PARTAGER

SHAFAQNA – Ce qui suit fait partie du livre L’IMAM AL-HASSAN et de son Traité de Réconciliation avec Mu’âwiyeh, Compilé et traduit en français par Abbas Ahmad al-Bostani, sélectionné par SHAFAQNA.

L’histoire ne nous a légué aucun document indiquant avec précision les termes et la teneur exacts du «Traité de Réconciliation», bien que cet événement marque une date on ne peut plus importante de l’histoire de l’Expérience islamique.

La raison en est sans doute que Mu’âwiyeh n’avait jamais accordé une valeur durable à ce document qu’il considérait au fond de lui-même comme un simple laisser-passer provisoire lui ouvrant la porte de la direction officielle de l’Etat islamique; c’est du moins ce que la suite des événements a montré.

Ce qui est cependant sûr, c’est que Mu’âwiyeh, d’après certains historiens, dont al-Tabari et Ibn al-Athir, a envoyé à al-Hassan une feuille blanche en bas de laquelle il avait apposé son estampille, ainsi qu’une lettre dans laquelle il a écrit: «Pose les conditions qui te conviennent dans cette feuille que j’ai signée, je les accepterai».(1)

Quant aux conditions que l’Imam al-Hassan a posées dans cette feuille, elles ne sont souvent mentionnées que négligemment, partiellement ou incomplètement par les historiens, sans doute parce que Mu’âwiyeh, avait annoncé dès qu’il s’est emparé du pouvoir, qu’il n’en respecterait aucune.

À lire aussi : Le traité de réconciliation de l’Imam Hassan (A.S) : Les commentaires de savants religieux sur le mal pernicieux (Partie 4)

Toutefois, les spécialistes de la biographie de l’Imam al-Hassan, qui ont procédé à une étude comparée des différentes versions nuancées ou incomplètes des clauses du Traité, s’accordent pour nous les présenter sous la forme suivante:

Article premier: Al-Hassan remet le pouvoir à Mu’âwiyeh à condition que ce dernier applique le Coran et la Sunna du Prophète et suive la voie des Califes pieux.

Article Deux: Al-Hassan succédera à Mu’âwiyeh après sa mort. S’il lui arrivait malheur, c’est son frère al-Hussayn qui prendrait sa place. Il ne revient pas à Mu’âwiyeh de désigner qui que ce soit pour sa succession.

Article Trois: Mu’âwiyeh doit s’abstenir d’injurier Amir al-Mu’minine, ‘Alî, surtout lors de la prière, et il ne doit dire de lui que du bien.

Article Quatre: Exclure les sommes se trouvant dans la trésorerie de Kûfa – soit cinq «mille mille» dirhams – des biens soumis à la passation du pouvoir (…)

À lire aussi: Le traité de réconciliation de l’Imam Hassan (A.S) : Vers la conclusion d’un traité de réconciliation (Partie 5)

Article Cinq: Les gens doivent pouvoir vivre en sécurité là où ils se trouvent sur la Terre de Dieu: que ce soit en Syrie, en Iraq, au Hijâz, au Yémen. Mu’âwiyeh ne doit pas tenir rigueur aux gens, de leurs erreurs passées, ni demander des comptes à quiconque pour ce qui a été fait dans le passé, ni garder rancune envers les Irakiens. Il doit assurer la sécurité des partisans de ‘Alî où qu’ils se trouvent, et s’abstenir de porter atteinte à aucun de ses chiites. La sécurité des chiites et des compagnons de ‘Alî, ainsi que de leurs biens, de leurs femmes et de leurs enfants doit être garantie. Mu’âwiyeh ne doit les poursuivre pour quoi que ce soit, ni faire du mal à aucun d’entre eux. Il doit garantir à chacun son dû et indemniser les compagnons de ‘Alî des dommages qu’ils ont subis. Il ne doit garder rancune – dissimulée ou manifeste – ni à l’encontre d’al-Hassan, ni à l’encontre de son frère al-Hussayn ni envers aucun membre de la Famille du Prophète. Il ne doit menacer aucun d’entre eux où qu’il se trouve.(2)

à suivre …

Notes :

1. Al-Tabari, tom. Vl, p. 93; Ibn al-Athir, tom. III, p. 162, cité par Cheikh Râdhi Âl Yassine, op. cit., p. 258.

2. Çulh al-Hassan (La Réconciliation d’al-Hassan), Cheikh Râdhi Âl Yassine, pp. 259 – 261.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here