PARTAGER

SHAFAQNA- Ce qui suit fait partie du livre Universalité de l’Islam, Traduit de l’anglais et édité par Abbas Ahmad al-Bostani, sélectionné par SHAFAQNA.

La base historique de la Religion

La seule source authentique d’investigation concernant la base historique des religions est le Coran, parce qu’il est immunisé contre toutes sortes d’erreur, de conjecture, de préjudice et de partialité.

Le Saint Coran dit franchement :

«Aux yeux d’Allah, l’Islam est la seule Religion.» (Sourate Âl ‘Imrân, 3 : 20)

Dès le tout début, l’Islam a été la Religion de l’humanité. Le Saint Coran note expressément que l’humanité actuelle est la progéniture du Prophète Adam (S)(1) à qui des Révélations Divines ont été faites. Sa Religion était très simple, et fondée sur quelques Principes fondamentaux qui assignaient aux gens l’obligation d’adorer Allah, Le Seul Etre Suprême, et de traiter leurs semblables, et surtout leurs parents, avec bonté et faveur, ainsi que de s’abstenir de se quereller, de tuer, de faire du mal, et de tout acte vil semblable.

Après le Prophète Adam, sa progéniture commença à mener sa vie avec simplicité et sans conflits. Lorsque le nombre des membres de cette descendance augmenta, ceux-ci se mirent à vivre ensemble, et le concept et la pratique du rôle social de la vie humaine commencèrent à se concrétiser. En raison des conditions qui prévalaient, les gens s’approchèrent de plus en plus de la civilisation. Mais lorsque la population augmenta en nombre, ils se divisèrent en tribus.

Dans chaque tribu, il y avait un petit nombre d’individus distingués qui étaient tenus en si haute estime par les membres de la tribu qu’à la suite de la mort de l’un d’entre eux, les gens lui érigèrent des monuments en forme d’idole et des effigies et se mirent à les adorer. Comme cela est confirmé par divers dignitaires religieux, cette pratique conduisit à la fondation de l’idolâtrie. L’histoire de l’idolâtrie soutient la même thèse.

À lire aussi: Hadith du jour: Qu’a choisi Adam parmi la raison, la pudeur et la religion?

Par la suite, les gens les plus forts se mirent à exploiter les gens les plus faibles et, progressivement, cette pratique conduisit à des disputes et à des conflits sérieux entre les gens. Cet état de choses écarta l’homme du Droit Chemin, et l’entraîna vers des malheurs et des afflictions extrêmes.

Finalement, Allah Le Dispensateur de la Grâce, nomma Ses Prophètes, et leur fit Ses Révélations -telles les Saintes Ecritures- afin que les gens puissent résoudre leurs différends. Allah dit, dans le Saint Coran :

«Au début, tous les gens constituaient une seule nation. Lorsqu’ils commencèrent à se disputer les uns avec les autres, Allah envoya Ses Prophètes pour leur apporter la Bonne Nouvelle et pour les avertir, et Il leur révéla les Livres Saints afin que les choses qui se trouvaient à l’origine des conflits fussent résolues.» (Sourate al-Baqarah, 2 : 213)

L’Islam – La Voie Divine

L’Islam est la dernière de toutes les religions. De là, comparé aux autres religions, il est la Religion la plus complète. Après son avènement, toutes les autres religions furent révoquées. Il est évident qu’une chose imparfaite ne saurait tenir tête à une autre, parfaite, compréhensible et superbe.

L’Islam a été apporté à toute l’humanité par le Saint Prophète, Muhammad fils d”Abdullah (Ç).

La porte du Salut et de la Félicité a été grande ouverte devant toute l’humanité, à un moment où les sociétés étaient déjà passées par une longue période de dégradation morale et de corruption, pour se trouver désormais apte à atteindre le niveau d’élévation morale grâce à laquelle ces sociétés pouvaient parvenir aux idéaux sublimes de réalisations humaines et de cognition divine. Ainsi, l’Islam a apporté à l’humanité des vérités d’autant plus acceptables qu’elles peuvent être facilement comprises par un homme à l’esprit rationnel.

Ceci mis à part, l’Islam a mis à la disposition de l’humanité un Code distingué de bonne conduite. Il a aussi apporté des Préceptes et des Commandements qui sont à même de diriger aussi bien le rôle individuel que social de l’homme dans la vie. L’Islam demande à l’humanité de se conformer strictement à ses Principes.

C’est pour toutes ces considérations que l’Islam se qualifie de Religion Divine et éternelle. L’Islam est un Code de vie complet, qui traite des Croyances, gouverne les affaires humaines en tenant compte des valeurs morales et des actes vertueux, de sorte à rendre l’homme capable d’obtenir pour lui-même la paix et la prospérité dans ce monde et dans l’Autre Monde.

À lire aussi: La beauté et l’art selon l’islam

Les Enseignements de l’Islam sont tels que tout individu, ou toute société, qui les suit finira par mener une vie prospère, et atteindra progressivement la cime de la gloire.

