PARTAGER

SHAFAQNA – Ce qui suit fait partie du livre Le Jeûne de Ramadhân: Sa signification, ses effets et ses status, compilés, traduits et édités par Abbas Ahmad al-Bostani, sélectionné par SHAFAQNA.

L’invocation de l’lftitâh (à lire chaque nuit du mois de Ramadan)

 
(Bism-illâh-ir-Rahmân-ir-Rahîm)
Au Nom de Dieu,
le Clément, le Miséricordieux
 

(Allâhomma innî aftatih-oth-thanâ’a bi-hamdik-a wa Anta mosaddidon il-ç-çawâbi bi-mannik(a)

Ô mon Dieu! Je commence l’éloge par Ta louange, car c’est Toi qui conduis immanquablement et par Ta faveur, vers la Vérité,

(wa ayqanto Annaka arham-or-rahimîn(a) fî mawdhi`-il-`afwi wa-r-rahmah, wa achad-dol-mo`âqibîna fî mawdhi`-in-nikâli wan-naqamah, wa a`dham-ol-motajabbirîna fî mawdhi`-il-kibriyâ’i wa-l-`adhamah)

et parce que j’ai acquis la conviction que Tu es le plus Clément des cléments quand il s’agit de Pardon et de Miséricorde, le plus ferme de ceux qui punissent, lorsqu’il s’agit de Châtiment et de Vengeance, et le plus Grand des grands; lorsqu’il s’agit de Gloire et de Majesté.

(Allâhomma athinta lî fî do`â’ika wa mas’alatika: f-asma` yâ Samî`o midhatî, wa ajib yâ Rahîmo da`watî, wa aqil yâ Ghafûro `athratî)

Ô mon Dieu! Tu m’as autorisé à T’invoquer et à Te Solliciter; entends donc, Ô Toi qui écoutes, mon éloge! Réponds donc, Ô Clément, à mon invocation; et pardonne donc, Ô continuel Pardonneur, mes trébuchements!

(fakam, yâ Ilâhî, min korbatin qad farajtahâ, wa homûmin qad kachatahâ, wa `athratin qad aqaltahâ, wa rahmatin qad nachartahâ, wa halaqata balâ’in qad fakaktahâ.)

Car combien de peines, Ô mon Dieu, n’as-Tu pas soulagées? et combien de soucis, n’as-Tu pas absous? et combien de Miséricorde n’as-Tu pas répandue? et combien de cercles de malheur, n’as-Tu pas dénoués?

(alhamdo lil-Lâh-il-lathî lam yattakhith çâhibatain wa lâ waladâ(n), wa lam yakon laho charîkan fi-l-molki, wa lam yakon laho waliyy-on min-aththolli, wa kabbirho takbîrâ(n).

Louange à Dieu qui ne s’est donné ni compagne ni enfant, qui n’a pas d’associé dans la Royauté, qui n’a pas besoin de protecteur pour Le défendre contre l’humiliation, et dont on doit donc proclamer hautement la Grandeur.

(alhamdo lillâhi bi-jamî`i mahâmidihi kollihâ, `alâ jamî`i ni`amihi kollihâ)

Louange à Dieu avec l’ensemble de toutes Ses Qualités louables et pour l’ensemble de tous Ses Bienfaits.

(alhamdo lillâh-illathî lâ modhâdda laho fî molkihi wa lâ monâzi`a laho fî amrihi)

Louange à Dieu qui n’a pas d’opposant dans Sa Royauté, ni de rival dans Son Commandement.

(alhamdo lillâh-illathî lâ charîka laho fî khalqihi, wa lâ chabîha laho fî `adhamatihi.)

Louange à Dieu qui n’a pas d’associé dans Sa Création, ni de semblable dans Sa Majesté.

