PARTAGER

SHAFAQNA – Islam Chiite : ‘Ali ibn Mûsâ (as) est né à Médine le onzième jour du mois de ZilQa’dah en l’an 148 de l’hégire, selon certains récits. Son père était Mûsâ ibn Ja’far (as) et sa mère était Ummul Banîn ou Najmah. Son nom était ‘Ali, son surnom était Abul Hassan, et ses titres étaient
Ridhâ, Sâbir, Radhî, Wafî, Zakî, et Walî. Son titre le plus célèbre était Ridhâ. Il a été mort en martyre le dernier jour de Safar en l’an 203 de l’hégire dans le village de Sanâbâd de la province de Tûs (en Iran) et il a été enterré au même lieu. Il a vécu 55 années, environ 35 années avec son honorable père. L’Imamat de l’Imam Ridhâ (as) a duré une vingtaine d’années.

Les vertus morales et la personnalité sociale

Comme son père, l’Imam Ridhâ (as) possédait toutes les vertus humaines, et était un personnage notable et connu parmi les gens de son temps. Shaykh Mufîd a écrit: «Après Mûsâ ibn Ja’far (as), son fils ‘Ali ibn Mûsâ al-Ridhâ (as) est devenu l’Imam, parce qu’il
était supérieur à tous ses frères et membres de famille. Sa science, sa tolérance, sa piété et ses connaissances jurisprudentielles étaient claires pour tout le monde. Les masses de la population et les élites reconnaissaient ses vertus et ses connaissances parfaites. Son père avait explicité son Imamat. »

À lire aussi:La prière de l’Aïd al-Fitr: La tradition de l’Imam al-Raza (a.s.) contre la domination oppressive de Ma’moun

Il a également écrit: « ‘Ali ibn Mûsâ al-Ridhâ (as) était le meilleur, le plus sage, le plus honorable, et le plus savant de ses frères. »
Ibrâhîm ibn ‘Abbâs a dit: «Je n’ai jamais vu l’Imam Ridhâ (as) parler durement avec autrui ou l’interrompre, ou de rejeter la demanded’une personne qu’il pouvait satisfaire. Je ne l’ai jamais vu étirer ses pieds ou s’adosser quand d’autres étaient présents, ou d’insulter ses serviteurs. Il ne riait pas à haute voix, plutôt il souriait. A table, il invitait tous ses serviteurs et même le portier pour qu’il mange son repas avec eux. Son sommeil était court et sa veille était longue dans la soirée. Il restait éveillé la plupart des nuits jusqu’à l’aube. Il jeûnait beaucoup. Il n’a jamais oublié de jeûner trois jours par mois. Il disait : ‘Trois jours de jeûne chaque mois ont la récompense du jeûne qu’on prend tous les jours.’ Il donnait l’aumône secrètement et dans l’obscurité de la nuit. Ne confirmez pas celui qui prétend avoir vu quelqu’un qui soit meilleur que ‘Ali ibn Mûsâ (as). »

Ibn Sabbâgh Mâlikî a écrit: «Si l’on réfléchit sur le caractère de ‘Ali ibn Mûsâ (as), il devient clair qu’il l’a hérité de ses grands-pères, ‘Ali ibn Abî Tâlib (as) et ‘Ali ibn Hussayn (as). Il avait une position éminente et une foi ferme. Ses adeptes étaient tellement nombreux
et ses arguments étaient si clairs que le calife de l’époque, Mamûn, l’a installé dans ses fonctions gouvernementales. Mamûn lui a passé le gouvernement après lui et lui a marié sa fille en public. ‘Ali ibn Mûsâ (as) possédait d’excellents attributs et vertus. Son honnêteté était hachémite et son essence était prophétique. »

Zîyâd ibn Marwân a dit: «J’étais avec l’Imam Mûsâ Kâzim (as) et Abul Hassan Ridhâ était aussi présent. L’Imam (as) m’a dit: ‘C’est mon fils ‘Ali. Son écriture est la mienne et son discours est le mien et son Messager est le mien. Tout ce qu’il dit est vrai. »
Mamûn, le calife abbasside, a écrit une lettre à ‘Ali ibn Mûsâ (as) dans laquelle il lui a passé la tutelle des musulmans. Dans une partie de cette lettre, il a écrit: «Dès le début de mon califat, j’ai toujours essayé de trouver la meilleure personne pour me succéder. Je n’ai trouvé personne plus méritée pour ce poste qu’Abul Hassan ‘Ali ibn Mûsâ al-Ridhâ, car
j’ai trouvé ses connaissances, sa piété et ses vertus plus éminentes que les autres. Il a nié le monde et les mondains, préférant l’Audelà à ce monde. J’en suis sûr et tout le monde le sait. Par conséquent, je le nomme comme mon successeur. »

Abul Salt a dit : «Mamûn a dit à ‘Ali ibn Mûsâ (as) : ‘Ô fils de l’Envoyé de Dieu! Puisque ta science, ta piété et ta dévotion à Dieu m’ont été prouvées, je te considère plus apte que moi-même pour le califat. »

Comme il a été mentionné dans les sections précédentes et prouvé par des raisons rationnelles et celles narratives (hadiths), l’une des principales conditions de l’Imam, c’est sa connaissance de tous les problèmes religieux. Sa responsabilité essentielle est de maintenir,propager, et appliquer des commandements et lois religieux.Fondamentalement, la philosophie de l’Imamat remplit ce devoirimportant. Tous les Imams (as) ont été ainsi, et il en va de même avec l’Imam Ridhâ (as) dans son temps.

À lire aussi: Ma’mun al-Abbasi était-il chiite?

