PARTAGER

SHAFAQNA – Le Grand Ayatollah Sayyed Muhammad Saeed Hakim a répondu à quelques questions sur la période d’attente après le divorce (Iddah). Voici le texte des questions et réponses:

Question : Si une femme au cours de son Idda a fait une fausse couche, est-ce que son Idda est terminée? Si elle est forcée de se faire avorter pour lui sauver la vie, l’Idda prendra-t-elle fin?

Réponse : La période d’attente (Iddah) se termine par une fausse couche ou un avortement, même dans les cas où l’avortement est interdit.

 

Question : Est-il obligatoire pour le mari de rester avec la femme pendant la période iddah?

Réponse : Il est obligatoire pour le mari de fournir une résidence à sa femme pendant la période d’attente, iddah, d’un divorce révocable (raj’i).

 

Question : En raison du fait que la période d’Iddah est importante pour que le père puisse être identifié correctement si la femme tombe enceinte, et parce que la contraception élimine presque les chances de grossesse, est-il nécessaire d’observer l’Iddah période où la contraception a été utilisée?

Réponse : La raison de la période d’attente n’est pas nécessairement d’identifier le père si la femme est enceinte. Si c’était la raison, alors il aurait suffi à Allah le Divin Législateur de considérer un cycle menstruel comme une période d’attente et non comme une durée plus longue. Allah le Tout-Puissant connaît la véritable raison de cette législation. Par conséquent, l’Iddah doit être observé même si la contraception a été utilisée.

 

Question : Si la femme est divorcée et qu’aucun rapport sexuel n’a eu lieu au cours des 3 derniers mois, alors est-ce qu’elle doit observer Iddah?

Réponse : Si le mariage est consommé, c’est-à-dire que les rapports sexuels ont eu lieu une même seule fois, alors elle doit observer l’iddah.

 

Source: alhakeem.com

Traduction: Shafaqna Francais

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here