PARTAGER

SHAFAQNA – Unhcr : KABOUL, Afghanistan – Selon Rula Ghani, Première dame d’Afghanistan, les femmes de son pays sont résilientes et devraient occuper des postes à responsabilité.

« Si nous voulons vraiment apporter le changement… Nous devons reconnaître que les femmes sont les actrices du changement et que nous devrions veiller à les intégrer dans tous les projets que nous menons », a déclaré Rula Ghani lors d’un récent entretien à Kaboul, la capitale afghane.

« Les femmes devraient occuper des postes de direction. Elles devraient représenter leurs familles. Ce sont celles qui portent tout le fardeau sur leurs épaules », a-t-elle ajouté.

Près de quarante ans de conflits ont fait des Afghans l’une des plus importantes populations déracinées au monde, avec au moins huit millions de personnes vivant en Iran, au Pakistan et dans d’autres pays voisins.

À lire aussi : L’évolution de la condition des femmes afghanes après 2001: l’impact de la mobilisation de la nouvelle generation

Par ailleurs, plus d’un million d’enfants, de femmes et d’hommes sont déplacés au sein même de l’Afghanistan. Malgré les grands défis auxquels elles sont confrontées, Rula Ghani estime que les femmes afghanes ont un potentiel inexploité et qu’elles devraient occuper des postes à responsabilité.

« Je trouve que les femmes afghanes sont incroyablement résilientes. Vous pouvez les voir maintenant qu’elles travaillent. Elles marchent dans la rue, la tête haute et avec un objectif précis », a-t-elle remarqué.

« Elles sont présentes dans de nombreux corps de métier en qualité de médecins, infirmières, avocates, juges, et procureures du ministère public. Certaines d’entre elles occupent le poste de ministres, et d’autres sont secrétaires d’État. »

La Première dame a été reconnue pour son plaidoyer en faveur des femmes, des enfants et des personnes les plus vulnérables en Afghanistan, parmi lesquels les millions de personnes déracinées par près de quatre décennies de conflit.

Rula Ghani se trouve à Genève cette semaine pour participer à la Conférence de Genève sur l’Afghanistan, où elle est l’intervenante principale d’un événement parallèle sur la formation professionnelle des femmes afghanes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here