À lire aussi : Le Prône du Prophète (P) sur le Mois béni de Ramadan

(alhamdo lillâh-il-fâchî fî-l khalqi amroho wa hamdoho, adhdhâhiri bi-l-karami majdoho, al-bâsiti bi-l-jûdi yadoho),

Louange à Dieu qui répand Son Commandement et Son Eloge dans la Création; qui fait apparaître Sa Gloire par Sa Générosité; qui tend Sa main par Sa Largesse;

(allathî lâ tanqoço khazâ’inoho wa lâ tazîdoho kathrat-ol-`atâ’i illâ jûdan wa karaman: innaho howa-l-`Azîz-ol-Wahhâb.)

Celui dont les trésors ne diminuent pas, et dont les dons généreux ne font qu’augmenter la Générosité et la Munificence; IL est le Puissant, le Continuel Donateur.

(Allâhomma innî as’aloka qalîlan min kathîrin, ma`a hâjatin bî ilayhi `adhîma(tin),

Ô mon Dieu! Je Te demande peu (de choses) par rapport à l’immensité (de ce que Tu possèdes); alors que mon besoin en est grand,

(wa ghinâka `anho qadîm(on), wa-howa `indî kathîr(on), wa-howa `alayka sahlon yasîr(on)

Ton non-besoin en est avéré, et alors que pour moi c’est beaucoup, pour Toi, c’est facile et aisé ..

(Allâhomma inna `afwaka `an thanbî, wa tajâwozaka `an khatî’atî, wa çafhaka `an dholmî, wa sitraka `alâ qabîhi `amalî)

Ô mon Dieu! Le fait que Tu aies pardonné mon péché, oublié ma faute, absous mon injustice, couvert mon action détestable,

(wa hilmaka `an kathîri jormî, `indamâ kâna min khata’î wa `amadî)

fait preuve d’indulgence envers les nombreux crimes que j’ai commis délibérément et dont je suis pleinement coupable,

(atma`anî fî an as’aloka mâ lâ astawjibaho minka al-lathî razaqtanî min rahmatika, wa araytanî min qodratika wa `arraftanî min ijâbatika)

(tout cela) m’a encouragé à Te demander ce que je ne mérite pas, de Toi qui m’as accordé les moyens d’existence par Ta Miséricorde, qui m’as fait entrevoir (une partie de) Ta Puissance et connaître (une partie de) Ta réponse.

(fa-çirto ad`ûka âminan, wa as’aloka mosta’nisan, lâ khâ’ifan wa lâ wajilan, modillan `alayka fîmâ qaçadto fîhi ilayka),

Aussi me suis-je permis à T’appeler en toute confiance, et à Te solliciter avec gaieté, sans peur ni crainte, exigeant de Toi avec familiarité ce pour quoi j’étais venu vers Toi.

(fa-in abta’a `annî `atabto bi-jahlî `alayka, wa la`alla-l-lathî abta’a `annî howa khayran lî, il-`ilmika bi-`âqibat-il-omûr(i)

Si cela (ce que je voulais de Toi) tardait à me parvenir, je Te blâmerais par mon ignorance; car peut-être ce retard vaut-il mieux pour moi, pour la simple raison que Tu connais préalablement le résultat des choses …

(fa-lam ara mawlan karîman açbara `alâ `abdin la’îmin minka `alayya)

Ainsi, je n’ai jamais vu un Maître plus généreux et plus patient que Toi envers un serviteur aussi mesquin que moi.

(yâ Rabbi ! Innaka tad`ûnî fa-‘owallî `anka, wa tatahabbabo ilayya fa-atabagh-ghadho ilayk(a)

Ô mon Dieu! Alors que Tu m’appelles, je Te tourne le dos, et alors que Tu Te montres aimable envers moi, je Te boude,

À lire aussi : Comment créature peut imaginer son Créateur?