L’Islam accorde ses bienfaits à tout individu et toute société d’une façon égale. Tout individu, qu’il soit grand ou petit, sage ou non, homme ou femme, blanc ou noir, de l’est ou de l’ouest, peut en être le bénéficiaire, indistinctement, et satisfaire ses besoins en le suivant. C’est ainsi parce que les Préceptes de l’Islam et ses injonctions sont fondamentalement pour toute l’humanité. Il prend en considération tous les besoins humains, et les résout en conséquence.

Dans les différents peuples, de races et d’âges divers, la nature et la structure de l’homme sont les mêmes. Evidemment, de l’est à l’ouest, la société humaine est comme une famille. C’est-à-dire que chacun de nous, qu’il soit grand ou petit, sage ou non, blanc ou noir, homme ou femme, est le membre de cette grande famille, et tout le monde est égal sur cette base. Les besoins des différents peuples et races se ressemblent. Les gens qui ne sont pas encore nés seront, dans le futur, les descendants des gens présents, et ils hériteront de tous leurs besoins et manques en conséquence.

En un mot, l’Islam est une Religion qui satisfait tous les besoins authentiques et naturels de l’homme. Cette Religion est suffisamment bonne pour tout le monde, et elle durera pour toujours. C’est pour cette raison qu’Allah décrit l’Islam comme une Religion rationnelle, et qu’Il invite l’humanité à conserver la rationalité dans la nature humaine. Les dignitaires religieux ont dit que l’Islam est une Religion simple, puisqu’il n’impose pas de contrainte.

De même que la Religion occupe une position unique par rapport aux autres méthodes de système social, de même l’Islam jouit d’une place privilégiée en comparaison des autres religions. C’est de ce point de vue que l’Islam est plus bénéfique à la société humaine que tout autre système. Cet état de fait devient clair lorsqu’on fait une comparaison entre les adeptes de l’Islam et ceux des autres religions.

L’Islam et les autres religions

De toutes les religions, l’Islam est la seule à être profondément sociale de nature. Les Enseignements islamiques ne sont ni comme ceux de l’actuel christianisme, qui pense uniquement au bien-être des gens dans la vie future et qui reste silencieux sur leurs affaires de ce monde, ni comme ceux du présent judaïsme, qui concentre tous ses efforts sur l’éducation et la guidance d’une seule nation, ni comme ceux de la religion des mages, ni comme ceux d’autres religions qui sont limitées à traiter très peu des aspects de la conduite morale.

En Islam, l’éducation et la Guidance de tous les gens, ainsi que leur paix et leur prospérité aussi bien dans ce monde que dans l’Autre, ont été toujours prises en considération. En fait, ceci est le seul moyen de réformer les sociétés et de rechercher la prospérité des gens, car il est futile de se concentrer sur la réforme d’une seule société ou nation alors que, de nos jours où les peuples des quatre coins du monde se rapprochent les uns des autres de plus en plus en raison des bonnes relations mutuelles entre les nations, car cela équivaudrait à purifier seulement une goutte d’eau dans un réservoir ou un ruisseau pollués, en laissant tout le reste tel quel. En outre, c’est contraire aux principes mêmes de la réforme que d’ignorer les autres sociétés en ne s’occupant que d’une seule.

À lire aussi: Mérite supérieur que le Coran reconnaît à Adam: L’initiation d’Adam aux noms de la part de Dieu (partie1)

Par ailleurs, l’Islam jette suffisamment de lumière sur le sujet de la création de l’homme et de l’univers, sujet auquel l’esprit humain est porté à réfléchir naturellement. Toutes les valeurs morales qu’on peut inculquer à l’homme, et tous les événements qui peuvent intervenir dans la vie de l’homme, sont traités profondément dans les Enseignements islamiques. Toutefois, l’Islam a reconnu seulement les pensées qui sont fondées sur la réalité et considérées comme fondamentales, et en tête desquelles figure la Croyance en Allah.

Concernant le Code moral, l’Islam a donné la priorité seulement aux valeurs les plus proches de la conscience intelligente et qui sont fondées sur le monothéisme.

Sur la base de la moralité, l’Islam a promulgué les Règles et les Règlements qui prennent en considération des détails minutieux de l’activité humaine, et par lesquels les responsabilités individuelles en général, aussi bien que dans des circonstances particulières, ont été définies concernant la société et l’individu, qu’il soit blanc ou noir, campagnard ou citadin, homme ou femme, majeur ou mineur, maître ou serviteur, riche ou pauvre, gouvernant ou gouverné.

Allah dit à cet égard :

«Regarde comment Allah compare le mot béni à un arbre béni dont la racine est solide et les branches s’élèvent vers le ciel.» (Sourate Ibrâhîm, 14 : 29)

Quiconque scrute les Principes, les Enseignements moraux et la Jurisprudence islamiques sentira qu’il entre dans un océan dont la vaste étendue et la profondeur dépassent les perceptions de l’esprit humain.

Malgré ce fait, chacun de ses éléments constitutifs est tellement relié aux autres que le corps total de ces éléments constitue un système d’adoration divine et d’amour humain à propos duquel Allah a fait des Révélations à Son Prophète (Ç).

