PARTAGER

SHAFAQNA – Tahoor : ‘Alî ibn Abî Tâleb (as) est le premier Imâm chiite ainsi que le gendre, le fils de l’oncle paternel et le frère en religion du noble Prophète (s). Sa konya (1) est Abû al-Hasan (2) . Il est également appelé par différents titres, comme celui d’Emir des croyants. L’Imâm ‘Alî (as) est le quatrième calife de l’islam.

Il nait un vendredi, le treize du mois de Rajab de la trentième année après celle de l’Eléphant (soit dix ans avant la mission de Mohammad (s)) à Makka (3) ), à l’intérieur même de la Ka‛ba. Personne, que ce soit avant lui ou après lui, n’est né à l’intérieur de la maison de Dieu, ce qui témoigne de l’importance, du respect et de l’attention toute particulière que Dieu accorde à l’existence de ‘Alî (as). Cela montre également quelle est sa position, particulièrement glorieuse.

Son Excellence ‘Alî (as) est le premier fils de la famille Hashémite dont le père et la mère sont tous deux des enfants de Hâshem (as). Son père, Abû Tâleb (as), est le fils de ‘Abd al-Mottaleb (as), lui-même fils de Hâshem (as), tandis que sa mère, Fâtima bent Asad (as), est fille de Asad et lui-même fils de Hâshem (as).

Lire aussi: La voie de l’éloquence (Nahju-l-balâgha) de l’Imâm ’Ali (as)

Parmi la tribu Qurayshite comme au sein des autres tribus arabes, la famille Hashémite est connue de tous pour les vertus morales et les hautes qualités humaines de ses membres. Leur sont attribuées la noblesse de cœur, la magnanimité, la bravoure et bien d’autres vertus qui sont présentes chez son Excellence ‘Alî (as) au niveau de leur plus haute expression.

Lorsque Fâtima bent Asad (as) ressent les premières douleurs de l’enfantement, elle prend le chemin de la mosquée sacrée, s’approche du mur de la Ka‛ba et dit : « Ô Seigneur ! J’ai une foi solide en toi, en les prophètes (as) et en les livres qui sont descendus de Ta part, ainsi qu’en la parole de mon grand-père, son Excellence Ibrâhîm (as), l’édificateur de cette Maison. Ô Seigneur ! Par égard pour le respect envers celui qui a construit cette Maison et par le droit de l’enfant que je porte, facilite pour moi la mise au monde de cet enfant ! » Aussitôt, le mur sud-est de la Ka‛ba s’ouvre, sous les yeux de ‘Abbâs ibn ‘Abd al-Mottaleb et de Yazîd ibn Taaf. Fâtima (as) entre dans la Ka‛ba et le mur se referme derrière elle. Trois jours durant, Fâtima (as) est ainsi l’hôte de Dieu, dans le lieu le plus saint qui soit. Le troisième jour, elle met au monde son enfant, le treize du mois de Rajab de la trentième année suivant l’année de l’Eléphant. Ensuite, elle ressort de la Ka‛ba par la même ouverture qui, de nouveau, est apparue dans le mur, et dit : « J’ai entendu une voix me dire de l’appeler ‘Alî. »

 

(1) Surnom, ici obtenu en décrivant le lien qui l’unit à son premier fils.

(2) Le père de Hasan.

(3) La Mecque.

 

Références : Encyclopédie Tibyân.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here