PARTAGER

SHAFAQNA – Ce qui suit fait partie du livre » La Question De L’Imamat « , par Sayyed Mujtaba Musavi-Lari, sélectionné par SHAFAQNA.

Quant aux circonstances de la révélation du verset, elles nous sont éclaircies par Umm Salama, épouse du Prophète et Mère des Croyants, renommée pour sa piété et ses vertus, et chez qui se trouvait le Prophète de Dieu, au moment de la Révélation.

Umm Salama dit:

“C’est chez moi que fut descendu le verset de la purification.

Un jour, Fâtima était venue avec une marmite contenant une soupe de viande. Le Prophète lui dit: “Appelle ton mari, ainsi que (tes enfants) Hassan et Hossein.” Elle les fit venir. Ils étaient en train de manger quand fut révélé le verset. Puis le Prophète les recouvrit avec un manteau de Khaybar qu’il portait sur lui, et dit:

“Mon Dieu, ceux-là sont les Gens de ma Maison, et mes protégés; éloigne d’eux la souillure et purifie-les complètement!” (1)

À lire aussi : Les preuves Coranique de l’imamat des Imams chiites

Beaucoup de savants sunnites approuvent que ce verset a été révélé au sujet de cinq personnes: le Prophète, ‘Ali, Fâtima, Hassan et Hossein. (2)

Omar ibn Abi Salama qui fut le beau-fils du Prophète complète notre information. Il rapporte ce qui suit:

“le verset de la purification fut révélé dans la maison d’Umm Salama (sa mère). Le Prophète appela ‘Ali, Fâtima, Hassan et Hossein; il les recouvrit d’un manteau, et dit: “Mon Dieu, ceux-là sont les Gens de ma Maison; éloigne d’eux la souillure, et purifie-les complètement!” Umm Salama dit: “Suis-je avec eux, ô Prophète de Dieu?” Il répondit: “Tu as ton rang, et tu es pour le mieux.” Al-Qandouzi commente en disant “Cette tradition est bonne, et sa chaîne de transmetteurs est authentique, de sorte qu’elle est la meilleure tradition, dans ce sujet” (3)

Aïcha, la mère des croyants, dit:

“Le Prophète portant un manteau de poils de chameau, allait sortir très tôt le matin, quand Hassan arriva. Il le fit entrer sous le manteau. Hossein arriva à son tour, il le fit entrer aussi; puis Fâtima, puis ‘Ali. Le Prophète récita alors le verset de la purification.” (4)

À lire aussi : Indications du Coran sur l’Imam Mahdi (A.J)

Anas ibn Malek rapporte aussi que le Prophète est passé six mois durant devant la maison de ‘Ali et de Fâtima, au moment de la prière de l’aube, en disant:

“Venez à la prière, Ô Gens de ma Maison, que Dieu soit Clément avec vous!” (5)

Certains ont tenté de soutenir que le verset de la purification faisait partie d’un ensemble de versets concernant les épouses du Prophète. Le contexte implique en effet qu’il se rapporte à elles également, ou du moins qu’elles n’en doivent pas être exclues.

Si le verset concernait l’infaillibilité, alors il devrait concerner aussi toutes les épouses du Prophète. Or personne n’a professé qu’elles étaient infaillibles. Par conséquent, disent-ils, nous devons considérer que ce verset traite des femmes du Prophète, mais sans aucune preuve affirmant leur infaillibilité ou celle des Gens de la Maison.

Cette interprétation n’est pas compatible avec la structure du verset. Car le verset emploie un pluriel masculin et non un pluriel féminin.

D’autre part, les traditions que nous avons vues montrent clairement les “raisons” et les circonstances de la révélation du verset de la purification, et nous voyons bien que le Prophète a exclu ses épouses des “Gens de la maison” visés par le verset, en leur disant: “Gardez votre rang!…”

La purification dont il s’agit dans le verset en question est synonyme de perfection et d’impeccabilité. Or, toutes les sources, sunnites ou chiites, dénient cette qualité aux femmes du Prophète.

À lire aussi : Les raisons pour laquelle les imams n’ont pas été nommés dans le Coran

Sur un autre plan, les traditions qui affirment l’infaillibilité des imams ne sont pas en quantité négligeables.

Dans te Nahj al-Balâgha, qui est un recueil de sermons, de lettres et de sentences de l’imam ‘Ali, nous trouvons beaucoup de confirmations des qualités éminentes qui sont celles des Gens de ta Maison prophétique. (6)

L’imam Ja’far al-Sadeq déclare aussi que les prophètes ainsi que leurs héritiers spirituels (wasi), sont sans péché, car ils sont préservés (par Dieu) de toute erreur et purifiés. (7)

L’imam Réza (le huitième imam des chiites) affirme aussi l’impeccabilité des successeurs légitimes du Prophète. (8)

Aussi, la très célèbre parole du Prophète -qu’il a prononcé quelques mois avant sa disparition, et par laquelle il a recommandé aux croyants de rester fidèles au Livre de Dieu et à sa Famille- rapportée par les ulémas sunnites et chiites et possèdent plusieurs chaînes de transmissions qui lui confèrent une authenticité indiscutable, devrait suffire largement pour asseoir la légitimité des Gens de la Maison, ainsi que leur rang dans le maintien de l’Islam. (9)

Il va sans dire qu’avec cette parole de l’Envoyé de Dieu, les chiites ne manquent plus de preuves pour suivre leurs imams.

À lire aussi : Source de pensée chiite

Puisque le Prophète -qui ne parle pas en vain- se porte garant de la rectitude des imams de Sa Maison et ordonne de les suivre, il est nécessaire et obligatoire à tout musulman parfait de leur obéir sans douter de leur compétence, et de les prendre pour modèles.

Notre Prophète considère le Coran et sa Famille comme indissolublement liés, inséparables jusqu’à ce qu’ils le rejoignent dans l’Au-delà. Cela implique que la préservation du Coran -promise par Dieu- jusqu’à la fin des temps s’étend aux imams de la Maison du Prophète. Cela veut dire qu’il y aura toujours sur terre un imam de la Maison du Prophète, même si pour des raisons de grande corruption régnant sur terre, il devra s’occulter.


1. Al-Qandouzî: Yanâbi’al-Mawadda, p. 125.
2. Al-Qandouzi: Yanâbi al-Maw’adda, p. 126; al-Suyûti: al-Durr al-Manthûr tome 5, p. 199; Ahmad ibn Hanbal: Musnad tome 1, p.331. Fakhre Râzî : Tafsîr tome 1, p, 783; lbn Hajar; Sawâiq, p.85…
3. Voir: Yanâbial-Mawadda, p.126.
4. Voir: Sahîh de Muslim.
5. Ahmad ibn Hanbal: Musnad tome 3, p.286; al-Suyûtî: al-Durr al-Manthûr tome 5, p.199; etc…
6. Nahj al-Balâgha de l’édition de Sobhi Saleh, sermon n .120.
7. Bihar tome 25, p. 199.
8. Koleyni: al-Osûl al-Kâfi tome 1, p. 200.
9. Il s’agit de la tradition des Thaqalayn: “Je laisse à vos soins deux choses lourdes: le Livre de Dieu, qui est une corde tendue du ciel vers la terre, et ma descendance, les Gens de ma Maison. Dieu m’a informé de ceci: ces deux choses ne se sépareront jamais jusqu’à ce qu’elles me rejoignent dans le Paradis. Veillez à rester fidèles à mes recommandations en ce qui les concerne!”

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here