Les détails d’un manuscrit du Coran ouzbek du VIIIe siècle exposé au musée du Louvre

by Pey Bahman Z
manuscrit du Coran, musée du Louvre

SHAFAQNA – Le chef de l’administration religieuse des musulmans d’Ouzbékistan a présenté les détails d’un manuscrit coranique du VIIIe siècle, qui a été envoyé en France, pour être exposé au Musée du Louvre.

Le Louvre se prépare à exposer une collection de Corans anciens, dont le Coran Kata Langar, qui remonte au VIIIe siècle, et est considéré comme l’un des manuscrits les plus précieux du monde islamique. Ce manuscrit fera partie de l’exposition « Trésors de l’Ouzbékistan à la croisée des caravansérails ».

Du 24 novembre 2022 au 6 mars 2023, le Musée du Louvre exposera 168 œuvres culturelles et historiques d’Ouzbékistan, dont 137 œuvres appartenant au Musée d’Ouzbékistan, et 31 œuvres aux principaux musées du monde.

Dans une interview avec Anatoly, Nuruddin Khaliq Nazarov, chef du département religieux des musulmans d’Ouzbékistan et grand mufti du pays, a déclaré : « Le manuscrit a été rédigé dans le dernier quart du VIIIe siècle, en écriture coufique sur des peaux d’animaux. La couverture en cuir de ce Mushaf date du XIVe siècle et a été restaurée au milieu du XVIIe siècle. On ne sait pas exactement comment et quand ce Coran a été introduit en Asie centrale, car son existence en Ouzbékistan, ne remonte qu’à 100 ans. Ce Mushaf a été conservé pendant de nombreuses années, dans la mosquée du village de Kata Langar dans la région de Qashkadarya en Ouzbékistan, puis en 2003, a été confié à la bibliothèque de l’administration religieuse de ce pays, où il est conservé jusqu’à aujourd’hui. L’Ouzbékistan possède 16 pages de ce manuscrit dont une page se trouve au Centre des manuscrits de l’Institut d’études orientales d’Ouzbékistan, deux pages, à la Bibliothèque nationale et 13 pages, à la bibliothèque du Département religieux des musulmans d’Ouzbékistan. 67 pages de ce manuscrit étaient conservées dans la mosquée du village de Kata Langar, à l’époque de l’Union soviétique, mais le sort des pages restantes est encore inconnu. L’Institut des manuscrits orientaux de l’Académie des sciences de Russie à Saint-Pétersbourg, conserve 81 pages de ce Mushaf, achetées à une inconnue en 1936. Le Coran de Kata Langar a été restauré à plusieurs reprises. Les coins déchirés de certaines pages ont été restaurés et certains versets ont été renumérotés. Les travaux de restauration ont été effectués en 3 étapes dans les années 2019, 2020 et 2021, en présence de spécialistes du Musée du Louvre et d’experts d’Ouzbékistan. Considérant l’importance historique de ce Coran et sa valeur dans le monde islamique, ce manuscrit est considéré comme une « richesse spirituelle » de l’Ouzbékistan ».

À lire aussi: Musée du Louvre: Exposition d’un manuscrit coranique du VIIIème siècle

جزئیات نسخه خطی متعلق به قرن 8 که در موزه لوور به نمایش گذاشته می‌شود/اماده

En 2015, l’un des plus anciens manuscrits coraniques au monde a été découvert dans la bibliothèque de l’Université britannique de Birmingham. Ce manuscrit avait été apporté à l’université par Hormuz Mingna, connu sous le nom d’Alphonse Mingna (1937-1878), un prêtre chaldéen né près de Mossoul en Irak, dont le voyage avait été financé pour apporter des documents afin de promouvoir le statut de Birmingham en tant que centre culturel d’études religieuses.

Ce manuscrit contient deux pages du Saint Coran des sourates Kahf et Taha en écriture Hijazi.

Des experts en science des manuscrits ont utilisé du carbone radioactif et ont conclu que ce manuscrit a été écrit entre 568 et 645 après JC, avec une précision de près de 99%.

ues séparées, la plupart à la Bibliothèque nationale de France, certains à la Bibliothèque nationale de Russie et un à laues séparées, la plupart à la Bibliothèque nationale de France, certains à la Bibliothèque nationale de Russie et un à laجزئیات نسخه خطی متعلق به قرن 8 که در موزه لوور به نمایش گذاشته می‌شود/اماده

L’âge de ce manuscrit est proche de l’âge des manuscrits de Sanaa, les plus anciens manuscrits coraniques sur du parchemin, du Yémen, découverts en 1972, lors de la restauration de la Grande Mosquée de Sanaa.

Quant aux manuscrits de Paris (Le Codex Parisino-petropolitanus), écrits sur herbe et feuilles de palmier, ils étaient conservés dans des bibliothèques séparées, la plupart à la Bibliothèque nationale de France, certains à la Bibliothèque nationale de Russie et un à la Bibliothèque du Vatican.

Cette collection a d’abord été conservée dans le dépôt des manuscrits coraniques de la mosquée d’Amr bin Al-Aas à Fastat, au Caire, puis a été achetée par l’orientaliste français, Jean-Louis Esslain de Cherville (1822-1772), lorsqu’il était Consul de France au Caire, entre 1806 et 1816.

جزئیات نسخه خطی متعلق به قرن 8 که در موزه لوور به نمایش گذاشته می‌شود/اماده

Les manuscrits de Tübingen ont également été présentés en novembre 2014, lorsque l’Université de Tübingen en Allemagne, a annoncé qu’elle possédait deux parties du Coran datées au radiocarbone avec une précision d’environ 95%, qui dataient de 649 à 675 après JC. Ces deux parties sont écrites en écriture Hijazi, avec une partie du verset 35 et le verset 36 de la sourate Taha, au verset 57 de la sourate Yassin.

جزئیات نسخه خطی متعلق به قرن 8 که در موزه لوور به نمایش گذاشته می‌شود/اماده

Source: IQNA

www.shafaqna.com

You may also like

Leave a Comment

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.