Les défis des musulmans chiites après le martyre de l’Imam Ali (AS)

by Pey Bahman Z
musulmans chiites, martyre de l'Imam Ali (AS)

SHAFAQNA– Pendant l’Imamat de l’Imam Ali (AS) les chiites ont considérablement progressé à mesure que des individus fidèles à Ali (AS) occupaient les postes gouvernementaux élevés et sensibles. Cependant, après la mort de l’Imam (AS), ils ont connu de grandes difficultés sous le règne des dynasties Sufyanide et Marwanide[1]. S’il n’y avait pas eu la Providence divine, les chiites auraient sûrement disparu à la suite de l’intense persécution et des complots dirigés contre eux.

Nous allons faire référence à un certain nombre d’événements tragiques survenus au cours de cette période :

Les nouvelles de l’assassinat de l’Imam Ali (AS) dans la mosquée par l’épée empoisonnée d’Abd al-Rahman ibn Muljam, rendirent ses ennemis heureux et attristèrent ses alliés. Quand Aïcha fut informée de la mort d’Ali (AS), elle devint extrêmement heureuse: Alors elle jeta son bâton et se calma à sa place, tout comme l’on devient heureux au retour du voyageur. Elle posa des questions sur son meurtrier. Ils répondirent : « Un homme de la tribu Murad. »

Après avoir entendu cela, elle composa les lignes suivantes : « Celui qui a apporté les nouvelles de la mort de quelqu’un est parmi les plus vertueux et ne mourra pas. » (Al-Kamil fit-Tarikh, 3/394)

Zaynab bint Abu Salama blâma Aïcha et dit: « Comment pouvez-vous parler d’Ali (AS) de cette manière? » Aïcha s’excusa et dit: « Parfois, j’oublie. »

De même, Muʿawiya fut si heureux d’apprendre la nouvelle de la mort de l’Imam (AS) qu’il récita ces lignes :

« Dites aux lapins de se promener librement

Et dites au cerf de paître sans crainte. »

L’Imam (AS) est décédé deux jours après avoir été mortellement blessé. Après le cortège funèbre dans la mosquée de Kufa, l’Imam Hassan (AS) a dit en l’honneur de son père : « La nuit dernière, un homme est décédé qui n’avait aucun précédent et qui n’aura pas d’égal dans les temps à venir. C’est celui qui pendant les combats sur les champs de bataille, avait comme aides, Gabriel sur son côté droit et Michaël sur son côté gauche ! »

À lire aussi: Les défis majeurs pendant l’Imamat de l’Imam Ali (AS): les événements après la bataille de Nahrawan

Ali (AS) est décédé la même nuit où Moïse était mort et Jésus était monté au ciel. Sa mort coïncide avec la révélation du Coran. Il convient de noter qu’il n’a laissé derrière lui, ni or ni argent dans sa succession ; de biens matériels, il ne lui restait que 70 dirhams avec lesquels il avait l’intention d’embaucher une aide-ménagère pour sa famille. » (Al-Kamil fit-Tarikh, 3/404)

Après la mort d’Ali (AS), les gens vinrent prêter allégeance à son fils, Hassan (AS). Qays ibn Saʿd ibn ʿUbada fut parmi les premiers à le faire. Ensuite, les gens vinrent en grande foule et lui prêtèrent allégeance. L’Histoire a enregistré que ces 40 000 personnes qui avaient prêté serment de loyauté à Ali (AS) et s’étaient préparés à combattre contre Muʿawiya, ont renouvelé leur serment à son fils, l’Imam Hassan (AS).

À la suite d’une nouvelle série de machinations et de complots, des signes de fragilité et de faiblesse commencèrent à apparaître dans l’armée de l’Imam Hassan (AS). Cependant, il convient de noter que cela était dû en partie, au fait que son armée n’était pas homogène. Seuls, certains étaient de véritables loyalistes chiites, d’autres étaient membres des Kharijites, dont les frères avaient été tués à Nahrawan, d’autres recherchaient toujours la richesse et la position, et que cela soit fourni de la part d’Ali (AS) ou de Muʿawiya ne faisait aucune différence. Après une campagne avortée, l’Imam (AS) ne trouva d’autre alternative que de faire la paix avec Muʿawiya.

Il faut se rappeler que les conditions de paix ont été arrangées de manière à démontrer le pouvoir spirituel et mental de l’Imam (AS) et son contrôle sur la situation à ce moment-là. Pourtant, Muʿawiya n’était pas du genre à respecter les termes et conditions du traité de paix.

Après avoir fait la paix avec l’Imam Hassan (AS), Muʿawiya se tint au sommet de la chaire de la mosquée centrale de Kufa et dit : « Par Dieu ! Je ne me suis pas battu avec vous pour vous forcer à prier, à jeûner, à accomplir le hajj et à payer la zakat, car vous les faites déjà tous. Je me suis battu pour régner sur vous, ce qui est mon droit divin. Méfiez-vous! J’avais fait des promesses à Hassan ibn Ali (AS) que je n’ai aucune intention de tenir. » Un gouvernement dirigé par de telles personnes n’hésiterait pas à tuer les compagnons d’Ali (AS).

Après le retour de Muʿawiya en Syrie, les jours les plus sombres commencèrent pour les chiites. Chaque fois que le gouvernement de Muʿawiya localisait un leader des chiites, soit il le ferait mourir martyr, soit il incendierait entièrement sa maison. Les crimes de Muʿawiya durant ses vingt années de règne furent si nombreux qu’ils contraignirent l’Imam Hussein (AS) à écrire une lettre le réprimandant pour sa conduite.

 

Note:

1- Faisant référence à deux branches différentes de la famille omeyyade ; les enfants d’Abu Sufyan (les Sufyanides) et les enfants de Marwan ibn al-Hakam (les Marwanides).

 

Ce texte est traduit par shafaqna Français

Source : Sobhani Ayatollah Jaʿfar, Islam chiites : Histoire et doctrines, Chapitre 10

 

Version Anglaise

www.shafaqna.com

 

 

You may also like

Leave a Comment

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.