Les défis majeurs pendant l’Imamat de l’Imam Ali (AS): les “kharidjites” et les “désobéissants”  

by Pey Bahman Z
désobéissants

SHAFAQNA– Après l’établissement du califat à Kufa et la nomination de nouveaux gouverneurs efficaces tout en éliminant les corrompus, partout les gens parlaient du califat d’Ali (AS) sauf dans une région : la Syrie. La Syrie était toujours sous l’influence et la domination de Muʿawiya, qui avait conditionné son serment d’allégeance à l’Imam (AS), à la remise des responsables du meurtre d’Othman.

De toute évidence, ce n’était qu’un simple prétexte pour refuser de prêter allégeance afin qu’à long terme, Muʿawiya devienne le souverain de la Syrie, comme cela s’était produit sous le règne des deux califes précédents. Cependant, sa ruse s’opposait à la vertu d’Ali (AS), et Muʿawiya a dû donc être affronté.

En fin de compte, l’Imam (AS) partit pour Siffin afin d’affronter les forces de Muʿawiya. Lorsqu’il atteignit le champ de bataille, il vit que Muʿawiya avait bloqué le chemin vers l’Euphrate dans l’intention de priver d’eau l’armée d’Ali (AS). L’Imam (AS) était inquiet de la soif et du manque d’eau de ses soldats. Il prononça alors un court sermon puis, lors d’une attaque soudaine, il brisa les lignes de bataille de Muʿawiya et prit le contrôle de la source d’eau. Cependant, il ne répéta pas ce que Muʿawiya avait fait et il autorisa tout le monde à y accéder.

Quand finalement la bataille commença sérieusement, les deux camps se livrèrent à de violents combats, mais pour l’essentiel, les troupes d’Ali (AS) furent victorieuses. Dans cette situation, ʿAmr ibn al-ʿAs, le plus perspicace et le plus intelligent subordonné de Muʿawiya, pensa à une solution visant à susciter la dissension au sein de l’armée de l’Imam (AS).

À l’aube du mardi, le 13 Rabiʿ ul-awwal, l’armée syrienne, sous le commandement d’Amr ibn al-ʿAs, dressa les Corans sur les lances, et même l’immense Coran de Damas fut soulevé par deux soldats sur deux lances. Alors, tous se mirent à crier à l’unanimité que Dieu seul serait juge entre les deux armées.

La scène émouvante des Corans sur les pointes de lance, accompagnée des gémissements et des lamentations des troupes syriennes, affecta beaucoup l’armée d’Ali (AS). En conséquence, les combattants, qui, il y a quelques heures à peine, étaient sur le point de remporter la victoire, agirent comme s’ils étaient sous le charme, tandis que seuls quelques-uns comme Malik al-Ashtar continuèrent à se battre.

À la suite de ce stratagème, les soldats d’Ali (AS) devinrent réticents au combat, ce qui le contraignit à céder à contrecœur à leurs demandes de négociations de paix. En conséquence, il fut décidé que deux individus, chacun d’un côté de la bataille, se rendraient dans un endroit éloigné du champ de bataille et décideraient de l’affrontement entre Ali (AS) et Muʿawiya. Mais malheureusement, Abu Musa al-Ashʿari, le représentant des soldats d’Ali (AS) qui lui avait été imposé, a été trompé par ʿAmr ibn al-ʿAs, qui l’avait persuadé que chacun d’eux devait destituer son imam et qu’ensuite une nouvelle personne serait élue par le vote des musulmans.

Mais, en pratique, d’abord, Abu Musa destitua Ali (AS), puis, ʿAmr ibn al-ʿAs, qui se tenait debout au sommet de la chaire, annonça: « Tout comme Abu Musa destitua Ali (AS), je nomme Muʿawiya calife, tout comme je porte cet anneau. » L’Imam (AS) n’avait pas consenti à cet arbitrage et était décidé de poursuivre la bataille, mais la majorité de l’armée insistait pour accepter l’offre de paix.

À lire aussi: Les défis majeurs pendant l’Imamat de l’Imam Ali (AS) : Ceux qui ont rompu l’alliance (Nakithin)

Finalement, l’Imam (AS) accepta à contrecœur l’offre de paix de Muʿawiya. C’est alors que ces mêmes personnes qui avaient tant insisté pour accepter la proposition de paix, sont devenues par la suite, les opposants les plus obstinés à Ali (AS). Ce groupe est connu sous le nom de “Les Kharidjites” (Mariqin), avec qui Ali (AS) s’est ensuite engagé dans de sérieuses batailles.

Lorsque l’Imam (AS) fut informé des résultats de l’arbitrage entre Abu Musa et ʿAmr ibn al-ʿAs, il se mit en colère et dit : « Leur jugement est injuste ; ils étaient censés prendre une décision basée sur le Coran et la Sunna du Prophète (P). »

Les “désobéissants” (Qassitin)

Les « désobéissants » font référence à ceux qui, lors de la bataille de Siffin, ont forcé l’Imam Ali (AS) à accepter la proposition de négociations de paix de Muʿawiya, mais, peu de temps après, ont changé d’avis et ont exigé qu’Ali (AS) rompe la paix. Cependant, Ali (AS) ne reviendrait pas sur son accord sans raisons adéquates.

Ce groupe avait déjà commencé à semer le trouble et à tenter des vols autour de Kufa. Alors qu’il faisait ses préparatifs pour se rendre à Siffin, l’Imam Ali (AS) entendit parler de leurs activités et certains, conseillèrent à Ali (AS) de se débarrasser de ce groupe avant d’entrer en guerre contre Muʿawiya.

À la suite, après avoir envoyé une série de messages aux Kharidjites, l’Imam (AS) se rendit personnellement vers eux et prononça un sermon disant : « C’est vous qui m’avez obligé à accepter cet arbitrage-là. Et maintenant, c’est vous qui rejetez le même arbitrage ! »

Enfin, une bataille eut lieu entre eux et l’armée d’Ali (AS). Les forces d’Ali (AS) les encerclèrent et les attaquèrent. Tous les Kharidjites sauf neuf ont été tués ; dont deux se sont enfuis au Khorasan, deux à ʿOman, deux au Yémen, deux à la région Jazira en Irak et un à Urkesh (Tell Mozan) en Syrie. C’est grâce à ces figures que les Kharidjites perdurent. (Kashf al-Ghumma, 1/267-270)

Les compagnons de l’Imam (AS) pensaient que les Kharidjites furent complètement vaincus, mais l’Imam Ali (AS) leur déclara : « Par Allah! Non. Pas encore. Ils existent encore dans les dos des hommes et les utérus des femmes. Chaque fois qu’un chef apparaissait parmi eux, il était abattu jusqu’à ce que le dernier d’entre eux se transforme en voleur et brigand. » (Nahj al-Balagha, Sermon N° 60)

Ces événements, dont chacun nécessite un livre pour être pleinement développé, ont surtout occupé l’Imam (AS), qui était censé occuper le poste de calife afin que ses connaissances et ses enseignements puissent être entendus, au lieu de s’empêtrer dans des guerres civiles et de réprimer les factions rebelles.

 

Ce texte est traduit par shafaqna Français

Source : Sobhani Ayatollah Jaʿfar, Islam chiites : Histoire et doctrines, Chapitre 9

 

Version Anglaise

www.shafaqna.com

You may also like

Leave a Comment

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.