Au cours de son Imamat qui a duré vingt ans, l’Imam Ridhâ (as) a tenté de propager des commandements religieux et de former des disciples savant et sincère. En raison des tentatives de l’Imam Ridhâ (as) et de ses disciples et narrateurs sincères, de nombreux
hadiths nous ont été véhiculés dont les exemples figurent dans des livres de hadiths. Nous avons des hadiths attribués à l’Imam Ridhâ (as) dans toutes les questions relatives à la religion, y compris le monothéisme, la théologie, les attributs de Perfection et de
Grandeur de Dieu, la création du monde et sa philosophie, la justice divine, la contrainte (de Dieu) et la liberté (humaine), la prédestination, la mission prophétique et sa philosophie, l’infaillibilité, la science de l’Imam, les conditions de l’Imam, la philosophie de l’Imamat, les vertus morales et les vices abominables, les divers péchés et actes illicites et leur châtiment, et les différentes questions jurisprudentielles.

Si vous étudiez des livres de hadiths, vous trouverez certains hadiths dans les domaines mentionnés ci-dessus et dans bien d’autres sujets associés. En outre, l’Imam Ridhâ (as) avait des débats et des discussions scientifiques avec des dirigeants au pouvoir, des savants et maîtres d’autres religions, qui sont exactement enregistrés dans des livres d’histoire et de hadiths. Une étude précise des hadiths et des débats scientifiques de l’Imam Ridhâ (as) montrera sa position scientifique éminente. »
L’Imam Ridhâ (as) a formé des disciples savant et sincère au cours de sa vie pleine de bénédictions. Après la disparition de l’Imam (as), ces mêmes disciples ont poursuivi ses objectives en défendant la religion et propageant des sciences et connaissances religieuses.

Ahmad ibn Muhammad ibn Abî Nasr Bazantî,Muhammad ibn Fadl Kûfî, ‘Abdullâh ibn Jundab Bajlî, Ismâ’îl ibn Ahwas Ach’arî, Ahmad ibn Muhammad Ach’arî sont quelques-uns des disciples notables et authentiques de l’Imam Ridhâ (as). Hassan ibn ‘Ali Khazzâz, Muhammad ibn Suleymân Deylamî, ‘Ali ibn Hakam Anbârî, ‘‘Abdullâh ibn Mubârak Nahâwandî, Himâd ibn ‘Uthmân Bâb, Sa’d ibn Sa’d, Hassan ibn Sa’îd Ahwâzî, Muhammad
ibn Faraj Rakhdjî, Khalaf Basrî, Muhammad ibn Sanân, Bakr ibn Muhammad Azdî, Ibrâhîm ibn Muhammad Hamidânî, Muhammad ibn Ahmad ibn Qays, et Ishâq ibn Muhammad Hasîbî étaient aussi d’autres compagnons de l’Imam Ridhâ (as). »

Abul Salt a dit: «Je n’ai vu personne plus compétent que ‘Ali ibn Mûsâ al-Ridhâ (as). Tout savant qui le voyait témoignait de sa supériorité scientifique. Mamûn invitait dans ses réunions les savants d’autres religions, les juristes et les théologiens pour débattre scientifiquement … avec l’Imam Ridhâ (as). Celui-ci les surmontait tous dans les débats et ils avouaient sa connaissance parfaite et leur propre imperfection. »
‘Ali ibn Mûsâ al-Ridhâ (as) disait: « Je m’assoyais dans la Mausolée de l’Envoyé de Dieu (sawas) alors que de nombreux savants de Médine étaient là présents. Quand ils ne pouvaient trouver la réponse à une question, ils me la demandaient, et je répondais à toutes leurs questions. »

À lire aussi: L’Imamat est-il établi selon une prescription explicite?: Sept arguments

Muhammad ibn Ishâq ibn Mûsâ ibn Ja’far a rapporté de son père que l’Imam Mûsâ ibn Ja’far (as) disait à ses enfants: «Votre frère, ‘Ali ibn Mûsâ, est le savant de la Famille de Muhammad (sawas). Demandez-lui des questions religieuses et notez ce qu’il dit. Certes,
j’ai souvent entendu Abû Ja’far en disant : ‘Ton enfant sera le savant de la Famille de Muhammad (sawas). Je souhaite que je pourrais le voir. Il a le même nom que l’Emir des Croyants, ‘Ali (as). »

Rajâ ibn Abî Zahhâk, qui a accompagné l’Imam Ridhâ (p) de Médine à Tûs, dit: «Dans chaque ville que nous entrions, les gens venaient à l’Imam Ridhâ (as) pour demander la réponse de leurs questions religieuses. L’Imam (as) répondait à leurs questions avec
des hadiths qu’il rapportait de son père, celui-ci de ses grandspères et ceux-ci de l’Imam ‘Ali (as) et lui de l’Envoyé de Dieu (sawas). »
Mamûn a aussi dit : « Oui, Fils de Zahhâk! Il était la meilleure personne sur la terre et le plus savant et le plus pieux du peuple.»

Ibrâhîm ibn Abil ‘Abbâs a dit: «Je n’ai jamais vu l’Imam Ridhâ (as) incapable de répondre à une question. Je n’ai vu personne plus savant que lui. Mamûn lui posait de diverses questions et l’Imam (as) répondait à toutes ses questions. Toutes ses réponses provenaient du Coran. Il récitait tout le Coran une fois tous les trois jours. Il disait : ‘Je peux réciter le Coran complètement en moins de trois jours, mais je réfléchis sur chaque verset, l’heure et le lieu de sa révélation. Par conséquent, je récite tout le Coran en trois jours.»

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here