PARTAGER

SHAFAQNA – Le Muslim Post : « Entre deux tweets xénophobes, Salvini accueille des migrants. » Ce titre ironique est signé Le Monde. Pourtant, le ministre italien de l’Intérieur n’a pas vraiment aidé à dénouer la situation de l’Aquarius. Le 14 août, alors que l’Italie vivait le drame du pont de Gênes, Matteo Salvini écrivait : « Une bonne nouvelle dans une journée aussi triste. L’Aquarius ira à Malte et les immigrés à bord seront distribués entre Espagne, France, Luxembourg, Portugal et Allemagne, mais pas en Italie, comme promis. Nous avons suffisamment donné. Des mots aux faits ! » Un peu plus tard pourtant, Malte assurait que l’Italie allait héberger une vingtaine de réfugiés. Un bras de fer entre l’Italie et l’Union européenne concernant l’accueil de migrants qui ne s’est pas calmé…

À lire aussi: Matteo Salvini : « De nouvelles mosquées ? Non merci »

Car ce dimanche, des réfugiés embarqués sur le Diciotti, un navire des garde-côtes italiens, et qui attendaient depuis vingt-quatre heures l’autorisation de débarquer en Italie après une semaine passée à patienter, ont foulé le sol italien. Mais le ministre de l’Intérieur est visé par une enquête pour « séquestration, arrestation illégale et abus de pouvoir. » Avant de laisser les 137 migrants se trouvant à bord du patrouilleur poser le pied en Italie, le ministre de l’Intérieur a tout fait pour ralentir leur accueil. Au final, tous ont pu débarquer. Certains seront accueillis par l’Albanie, d’autres par l’Irlande, mais la majorité resteront en Italie, le clergé italien ayant proposé ses services. Le parquet va tenter de déterminer comment le ministre italien de l’Intérieur a bloqué la procédure. « Une honte », peste Salvini qui espère compter sur le soutien de son pays. « Ils peuvent m’arrêter, mais ils ne peuvent pas arrêter la volonté de 60 millions d’Italiens », insiste le ministre qui ne compte pas adoucir sa politique migratoire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here