Le «train de la paix», offert par Yusuf Islam, roulera bientôt dans Christchurch en Nouvelle-Zélande + Photos

by Pey Bahman Z
Christchurch ,Nouvelle-Zélande

SHAFAQNA – Oumma: C’est un train électrique pas comme les autres qui, prochainement, sillonnera les rues de la troisième plus grande ville de Nouvelle-Zélande, la désormais tristement célèbre cité de Christchurch…

Le deuxième dimanche de chaque mois, au tintement joyeux de sa cloche, ses conducteurs bénévoles inviteront chaleureusement le public à monter à son bord, en vue d’une escapade urbaine gratuite et inédite, à la forte charge symbolique.

Conformément au souhait de Yusuf Islam, son généreux mécène, alias Cat Stevens dans une vie antérieure, ce train aux couleurs chatoyantes charriera les symboles forts de la paix, de la fraternité et de la diversité, laissant dans son sillage une traînée agréable… de douces sensations et de bons sentiments.

Tel un rayon de soleil perçant de noirs nuages, le bien nommé « train de la paix », offert à la municipalité de Christchurch par le converti à l’islam le plus connu de la scène musicale britannique, traversera bientôt une localité encore profondément meurtrie par l’effroyable massacre qui ensanglanta les mosquées Al Noor et Linwood, le 15 mars 2019.

À lire aussi: Nouvelle-Zélande: Publication de 4 livres pour favoriser la connaissance de l’islam auprès des enfants

C’est au coeur d’une ville qui porte toujours le deuil de ses 51 victimes musulmanes, abattues froidement en plein recueillement, que le « train de la paix », cette attraction familiale par excellence, ludique et fédératrice, roulera paisiblement, en diffusant partout ses bonnes ondes.

Comme l’espère vivement Yusuf Islam, l’artiste musulman au grand coeur, à sa seule vue, de beaux sourires illumineront les visages qui, depuis l’impensable tragédie, restent marqués par l’effroi ou une indicible douleur, notamment les plus juvéniles.

Yusuf Islam donnant un concert à Christchurch, lors d’une cérémonie du souvenir poignante

You may also like

Leave a Comment