PARTAGER

SHAFAQNA – Iqna : Nader Panahzadeh a commencé ses activités littéraires et artistiques à Machhad en 1988. Afin de tourner un documentaire sur l’islam et les musulmans, tenant compte des activités du Centre islamique d’Afrique du Sud, il s’est rendu dans ce pays. Dans une conversation avec l’Agence iranienne de presse coranique, il a déclaré :

« Le Centre islamique d’Afrique du Sud a été créé par l’Hodjat-ol-islam Sayed Abdullah Hosseini sur le site d’une ancienne boite de nuit, et qui avait également des activités de propagande islamique en Zambie. Hosseini est une des rares personnes qui n’utilise pas le budget de l’État pour propager l’islam, et a créé le Centre islamique par ses propres moyens. Il est un des membres de confiance du gouvernement et fait également des discours dans les mosquées sunnites. Avant de me rendre en Afrique du Sud pour ce documentaire, j’ai fait des recherches sur l’islam et les musulmans dans ce pays qui compte 2 millions de musulmans dont beaucoup sont sunnites, et qui représentent 2% de la population. Les centres islamiques en Afrique du Sud, ne sont pas très nombreux et une mosquée du port de Durban travaille dans ce domaine. En plus du Centre islamique de Johannesburg, le Centre chiite pakistanais joue également le rôle de dirigeant dans la promotion de l’islam.
Le peuple sud-africain a un grand intérêt pour l’Imam Khomeiny, l’Iran et le peuple iranien, et la mosquée « Al-Reza » dirigée par Molana Heidar Aftab Razavi, chiite pakistanais qui a fait ses études en Iran, peut être considérée comme le quatrième centre actif dans le domaine de la présentation de l’islam. Razavi a acheté le terrain d’une église lors d’une vente aux enchères, pour construire une mosquée. Les chrétiens de cette région se sont opposés à la destruction de l’église où ils avaient beaucoup de souvenirs et Razavi leur a dit qu’il ne détruirait pas l’église. L’église est toujours à sa place et la mosquée « Al Reza » qui a été construite à côté, est aux dernières étapes de sa construction ».

À lire aussi : Création d’un Conseil suprême des Ahl-ul-Bayt (as) en Afrique du Sud

Le nombre d’Iraniens vivant dans ce pays n’est pas très élevé mais en raison de la diversité de leurs activités, ils occupent une place de choix parmi la population de ce pays.
Nader Panahzadeh a déclaré qu’il avait passé trois mois à étudier l’islam en Afrique du Sud et y avait passé le mois de Ramadan en 2017, soulignant que plus de 100 millions de tomans avaient été dépensés pour ce documentaire.
« J’ai parlé avec plusieurs chaînes de télévision iraniennes pour la vente de ce documentaire de 60 minutes, mais toutes ont dit qu’elles ne disposaient pas des fonds nécessaires. Des centres islamiques tels que le centre Jame’at-ol-Mostafa (as) Al-Alamiya, l’Organisation pour la culture et les relations islamiques, et l’organisation Owj, sont également les centres avec lesquels je me suis entretenu, mais aucun d’entre eux n’a acheté mon documentaire. La chaine Ofogh l’a finalement acheté pour 20 millions de tomans, et l’a corrigé pendant 8 mois », a-t-il dit.
« La Turquie a beaucoup d’activités de propagande islamique en Afrique du Sud, notamment des écoles qui enseignent le turc après les langues anglaise et africaine. L’école « Sama » et la mosquée « Nezamiye » ont été construites par un philanthrope originaire d’Istanbul, qui ne veut pas être nommé, pour un montant de 60 millions de dollars sur le modèle de la mosquée construite sur l’ancienne église Sainte Sophie de Turquie. Cette mosquée a un musée, des magasins et une université. 1500 personnes venaient dans la mosquée pendant le mois de Ramadan. Cette mosquée a un restaurant ouvert au public, qui fournit aux nécessiteux de la nourriture gratuite. La mosquée est située à 6 km au sud de Johannesburg, l’une des plus grandes villes d’Afrique du Sud située dans les déserts autour de la ville, et est maintenant considérée comme une attraction touristique », a-t-il ajouté.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here