(wa tatawaddado ilayya falâ aqbalo minka, ka-anna liya-t-tattawola `alayka)

et alors que Tu me témoignes de l’affection, je la refuse de Ta part, comme si Tu me devais. quelque chose;

(fa-lam yamna`aka thâlika min-ar-rahmati bî wa-l-ihsâni ilayya wat-tafadh-dholi `alayya bi-jûdika (wa karamika?)

et malgré tout, cela ne T’a pas empêché d’être Miséricordieux envers moi, Bienfaisant à mon égard, et de me couvrir de la faveur de Ta Largesse.

(fa-rham `abdaka-l-jâhil, wajod `alayhi bi-fadhl ihsânika innaka Jawâdon Karîm)

Sois donc Miséricordieux envers Ton serviteur ignorant, et offre-lui généreusement la faveur de Ta Bienfaisance; car Tu es le continuel Donateur, le Généreux.

(al-hamdo lillâhi Mâlik-ol-molki, Mojri-l-folki, Mosakh-khir-or-riyâhi, Fâliq-il-içbâhi, Dayyân-id-dîni, Rab-bi-l-`âlamîn(a)

Louange à Dieu, Maître de la Royauté, Celui qui fait voguer les vaisseaux, qui asservit les vents, qui fait revenir l’aube, le Juge du Jour du Jugement, le Seigneur des Mondes.

(al-hamdo lillâhi `alâ hilmihi ba`da `ilmihi, wa-l-hamdo lillâhi `alâ `afwihi ba`da qodratih(i)

Louange à Dieu qui a fait preuve de Clémence, bien qu’IL sache; louange à Dieu qui a gracié bien qu’il soit Puissant;

(wa-l-hamdo lillâhi `alâ tûli anâtihi fî ghadhabihi, wa-howa qâdiron(1) `alâ mâ yorîd(o)

Louange à Dieu pour Sa Grande Patience dans Colère, alors qu’il a tout pouvoir sur tout ce qu’IL veut.

(al-hamdo lillâhi Khâliq-il-khalqi, Bâsit-ir-rizqi, Fâliq-il-açbâhi, thî-l-jalâli wa-l-ikrâm(i) wa-l-fadhli wa-l-in`âm(i)(2),

Louange à Dieu, Créateur des univers, Pourvoyeur des moyens de subsistance, plein de Majesté et de Munificence, de Grâce et de Bienfaisance,

(allathî ba`oda falâ yorâ, wa qaroba fa-chahid-an-najwâ, tabâraka wa ta`âlâ),

celui qui est si loin qu’il n’est pas visible, et si proche qu’il entend les conciliabules. IL est Béni et Très Élevé.

(al-hamdo lillâh-illathî laysa laho monâzi`on yo`âdiloh(o), wa lâ chabîhon yochâkiloh(o), wa lâ dhahîron yo`âdhidoh(o)

Louange à Dieu qui n’a pas de rival égal à LUI, ni de semblable de Son niveau, ni de soutien qui L’appuie;

(qahra bi-`izzatih-il-a`izzâ'(i), wa tawâdha`a il-`adhamatih-il-`odhamâ'(o), fa-balagha bi-qodratihi mâ yachâ'(o),

IL a vaincu par Sa Puissance les puissants, et devant Sa Grandeur, les grands se sont humiliés. IL atteint par Son pouvoir tout ce qu’il veut

(al-hamdo lillâh-illathî yojîbonî hîna onâdîh(i), wa yastoro `alayya kolla `awratin wa anâ a`çîh(i), wa yo`adhdhim-on-ni`mata `alayya (ou ladayya) falâ ojâzîh(i)

Louange à Dieu qui me répond lorsque je L’appelle, (et) qui couvre tous mes défauts alors que je LUI désobéis, (et) IL augmente pour moi Ses Bienfaits sans que je l’en récompense.

(fa-kam min mawhaibatin hanî’atin qad a`tânî, wa makhûfatin `adhîmatin(3) qad kafânî, wa bahjatin mûniqatin qad arânî)

Combien de bons Dons ne m’a-t-Il pas faits, (et) combien de catastrophes terrifiantes ne m’a-t-Il pas évitées? (Et) combien de splendeurs ne m’a-t-Il pas fait voir?

