Les femmes qui ont brillé dans le ciel du soulèvement husseinite : Taw’ah al-Kufiya

by Pey Bahman Z
soulèvement husseinite, Imam Ali (as), Imam Hussein (as)

SHAFAQNA – Dans l’éternelle renaissance hussaynienne, les femmes ont eu des rôles importants et des positions brillantes, enregistrés par l’histoire dans les mots les plus fins et les plus purs, car elles étaient au sommet de la loyauté et du sacrifice et ont fait des efforts précieux, et ont donné leurs fils, maris et frères au soutien de l’Imam al-Hussein (que la paix soit sur lui).

Chacune des femmes qui ont soutenu la famille du prophète (que les prières d’Allah soient sur lui et sur sa sainte maison) et se sont tenues à ses côtés a un rôle différent, mais elles sont unies par la foi dans les plus beaux concepts humains que l’Islam a inventés, et les ont résumés dans la personne de l’Imam al-Hussein (que la paix soit sur lui) et ses objectifs.
L’un des noms féminins qui ont brillé dans le ciel de l’éternelle renaissance hussayni est celui de Taw’ah al-Kufiya, qui a vécu à l’époque de la justice de l’Imam Ali (la paix soit sur lui) avec le peuple de Kufa, et a été témoin de l’oppression à laquelle lui et sa famille ont été soumis, et a connu le droit de succession de l’Imam al-Hassan (la paix soit sur lui) et a affronté le règne corrompu de Mu’awiyah, jusqu’à ce que le temps de Karbala arrive. Elle a donc enregistré une position honorable, lorsqu’elle a caché Muslim Ibn Aqeel, l’ambassadeur de l’Imam al-Hussein (la paix soit sur lui) à Kufa des mains des ennemis, et l’a défendu vivant et mort, elle était donc un modèle de femme croyante et loyale.

Cette femme qui cacha le rebelle qui se retrouva seul, après que les Kufiens eurent rompu leurs vœux et leurs pactes avec al-Hussein (la paix soit avec lui). Cette femme, comme toutes les autres femmes, portait de l’amour à son fils unique, elle se tenait donc à la porte en attendant son arrivée de peur que quelque chose ne lui arrive, car Kufa était alors en plein soulèvement contre le tyran Yazid et ses aides, qui pratiquaient la répression et la persécution.

À lire aussi: Graphique des hadiths: Assurément, il existe dans les cœurs des Mu’minin, en respect au martyre d’Al-Hussein (A.S), une ardeur qui ne s’apaise nullement

Alors qu’elle se tient à la porte comme à l’accoutumée, le rebelle et l’ambassadeur de premier plan se présentent à sa porte ; il s’agit d’un certain Muslim Ibn Aqeel, l’ambassadeur d’al-Hussein (la paix soit avec lui), à la recherche d’un verre d’eau pour étancher sa soif et d’un abri sûr contre la trahison qui l’entoure. Taw’ah l’a reconnu lors d’une conversation qui a eu lieu entre eux, elle n’a pas hésité un instant à accomplir le devoir qui lui était assigné d’abriter le loyal rebelle, elle l’a donc accueilli, et s’est empressée de préparer une chambre pour qu’il puisse s’abriter, et a préparé toutes les fournitures nécessaires à son hospitalité.

Lorsque son fils gâté Bilal, qui coopérait avec l’autorité, comme le dit le saint verset {Il fait sortir les vivants des morts et les morts des vivants.} est revenu chez lui et a découvert l’affaire, il s’est mis à penser à cette précieuse chasse qu’il recherchait, et il n’a pas hésité à en parler au gouverneur, et ce dernier a envoyé une armée pour combattre et attraper Muslim dans cette maison.

Taw’ah n’eut d’autre choix que de renier son fils Bilal, comme le dit le verset sacré : {…Il n’est certainement pas de ta famille – il avait une conduite tout à fait injuste.} Elle s’est donc excusée auprès de Muslim Ibn Aqeel, et elle a demandé pardon à Allah : {Notre Seigneur ! Ne nous punis pas si nous oublions ou faisons une erreur.} Et tandis que Muslim se levait pour se préparer à affronter les gens, il se tourna vers elle et lui dit : {“Il n’y a aucun reproche à te faire aujourd’hui. Qu’Allah te pardonne ! Il est le plus miséricordieux des miséricordieux !}.

Il lui fit ses adieux et dit : “Que la miséricorde d’Allah soit sur toi et te donne une bonne récompense pour ce que tu as fait pour moi”. Son rôle (qu’Allah soit satisfait d’elle) était d’embrasser ce rebelle, que les hommes ne pouvaient embrasser au risque de sa vie, elle était donc un exemple de courage, d’altruisme, de sacrifice et d’altruisme.

 

Source: AlKafeel

www.shafaqna.com

You may also like

Leave a Comment

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.