Les musulmans américains inquiets de la nomination de Mark Green à la Chambre des représentants

by Pey Bahman Z
États-Unis, musulmans américains, Mark Green , Chambre des représentants

SHAFAQNA – Les groupes de défense des droits des musulmans sont préoccupés par la nomination de Mark Green à la tête du comité de sécurité intérieure de la Chambre des représentants des États-Unis, en raison de son passé islamophobe.

Les militants de la défense des droits des musulmans ont déclaré qu’il n’était pas apte à être membre du comité, en raison de ses déclarations antérieures sur les musulmans et l’Islam.

Mark Green, médecin, vétéran de l’occupation irakienne et ancien sénateur républicain du Tennessee, devrait diriger le comité après avoir été sélectionné par les républicains de la Chambre, cette semaine.

Sumia Waheed, avocate principale de « Muslim Advocates », un groupe national de défense des droits civiques basé à Washington, a déclaré au Huffington Post, que le « bilan clair » de Green dans la dénonciation des musulmans, des minorités sociales et des immigrés, était un obstacle à sa présidence au Comité sénatorial de la sécurité intérieure et des affaires gouvernementales des États-Unis.

« Mark Green, s’il est élu président du Comité de la sécurité intérieure de la Chambre des représentants des États-Unis, sera une menace pour les musulmans », a-t-elle déclaré.

À lire aussi: États-Unis: Les religions dans le nouveau Congrès américain

Lors d’une réunion du Tea Party en 2016 – un mouvement politique conservateur au sein du Parti républicain – Green avait déclaré qu’il ne voulait pas que les élèves des écoles publiques du Tennessee apprennent l’Islam. Il a utilisé le terme « nation musulmane » pour décrire la propagation de l’Islam et a déclaré : « Nous pouvons enseigner l’histoire de l’Islam, de l’Empire ottoman, de La Mecque et de Médine, et les conquêtes de l’Islam en Syrie et en Afrique du Nord, mais nous ne tolérerons pas qu’on enseigne les piliers de l’Islam et comment prier ».

En 2015, alors qu’il était sénateur de l’État du Tennessee, Green avait appelé à l’interdiction pour les réfugiés syriens, d’entrer dans son État.

La directrice des relations publiques de Green, Rachel Del Giddis, a déclaré au « Middle East Eye » que certains médias avaient falsifié les déclarations de Green sur le terrorisme et Daesh.

En 2017, Green avait fait l’objet d’une enquête des organisations de défense des droits des musulmans, après avoir été nommé par le président américain de l’époque, Donald Trump, au poste de secrétaire de l’armée, et en raison de ses antécédents islamophobes, avait été démis de ses fonctions.

Le leader républicain à la Chambre des représentants, Kevin McCarthy, a quant à lui, déclaré qu’il tiendrait sa promesse de renvoyer Ilhan Omar de son poste au sein de la Commission des relations étrangères. Omar qui est musulmane, est l’objet d’attaques islamophobes et de menaces de mort, depuis son élection en 2018.

Source: IQNA

www.shafaqna.com

You may also like

Leave a Comment

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.