PARTAGER

SHAFAQNA – Le Muslim Post : « L’Etat ne lutte pas suffisamment contre l’islamisme, nous allons le faire à sa place. » Voilà ce que disait Natacha Polony à propos des membres du groupuscule terroriste AFO, justifiant à demi-mots leurs projets antimusulmans. Quelques semaines plus tard, voilà l’ancienne chroniqueuse de Laurent Ruquier nommée à la tête de Marianne.

À lire aussi: Au tribunal de l’islam et des musulmans 

Dans un tweet, Natacha Polony promet « un journalisme engagé dans le débat démocratique, pluraliste, refusant les assignations à résidence idéologique. » La nouvelle directrice de la rédaction de Marianne, qui aime se définir comme « souverainiste », travaillera donc pour un magnat… tchèque. Qu’importe le côté cocasse de la situation, la rencontre entre le magazine et l’éditorialiste était inévitable tant ils se ressemblent.

Depuis plusieurs semaines d’ailleurs, Marianne multiplie les articles liés à l’Islam,  sur « l’islamisation à visage découvert » en Seine-Saint-Denis, sur BabyLoup ou sur une école musulmane hors-contrat à Aulnay-sous-Bois. Comme si la rédaction avait voulu tout faire pour attirer Natacha Polony dans ses filets. Nul doute que Natacha Polony appréciera ce cadeau d’accueil.

À lire aussi: Affaire BabyLoup: la France devra indemniser la salariée licenciée

Lors de son mandat, Natacha Polony aura pour objectif d’aider le magazine à redresser la barre. Pour ce faire, elle épousera parfaitement la ligne islamophobe et la laïcité de combat défendue par Marianne. En 2014, Natacha Polony écrivait dans sa « lettre à un jeune compatriote musulman » publiée par Le Figaro qu’elle veut que « les musulmans laïques (…) vivent leur foi dans l’intimité. » Pour la nouvelle patronne de Marianne, « la laïcité à la française crée symboliquement un espace public neutre. »

Des erreurs factuelles sur la laïcité qui ne devraient pas poser de problème à la rédaction de Marianne. Elle retrouvera d’ailleurs son époux Périco Légasse, critique gastronomique et autoproclamé expert ès Islam, au sein du magazine. Les discussions des réunions de rédaction s’annoncent d’ores et déjà passionnantes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here