent la réouverture de la mosquée du Calendal”.

“Aucune association n’est en mesure d’assurer la gestion du lieu de culte.”

Dans cet arrêté, le préfet de police des Bouches-du-Rhône, Olivier de Mazières conclut qu'”aucune structure associative n’est actuellement en mesure d’assurer la gestion du lieu de culte dans des conditions compatibles avec le maintien de l’ordre public, afin de permettre d’éviter sa reprise en main par les tenants d’un islam radical”.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here