PARTAGER
New Jersey, musulman, la police

SHAFAQNA – Oumma : Pour rien au monde, ils n’auraient manqué la cérémonie d’investiture qui s’est déroulée, mardi soir 20 août, dans l’enceinte du palais de justice de Bergenfield. De nombreux notables locaux, du comté de Bergen et de l’Etat du New Jersey se sont pressés pour assister aux premières loges à un instant historique : l’assermentation du premier chef de la police musulman de la région.

Celui que les principaux acteurs de la sphère politique et institutionnelle étaient venus écouter prêter serment, et féliciter chaleureusement pour sa belle promotion amplement méritée, s’appelle Mustafa Rabboh.

A 46 ans, ce professionnel aguerri, qui a réussi à gravir tous les échelons de la hiérarchie jusqu’à se hisser au sommet de la pyramide, en ne reniant rien de ses convictions profondes et de sa foi en Dieu, a fendu l’armure au moment de prononcer sa promesse solennelle de fidélité et de dévouement, la main posée sur sa « Bible » personnelle : le noble Coran.

« Je suis honoré et touché au-delà des mots de la confiance qui a été placée en moi et de l’extraordinaire soutien que j’ai reçu. J’aimerais commencer par remercier le maire et les membres du Conseil pour leurs encouragements, mais aussi pour la haute estime dans laquelle ils m’ont toujours tenu », a déclaré Mustafa Rabboh, la voix étranglée par l’émotion.

À lire aussi : Etats-Unis : la première femme officier de police voilée de Paterson

Une émotion que ce haut gradé de la police, habitué à maîtriser ses sentiments, n’a pu cette fois-ci refouler, notamment quand s’est avancé vers lui l’homme chargé de l’adouber, qui n’était autre que son ami d’enfance : John Abdelhadi, juge en chef siégeant au sein de la City Municipal Court à Paterson.

Terre de contrastes saisissants, l’Amérique de Trump, passée sous pavillon suprémaciste blanc et inféodée au lobby pro-sioniste, peut dans certains endroits échapper miraculeusement au fléau du racisme et de l’islamophobie qui gangrène le pays, et offrir le spectacle d’une assermentation fédératrice, débarrassée des préjugés ravageurs.

Mardi dernier, à Bergenfield, le brasier de la haine que le pyromane de Washington s’évertue à raviver était éteint, Gurbir Grewal, le procureur général du New Jersey, et premier procureur général d’origine sikh des Etats-Unis, y veillant scrupuleusement.

Aussi est-ce un hommage vibrant que cette éminente personnalité de l’institution judiciaire a rendu au premier chef de la police musulman du New Jersey, saluant son ascension professionnelle et, plus encore, le modèle de réussite qu’il représente désormais, à une époque où le sentiment anti-musulmans est d’autant plus prégnant qu’il est attisé à dessein.

« Ce soir, ici à Bergenfield, nous montrons au reste du pays que malgré toute la haine, malgré toute la rhétorique délétère, malgré toute la négativité et le sensationnalisme dont les médias nous abreuvent, le rêve américain s’est réalisé devant nous, grâce à nous », a proclamé non sans fierté Gurbir Grewal.

Aux côtés de son épouse Eva, et de ses trois fils, Aiden, Ameer et Adam, et devant un auditoire trié sur le volet qui l’applaudissait, Mustafa Rabboh a réalisé qu’il venait d’entrer par la grande porte dans l’histoire de la police américaine.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here