PARTAGER

SHAFAQNA – La religion joue un grand rôle dans l’édification de l’individu et de la société, bref elle est la seule voie du bonheur.

La société qui n’accorde pas d’intérêt à la religion n’est pas réaliste et passe sa vie dans l’égarement, la vision superficielle et la négligence. Elle foule le discernement sous le pied et vie tel un animal, dépourvu de raisonnement et de projection.

Elle souffre de la dépravation des mœurs, du manque d’éthique et de manière générale elle perd ses valeurs humaines. En plus du fait qu’une telle société n’atteindra jamais le bonheur éternel et la perfection finale, elle subira également dans cette vie éphémère des répercutions amères et des déviations.

Tôt ou tard elle paiera pour sa négligence et comprendra que la religion et la foi étaient l’unique voie pour le bonheur et elle regrettera son attitude.

Dieu dit dans sa parole : « quiconque se préserve des souillures sera victorieux et celui qui s’approche de n’importe quel genre de turpitude n’atteindra jamais son but c’est-à-dire le bonheur et la félicité ».

Il faut savoir que le bonheur et la joie de l’individu et la société dépendent de l’application des préceptes religieux autrement dit la simple nomination ne sert à rien.

En effet, c’est la vérité qui a de la valeur et le simple fait de la chanter. Celui qui se dit musulman et dans l’attente de l’ange du bonheur développe des mauvais comportements et une mauvaise moralité est semblable à celui qui souffre d’une maladie avec l’ordonnance du docteur dans la main et s’attend à trouver la guérison. Il est évident qu’avec une telle mentalité il n’arrivera pas à destination.

Dieu dit : « Parmi ceux qu’on appelle musulman, juif, sabéen  ou chrétien, ceux qui ont vraiment cru en Dieu et au jour du jugement, ceux qui développeront une bon comportement auront une bonne récompense de la part de Dieu »(Sourate Baqarah : 62)

Peut-être d’aucuns se diront que selon ce qui ressort de ce verset si on croit en Dieu et au jour du jugement, si on fait de bons actes, on sera des bienheureux même si on ne reconnait que certains prophètes parmi tous ceux que Dieu a envoyé.

Il faut savoir que dans la sourate Nisaa (Verset 150 et 151) Dieu considère comme impie ceux qui croient en certains prophètes et rejettent d’autres.

En effet il est écrit : « Ceux qui ne croient pas en Allah et en ses messagers, et qui veulent faire distinction entre Allah et ses messagers et qui disent: ‹Nous croyons en certains d’entre eux mais ne croyons pas en d’autres›, et qui veulent prendre un chemin intermédiaire (entre la foi et la mécréance), sont les vrais mécréants et nous avons préparé pour les mécréants un châtiment avilissant » (comme par exemple les juifs qui ont rejeté Jésus et Mohammad et les chrétiens qui n’ont pas reconnu Mohammad).

Donc ne profitera intégralement de sa foi que celui qui reconnaitra tous les prophètes et aura un bon comportement.

La religion islamique

Islam est un mot arabe tiré de « slm » qui signifie « être soumis et obéir à un ordre ». C’est le nom que Dieu a choisi pour sa religion et qui apparait dans le saint coran. L’islam (la soumission à la vérité).

L’islam est l’une des religions monothéistes propagée à travers Mohammad (ç) à partir de la Mecque en l’an 610 environ après Jésus le Messie et qui s’est répandue en moins d’un demi-siècle et couverte une bonne partie de l’Asie et l’Afrique. Le saint coran qui est le livre sacré de l’islam ne fait pas de distinction entre les prophètes.

Selon le saint coran, tous les prophètes ont prêché la même religion c’est-à-dire l’islam de différentes manières et ils ont tous enseigné aux gens comment se soumettre aux ordres de Dieu l’unique. C’est pour cela qu’on désigne parfois l’islam dans le saint coran comme la religion unique ou « la religion d’Allah (Dieu) dont tous les prophètes en sont les propagateurs et qui et la seule religion agrée par auprès de Dieu. (Verset 150 et 151 Sourate Aali Imrane: 19, 83, 85; Sourate Maida: 44) Son plus grand exemple est la religion dont Mohammad a été choisi et qu’il a parfaitement transmise durant 23 ans et qui est le parachèvement, le terminus de ce mouvement d’orientation progressive de l’humanité au fil du temps avec la législation divine. (Sourate Maida: 3)

Ainsi, l’islam est la continuité des législations divines précédentes et leur couronnement. (Sourate Maida: 3) Cette religion n’a pas été altérée ou falsifiée contrairement aux religions passées.

Cette religion englobe à la fois le spirituel et le matériel. Il n’y a pas de place pour la vie de prêtre et de moine dans cette religion. De même que l’islam exhorte d’adopter une vie pieuse, elle encourage également à tirer convenablement profit des richesses divines du bas monde et condamne l’attachement exagéré aux biens du bas monde.(Sourate A’raaf: 32)

Avec l’arrivée de cette religion, toutes les législations précédentes ont été abrogées car du moment on dispose du complet on n’a plus besoin de l’incomplet.

De même, l’islam est une religion universelle et éternelle, une code de vie pour tous les gens et à toutes les époques, pourvu qu’on la connaisse comme il se doit.

Toute société et tout individu profitent équitablement de ses bienfaits. Le grand, le petit, la savant, l’ignorant, la femme, l’homme, le noir, le blanc, l’occidental, l’oriental sans aucune distinction.

Tous peuvent sous le drapeau de l’islam satisfaire leurs besoins de la meilleure des manières car l’islam fonde ses enseignements et ses lois sur la création, elle tient en considération les besoins, aspirations de l’homme et les comble. Et comme la disposition naturelle des hommes sont identiques quelle que soit la race et la situation géographique, leurs besoins sont aussi identiques et l’islam les satisfait.
Pout en savoir plus vous pouvez consulter les ouvrages suivants :
1 – Bref aperçu sur les enseignements de l’islam, Sayyed Mohammad Hossein Tabatabai, centre de propagation islamique, Qom, 1370
2 – L’autorité et la religion, Mahdi Hadavi Tehrani,

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here