(fa-‘othnî `alayhi hâmidan, wa athkoroho mosabbihan)

Aussi fais-je Son éloge en chantant Sa louange, et L’invoqué-je en LE glorifiant.

(al-hamdo lillâh-illathî lâ yohtako hijâboho, wa lâ yoghlaqo bâboho, wa lâ yoraddo sâ’iloho, wa lâ yokhayyabo(4) âmiloho)

Louange à Dieu dont le Voile est inviolable, dont la Porte ne se ferme pas, qui ne repousse pas celui qui Le sollicite, et ne déçoit jamais celui qui a placé son espoir en LUI.

(al-hamdo lillâh-illathî yo’ammin-ol-khâ’ifîn(a), wa yonajj-îç-çâlihîn(a)(5), wa yarfa`-ol-mostadh`afîn(a), wa yadha`-ol-mostakbirîn(a), wa yohliko molûkan wa yastakhlifo âkharîn(a)

Louange à Dieu qui rassure ceux qui ont peur, qui sauve les véridiques, qui relève les opprimés, qui rabaisse les orgueilleux, qui fait périr les rois et les remplace par d’autres.

À lire aussi : Cha‘bân : le mois de Préparation pour le Ramadan

(al-hamdo lillâhi qaçim-il-jabbârîn(a), mobîr-odhdhâlimîn(a)(6), modrik-il-hâribîn(a), nakâl-idhdhâlimîn(a),

Louange à Dieu, qui foudroie les tyrans, qui atteint les fuyards, qui inflige un châtiment exemplaire aux injustes;

(çarîkh-al-mostaçrikhîn(a), mawdhi`i hâjât-ittâlibîn(a), mo`tamad-il-mo’minîn(a)

Secours de ceux qui appellent à l’aide, Objet des besoins des solliciteurs, Celui sur qui comptent les serviteurs pieux.

(al-hamdo lillâh-illathî min khachyatihi tar`ad-os-samâ’, wa sokkânohâ wa tarjof-ol-ardho wa `ommârohâ, wa tamûj-ol-bihâro wa man yasbaho fî ghamarâtihâ)

Louange à Dieu dont la crainte fait tonner tant les cieux que leurs habitants, frémir tant la terre et ses résidents que les mers et toute créature voguant dans leurs profondeurs

(al-hamdo lillâh-illathî hadânâ li-hâthâ wa mâ konnâ li-nahtadî lawlâ an hadânâ-llâh(o)

Louange à Dieu qui nous a bien dirigés vers tout cela alors que nous n’y serions pas conduits sans LUI.

(al-hamdo lillâh-illathî yakhloqo wa lam yokhlaq(o), wa yarzoqo wa lâ yorzaq(o), wa yot`imo wa lâ yot`am(o)

Louange à Dieu Qui crée et qui n’est pas créé; Qui dispense les moyens d’existence sans que nul ne les LUI fournisse, Qui nourrit et n’a point besoin de nourriture,

(wa yomît-ol-ahyâ’a wa yohy-il-mawtâ wa-howa Hay-yon lâ yamût(o), bi-yadihi-l-khayro wa-howa `alâ kolli chay’in qadîr(on)

Qui fait mourir les vivants et ressuscite les morts, alors qu’IL est LE Vivant et qu’Il ne meurt Jamais. IL tient entre Ses mains le Bien, et IL est Puissant sur toute chose.

(Allâhomma çalli `alâ Mohammadin, `abdika wa rasûlika wa amînika wa çafy-yika)

Ô mon Dieu! Prie sur Muhammad, Ton serviteur et Ton prophète, Ton confident, Ton élu,

(wa habîbika wa khîratika min khalqika wa hâfidhi sirrika wa moballighi risâlâtik(a)

Ton bien-aimé et la meilleure de Tes créatures, le gardien de Ton Secret, celui qui communique Tes Messages.

