PARTAGER
Yémen, UNICEF

SHAFAQNA – TaghribNews: Plus de 200 élèves, la plupart venant du gouvernorat d’al-Hudaydah dans l’ouest du Yémen, fréquentent l’école du camp de “Rumaila ou Al Quoz”, où résident quelque 430 familles.

“Nous voulons des salles de classe et des bâtiments”, a déclaré Amin Abdullah, directeur de l’école Al-Ansar. “Nous voulons des enseignants et des contrats pour les enseignants. Nous voulons la coopération de tous. Maintenant, tout le monde travaille gratuitement”, a-t-il ajouté.

“Dans ce camp, il y a 900 élèves, hommes et femmes, et certains élèves vont dans d’autres écoles avec des difficultés et des souffrances”, a déclaré Mohamed Mubarak, directeur du camp Al-Quoz à Marib.

Selon un rapport de l’UNICEF publié en décembre 2020, la pandémie a eu un impact négatif sur l’éducation de quelque 7,8 millions d’enfants yéménites, dont environ deux millions d’enfants non scolarisés.

À lire aussi: La pire crise humanitaire pour Yémen

Le Yémen est en proie à une crise économique, la récente chute de la valeur du Rial yéménite ayant entraîné une hausse du prix des produits de première nécessité, alimentant le mécontentement de l’économie du pays, qui lutte contre le conflit de longue date qui a débuté en 2014, lorsqu’une coalition dirigée par les Saoudiens et soutenue par les États-Unis a lancé une attaque contre le pays, la pandémie ne faisant qu’ajouter à la pression. Dans ce contexte économique difficile, un enfant de moins de cinq ans sur cinq souffre déjà de malnutrition aiguë dans certaines régions du Yémen, comme l’a signalé l’UNICEF en octobre.

Plus de 3,6 millions de Yéménites ont été déplacés par la guerre et plus de 24 millions ont besoin d’aide, selon les derniers chiffres publiés par le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here