PARTAGER

SHAFAQNA – IQNA : Le fondateur de la première université islamique italienne estime que dans le contexte de l’escalade de l’islamophobie en Italie ces dernières années, et de l’arrivée d’une vague de demandeurs d’asile originaires d’Afrique et du Moyen-Orient, la création de cette université constitue une étape importante dans l’établissement d’un dialogue entre chrétiens et musulmans.

Giampiero Paladini, 58 ans, a grandi dans une famille catholique et après des années de recherches, est devenu musulman en 2012. Il a fondé la première université islamique en Italie en 2015. Dans un entretien avec l’Agence iranienne de presse coranique ICANNA, il a déclaré qu’il avait créé cette université à cause des problèmes idéologiques qui existaient dans la société occidentale. »

Il a indiqué : « J’ai réalisé que dans l’Islam, contrairement au christianisme, on pouvait parler directement à Dieu et je suis devenu musulman. J’ai choisi le nom islamique de Khalid. Etre musulman est une grande bénédiction d’Allah à Ses serviteurs. L’idée de la création de cette université est née en 2010, et en 2014, j’ai décidé de la créer à Lecce dans le sud de l’Italie, qui a environ 100 000 habitants. L’université islamique d’Italie a commencé ses activités en octobre 2015. »

À lire aussi : L’Italie va-t-elle finalement accueillir des migrants ? Passe d’armes entre Salvini et Conte

M. Paladini a ajouté : « En plus des problèmes d’obtention de la licence, nous avons été confrontés à des désaccords de la part des habitants. Les attaques terroristes à Paris et à Sydney à cette époque, et l’afflux de migrants musulmans d’Afrique et du Moyen-Orient en Italie, ont suscité des inquiétudes parmi la population. La situation n’était pas très favorable. Nous devions répondre aux préoccupations de la population. »

« De plus, a-t-il dit, l’aide apportée par certains pays musulmans comme le Qatar et le Koweït à la construction de cette université, a suscité des inquiétudes sur le danger de la promotion d’idées extrémistes. Mais dans de telles circonstances, je pense que l’ouverture d’une université islamique était le meilleur moyen pour promouvoir une meilleure compréhension de l’islam et lutter contre les préjugés. Je pense que c’était une bonne méthode pour créer un espace de discours et de compréhension mutuelle.»

Le fondateur de la première université italienne a souligné : « À mon avis, cette université est un pont entre le monde de l’islam et le christianisme. L’université qui peut accueillir 5000 étudiants, en plus des cours islamiques comme l’interprétation coranique, l’arabe, la théologie et la jurisprudence islamiques, enseigne aussi l’agriculture, la médecine et l’aérospatiale. Nous avons également des branches artistiques et scientifiques, et un cours supérieur en économie islamique et internationale. Notre université n’est pas destinée à la formation d’érudits islamiques et est ouvertes à tous. Nous respectons la loi italienne, par exemple, les étudiantes sont libres de porter l’hijab. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here