(afdhala wa ahsana wa ajmala wa akmala wa athkâ wa namâ wa atyaba wa athara wa asnâ wa ak-thara(7) mâ çallaytâ wa bârakta wa tarahhamta wa tahan-nanta wa sallamta `alâ ahadin min `ibâdika wa anbiyâ’ika wa rosolika wa çafwatika wa ahl-il-karâmati `alayka min khalqika),

Il est le préféré, le meilleur, le plus beau, le plus vertueux, le plus développé, le plus magnanime, le plus pur, le plus sublime et le plus avantagé (par Tes prières) de tous ceux – parmi Tes serviteurs, Tes prophètes, Tes messagers, Ton élite et toutes Tes créatures – que Tu as honorés, sur qui Tu as prié, que Tu as Bénis, que Tu as couverts de Ta Miséricorde, sur qui Tu t’es attendri, et que Tu as salués.

(Allâhomma wa çalli `alâ `abdika, `Aliy-yon Amîr-il-Mo’minîn, wa Waçiy-yi Rasûli Rab-bil-`âlamîn l`abdika wa waliy-yika, wa akhî rasûlika wa Hojjatika `alâ khalqika wa Âyatik-al-Kobrâ wa-n-Naba’-il-`Adhîm(i)](8))

Mon Dieu! Prie également sur Ton serviteur Ali, le Commandeur des croyants, héritier présomptif du Messager du Seigneur des mondes.

(wa çalli `alâ-ç-Çiddiqat-itTâhirati, Fâtimat-iz-Zahrâ’i, Sayyidati nisâ’-il-`âlamîna)

Prie aussi sur la véridique et pure, Fatimah Zahrâ’, Maîtresse des femmes des mondes.

(wa çalli `alâ Sibtay-ir-Rahmati wa Imâmay-il-Hodâ, al-Hasani wa-l-Husayni, Say-yiday Chabâbi Ahl-il-Jannati),

Prie aussi sur les deux petits-fils(9) de la “Miséricorde”(10), les deux Imams du Droit Chemin: al-Hassan et al-Hussain, les deux Maîtres de jeunesse du Paradis.

(wa çalli `alâ A’immat-il-Muslimîn-a: `Aliy-yin-ibn-al-Husayni, wa Mohammad(in) al-Bâqir, wa Ja`far(in) aç-Çâdiq, wa Mûsâ al-Kâdhim, wa `Aliy(in) ar-Ridhâ, wa Mohammad(in) al-Jawâd, wa `Aliy(in) al-Hâdî, wa-l-Hasan-il-`Askarî, wa-l-Khalaf-il-Hâdi-y al-Mahdi-y: Hojjajika `alâ `ibâdika, wa Omanâ’ika fî bilâdika, çalâtan kathîratan dâ’imatan)

Prie également beaucoup et toujours sur les Imams des Musulmans: Ali Ibn al-Hussain, Mohammad al-Bâqer, Ja`far al-Çâdiq, Moussâ al-Kâdhem, Ali al-Redhâ, Muhammad al-Jawâd, Ali al-Hâdi, al-Hassan al-`Askari et le Successeur «guidant» et «bien-guidé»(11). Ce sont Tes preuves auprès de Tes serviteurs et Tes confidents dan Ta patrie (la Terre).

(Allâhomma wa çalli `alâ Waliyyi Amrika al-Qâ’im al-Mo’ammal wa-l-`Adl-il-Montadhar wa ahfifho bi-malâ’ikatik-al-moqarrabîn, wa ayyid-ho bi-rûh-il-qodsi yâ Rab-bil-`âlamîn)

Ô Mon Dieu! Prie également sur le Tuteur de Ton Commandement, le Redresseur espéré et la Justice attendue. Entoure-le de Tes anges les plus proches de Ta Gloire, et soutiens-le par l’Esprit Saint, Ô Seigneur des mondes!

