PARTAGER

SHAFAQNA – Le Muslim Post : Elle s’appelle Lara Alqasem et a 22 ans. Elle est devenue le symbole de la loi de 2017 qui permet à Israël d’interdire l’entrée aux partisans du mouvement BDS. Début octobre, la jeune Américaine, est restée coincée à l’aéroport de Tel-Aviv. Elle était en possession d’un visa étudiant, puisque Lara Alqasem avait obtenu une bourse pour commencer un master à l’Université hébraïque de Jérusalem. Les autorités israéliennes l’accusaient de soutenir le mouvement de boycott. Dix jours après son arrivée à Tel-Aviv, un tribunal israélien avait confirmé l’interdiction d’entrée en Israël de l’étudiante américaine.

À lire aussi : Betty McCollum, première parlementaire américaine à qualifier Israël d’Etat d’Apartheid

Une décision qui « n’est pas raisonnable et est révoquée », a indiqué la Cour suprême israélienne, qui a donc annulé l’interdiction d’entrée sur le sol israélien pour cette Américaine. L’Université hébraïque de Jérusalem « se réjouit à la perspective d’accueillir notre nouvelle étudiante, Lara Alqasem, qui entame la semaine prochaine un master en droits de l’Homme et justice transitionnelle dans notre faculté de droit », a indiqué l’université.

Cet ultime recours intervient à temps : Lara Alqasem devait être expulsée du centre d’immigration de l’aéroport après deux semaines passées à attendre l’annulation de son interdiction d’entrer en Israël. Elle a finalement été libérée ce jeudi soir. Il était reproché à l’étudiante d’avoir, lors de ses études en Floride, adhéré à Students for Justice in Palestine, une organisation pro-BDS qu’elle a finalement quittée, affirme-t-elle.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here