PARTAGER

SHAFAQNA – Iqna : Si le Maroc avec un PIB/habitant ne dépassant pas $8500 et enregistre 80% de sa population adulte qui prie chaque jour, les Etats-Unis ont par contre la particularité d’être à la fois un pays riche avec un produit intérieur brut (PIB) par habitant s’élevant à 56.000 dollars et de compter un nombre élevé parmi ses habitants qui effectuent des prières quotidiennement, 55% de la population, selon une étude américaine sur le champ religieux.

Dans tous les autres pays riches interrogés, c’est-à-dire ceux dont le PIB par habitant est supérieur à 30 000 dollars, moins de 40% des adultes déclarent prier chaque jour, relève cette étude menée par le Centre de recherche Pew sur la fréquence des prières auprès de 102 pays.
A titre d’exemple, l’étude a révélé qu’au Japon, où le PIB par habitant est d’environ 38 000 dollars, environ un tiers (33%) prient tous les jours. En Norvège, où le PIB par habitant est d’environ 68 000 dollars, moins d’un adulte sur cinq (18%) le fait.
Toutefois, le centre souligne que l’étude n’inclue pas les pays riches de la péninsule arabique, tels que le Qatar et les Emirats arabes unis, où l’on pouvait s’attendre à un niveau de prière plus élevé.
D’un autre côté, l’étude relève que les pays les moins riches ont tendance à avoir des taux de prière plus élevés, en ce sens que les pays où au moins 70% des adultes déclarent prier chaque jour ont un PIB par habitant inférieur à 20 000 dollars.
« Par exemple, en Egypte, où 72% des personnes interrogées disent prier tous les jours, le PIB par habitant est d’environ 11 000 dollars. Et en Afghanistan, où 96% des adultes disent prier chaque jour, le PIB par habitant est d’environ 2 000 dollars », révèle l’étude.
Les auteurs de l’étude soutiennent, par ailleurs, que ces résultats correspondent globalement à d’autres données qui font apparaître que « le niveau de richesse d’un pays est inversement proportionnel à son niveau de pratique religieuse, mesurée à l’aide des réponses aux enquêtes concernant la prière quotidienne, la croyance en Dieu, la participation à des services religieux et l’importance déclarée de la religion dans la vie. En d’autres termes, les habitants des pays les plus pauvres ont tendance à être plus religieux que ceux des pays les plus riches ».
Cependant, tous les pays à faible richesse n’ont pas un niveau élevé de prière quotidienne. Au Vietnam et en Bulgarie où le PIB par habitant est respectivement de 6 000 et 19 000 dollars, la part des adultes qui disent prier quotidiennement est seulement de 14% et 15%.
Pays subsahariens ont un taux supérieur à la moyenne mondiale 
Par ailleurs, l’étude relève que la plupart des pays africains subsahariens étudiés et qui ont un PIB par habitant inférieur à 10 000 dollars ont un taux de prière quotidien supérieur à la moyenne mondiale qui est de 49%.
Idem pour les pays du Moyen-Orient et en Afrique du Nord où « presque tous les pays étudiés ont un PIB par habitant inférieur à 20 000 dollars et un taux de prière quotidien supérieur à la moyenne », Israël étant une exception avec un PIB par habitant de 34 000 dollars, et à peine 27% d’habitants qui disent prier chaque jour.
Concernant le niveau élevé des prières quotidiennes aux Etats Unis, à la différence des autres pays riches, certains spécialistes estiment que l’absence d’intervention de l’Etat dans le champs de la religion a créé un «marché» religieux ouvert, « un champ où différentes religions se font concurrence pour obtenir de nouveaux adeptes ». Il pourrait également être dus en partie aux niveaux relativement élevés d’inégalité des revenus aux Etats-Unis, « les sociétés avec des niveaux de revenus plus inégaux ont tendance à être plus religieuses ».
A souligner que le 2 mai de chaque année est la Journée nationale de prière aux Etats-Unis. Une journée qui été instaurée par le Congrès en 1952 afin de permettre aux Américains de se tourner «vers Dieu dans la prière et la méditation dans les églises, en groupes et individuellement».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here