(Allâhomma-j`alho-d-dâ`î ilâ kitâbika wa-l-qâ’ima bi-dînika)

Ô mon Dieu! Fais de lui celui qui appelle à Ton Livre et qui redresse Ta Religion;

(istakhlifho fî-l-ardhi kamâ-stakhlaft-allathîna min qablihi, wa makkin laho dînaho-llathî irtadhaytaho laho)

fais de lui Ton Lieutenant sur la Terre, comme Tu le fis pour ceux qui vécurent auparavant. Établis fermement la Religion que Tu as agréée pour lui!

(abdilho min b`ada khawfihi amnan ya`bodoka wa lâ yochriko bi-ka chay’an)

Change son inquiétude en sécurité; il T’adorera et ne T’associera rien.

À lire aussi : Verset d’al’Indhâr ; L’invitation à l’islam et la présentation du successeur du prophète

(Allâhomma a`izzaho wa-a`ziz bihi, wa-nçorho wa-ntaçir bihi, wa-nçorho naçran `azîzan, wa^ftah laho fat-han mobînan)

Ô mon Dieu! Rends-le puissant et donne la Puissance par lui (à ceux qui vont avec lui); rends-le victorieux et donne la Victoire par lui. Accorde- lui une victoire décisive et une conquête évidente.

(allâhomma adh-her bihi dînaka wa sonnati nabiyyika, hattâ lâ yastakhfî bi-chay’in min-al-haqqi makhâfata ahadin min-al-khalq(i)

Ô mon Dieu! Rends par lui évidentes Ta Religion et la Sunna (la Tradition) de Ton prophète afin qu’il ne cache rien de la vérité par crainte de l’une de Tes créatures.

(Allâhomma innâ narghabo ilayka fî dawlatin karimatin to`izzo bihâ-l-Islama wa ahlaho wa tothillo bihâ-n-nifâqa wa ahlaho)

Ô mon Dieu! Nous désirons de Ta part, un État honorable par lequel Tu rends puissants l’Islam et ses adeptes, humiliés l’hypocrisie et ses adeptes,

(wa taj`alanâ fîhâ min-ad-do`âti ilâ tâ`atika wa-l-qâdati ilâ sabîlika, wa tarzoqna bihâ karamat-adoniyâ wa-l-âkhirat(i)

et dans lequel Tu nous places parmi ceux qui appellent à Ton obéissance, qui conduisent vers Ta Voie; et grâce auquel Tu nous accordes l’Honneur de ce bas-monde et de l’Au-delà.

(Allâhomma mâ `arraftana min-al-haqqi fa-hammilnâo, wa mâ qaççarnâ `anho faballighnâho)

Ô mon Dieu! Ce que Tu nous as fait savoir de la Vérité, fais-nous l’appliquer, et ce qui nous en a échappé, indique-le-nous.

(Allâhomma almim bihi cha`thanâ wa-ch`ab bihi çad`anâ)

Ô mon Dieu! Rassemble-nous par lui (l’Imam Caché) et mets par lui un terme à notre dispersion, colmate par lui notre brèche;

(wa-rtoq bihi fatqanâ, wa kath-thir bihi qillatanâ)

rétablis par lui notre intégrité, accrois par lui notre petit nombre;

(wa a`izza bihi thillatanâ, wa-ghni bihi `â’ilanâ)

transforme par lui notre humiliation en puissance; enrichis par lui celui qui assure nos moyens de subsistance;

(wa-q-dhi bihi `an maghraminâ, wa-jbor bihi faqranâ)

acquitte par lui notre obligation; mets fin par lui à notre pauvreté;

(wa sodda bihi khillatanâ, wa yassir bihi `osranâ)

subviens par lui à ce qui nous manque, simplifie par lui nos difficultés,

(wa bayyidh bihi wojûhanâ, wa fokka bihi asranâ)

purifie par lui nos faces; affranchis-nous par lui de notre captivité;

(wa anjih bihi talabatinâ wa anjiz bihi mawâ`îdanâ)

fais aboutir par lui notre demande; fais-nous tenir, par lui, nos promesses;

(wa-astajib bihi da`watanâ wa-a`tina bihi s’olanâ, wa raghbatanâ, yâ Khayr al-mas’ûlîna wa Awsa`-al-mo`tîn(a)

réponds, par lui, à notre appel; et donne-nous, par lui, plus que nous ne pourrions désirer! Ô Toi, le Meilleur des responsables, le plus Généreux des donateurs!