L’Islam et les autres systèmes sociaux

Si nous regardons de plus près les méthodes et les moyens des sociétés développées, nous constatons que bien qu’elles aient réalisé d’énormes progrès dans les domaines du développement éducationnel et industriel -l’exploration de la Lune et de Mars, et toutes les découvertes incroyables- elles ont quand même conduit l’humanité vers le bord de la ruine et, pis, en une courte période, celle du dernier quart de siècle, elles ont répandu deux fois le sang de centaines de milliers de gens innocents. Et encore, elles ont exposé l’humanité au risque d’une troisième guerre, et il est possible que cette guerre conduise à la destruction totale de l’espèce humaine.

C’est avec ces méthodes, et au nom de l’humanité et de la liberté, que ces sociétés avancées ont, dès le début, conduit les autres nations des quatre continents sous la domination de l’Occident avec des visées impérialistes. De cette façon, un petit groupe d’hommes devint le maître des destinées de millions de gens. Il est indéniable que les nations développées ont atteint, dans leurs propres sphères d’activité, une abondance concernant les plaisirs de ce monde et les luxes de la vie, et bien que tous leurs programmes ambitieux relatifs à la justice sociale et à l’avancement éducationnel et technologique aient connu un succès non contestable, elles se trouvent assaillies par de nombreuses difficultés, tels les conflits internationaux et les génocides.

En outre, le monde s’attend au pire pour l’avenir. Il va sans dire que tous ces fruits amers sont le produit de notre civilisation actuelle, et sont directement liés au mode de vie des nations et sociétés qui se laissent aller vers ce prétendu progrès.

Toutefois, il est à rappeler que les avantages qui nous reviennent, et qui sont l’instrument de la prospérité dans la société, ont pour origine non la loi humaine, mais les valeurs morales, telles que la vérité, l’honnêteté, le sens du devoir, la conscience, la bienveillance, et l’esprit de sacrifice. Mais bien que les mêmes lois et règles prévalent dans les pays sous-développés d’Asie et d’Afrique, leurs misères et leurs malheurs vont augmentant jour après jour. Et les fruits amers de ce même système social, qui laissent un mauvais goût dans la bouche de l’homme, deviennent la cause de ses malheurs et misères, et ils conduisent les pays développés vers un état ruineux. Ils ont pour origine des traits méprisables, tels que l’avidité, l’avarice, la cruauté, l’orgueil et l’entêtement.

Si nous méditons sur le Code de l’Islam, nous remarquons qu’il nous ordonne principalement de suivre les principes de la conduite morale en accomplissant de bonnes actions en vue du bien-être de l’humanité, et en nous abstenant de commettre toute action susceptible de perturber la paix et la tranquillité de la vie de l’homme, même si cette action comportait un bien sous-jacent pour une nation en particulier.

À lire aussi: Écoutons le commandeur de l’éloquence, Imam Ali (a.s.) décrivant son Seigneur, Allah le plus grand (Partie 1)

Conclusion : On peut tirer la conclusion suivante de ce qui précède :

1) Le système islamique est meilleur que les autres systèmes, et il est plus bénéfique pour l’humanité en général. Le Saint Coran dit à ce propos :

«Voilà [l’Islam] la Religion droite, mais la plupart des gens ne savent pas.» (Sourate al-Rûm, 30 : 30)

2) La plupart des avantages éclairants et fructueux de la civilisation contemporaine sont le résultat des bénédictions de la Religion Divine, l’Islam. Ils sont les témoignages de ce que l’Occident a tiré de la Religion Divine. C’est grâce aux principes de valeurs morales et de bonne conduite auxquels l’Islam avait appelé il y a des siècles -longtemps avant l’avènement de la civilisation occidentale- et que l’Occident a suivis, que celui-ci (l’Occident) a pris le dessus sur nous. Le Commandeur des Croyants, l’Imam ‘Alî (S), s’adressant aux gens, dit aux derniers moments de sa vie :

«Ne vous comportez pas de telle façon que les autres vous devancent dans l’application des Principes du Coran.»

3) Selon les Enseignements islamiques, il est nécessaire que l’homme considère la bonne conduite comme son objectif, et qu’il s’impose des règles sur cette base.

Le fait de s’écarter du concept de bonne action, et de promulguer des lois en vue du gain matériel, conduit graduellement la société au matérialisme et la prive de la spiritualité – qui est le seul facteur qui distingue l’homme des animaux. C’est à cause d’une telle tendance au matérialisme que l’homme acquiert des caractéristiques dignes des carnivores et des herbivores, tels que les loups, les léopards, les moutons et les vaches. Et c’est pour que l’homme reste digne de son caractère distinctif que le Prophète (Ç) a dit :

– «Ma raison d’être est le perfectionnement de la bonne morale.»

Note:

(1) Abréviation de la formule de révérence : «Salâm-ullâh ‘alayi» (Que la Paix d’Allah soit sur lui)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here