PARTAGER

SHAFAQNA – Oumma : Ashraf al-Qedra, le porte-parole du ministère, a annoncé qu’un premier établissement, l’hôpital de Beit Hanoun, avait déjà été contraint de fermer ses portes vendredi, ne disposant plus du fioul nécessaire au fonctionnement des générateurs, lorsque le réseau ne fournit plus, ce qui est le cas. Cet établissement, situé au nord de l’enclave, dessert une population de plus de 300.000 hommes, femmes et enfants.

Israël, qui a imposé un blocus inhumain aux deux millions d’habitants de la bande de Gaza depuis maintenant 13 ans, est le premier responsable de cette catastrophe humanitaire. Le blocage opéré par l’Egypte au sud de la bande, et les mesures de l’Autorité Palestinienne de Mahmoud Abbas, qui a coupé les vivres aux travailleurs du secteur public, médecins compris, de Gaza, contribuent également au désastre.

À lire aussi : Gaza: une année de marche contre la Nakba

En dernier lieu, le régime d’apartheid s’est opposé à la livraison d’une deuxième enveloppe d’urgence de 15 millions de dollars (14 millions d’euros) servant à payer le fioul de la seule centrale électrique en activité.

« Les heures qui viennent vont être cruciales pour deux hôpitaux pédiatriques, un hôpital ophtalmologique, un établissement de psychiatrie et l’hôpital général Abou Youssef al Najjar », a encore indiqué le porte-parole.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here