(achfi bihi çodûranâ, wa-th-hib bihi ghaydha qolûbina)

Et guéris, par lui, nos poitrines; éloigne, par lui la haine qui ronge nos curs;

(wa-hdinâ bihi limâ-khtalafa fîhi min-al-haqqi bi-ithnika, Innaka tahdî man tachâ’o ilâ çirâtin mostaqîm(in)

et guide-nous, par lui, si Tu le permets, vers la Vérité lorsque le bon droit est controversé, car Tu conduis qui Tu veux, vers le droit chemin

À lire aussi : Que savons-nous de notre Dame Fatima al-Zahra (a.s.): Testez vos connaissances avec ces questions!

(wan-çornâ bihi `alâ `adowwika wa `adowwinâ, Ilâh-il-Haqqi, Âmîn)

Et fais-nous triompher, par lui, de Ton ennemi et notre ennemi, Ô Dieu de Vérité! Amen!

(Allâhomma innâ nachkû ilayka faqda nabiyyinâ – çalawâtika `Alayhi wa Âlihi – wa ghaybati Imâmina)

Ô mon Dieu! Nous nous plaignons auprès de Toi, de la perte de notre Prophète, de l’occultation de notre Imam,

(wa qillati `addadinâ, wa kathrari `adowwinâ),

de la petitesse de notre nombre, du grand nombre de nos ennemis,

(wa chiddat-il-fitani binâ, wa tadhâhor-az-zamâni `alaynâ),

de la difficulté de nos épreuves, de l’hostilité de notre époque à notre égard.

(fa-çalli `alâ Mohammadin wa Âli Mohammadin, wa a`inna `alâ thâlika kollihi bi-fat-hin minka to`ajjiloho)

Prie donc sur Muhammad et sur la famille de Muhammad, et aide-nous contre tout ceci par une conquête que Tu nous accorderas rapidement

(wa dhorrin tok-chifoho, wa naçrin to`izzoho, wa sultâni haqqin todh-hiroho)

et par la dissipation du mal dont nous souffrons, et par une victoire que Tu rendras éclatante, et par un gouvernant juste que Tu feras apparaître,

(wa rahmatin Minka tojallilonâhâ, wa `âfiyatin Minka tolabisonâhâ(12), bi-Rahmatika yâ Arham-ar-râhimîn(a)

et par une Miséricorde de Ta part, dont Tu nous couvriras, et par une bonne santé dont Tu nous habilleras. Par Toi, le plus Clément des cléments.

Notes :

1. ou, selon une autre version, “al-qâdiro”.

2. ou, selon une autre version, “wa-l-ihsân”.

3. ou, selon une autre version: “wa `adhîmatin makhûfatin”.

4. ou, selon une autre version:”yokhayyibo”

5. ou, selon une autre version: “wa yonjî-ç-çâdiqîn(a)”.

6. L’expression: “mobîr-odhdhâlimîn(a)” n’est pas mentionnée dans certines versions.

7. ou “wa akbara”, selon une autre version.

8. Cette partie entre mise entre crochets [ ] ne figure pas dans certaines versions.Nous en faisons cependant la traduction: [(il est) Ton serviteur, Ton waliy – le gardien du Message, que Tu as désigné -, le frère de Ton Messager, Ton Épreuve auprès de Ta création – l’humanité -, Ton Signe Majeur et la Grande Nouvelle ].

9. Les deux fils de la fille du Saint Prophète.

10. Attribut du Prophète.

11. al-Hâdi al-Mahdi.

12. ou “tolbosnâhâ”.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here