PARTAGER

SHAFAQNA – Iqna : Frances Black, chanteuse et femme politique indépendante qui a présenté la motion, a twitté que le vote « n’était qu’une première étape, mais une étape importante ».

« Aujourd’hui nous affirmons avec force : l’Irlande défendra toujours le droit humanitaire international, la justice et les droits humains », a ajouté Black.

Le projet de loi sur les Territoires occupés a été approuvé par 25 voix contre 20 au Seanad, la chambre haute de l’Oireachtas, le parlement irlandais.

Il devrait passer par plusieurs autres étapes au Seanad et à la chambre basse, le Dáil, avant de pouvoir prendre effet en tant que loi.

Un vote favorable au projet de loi était attendu depuis que le principal parti d’opposition d’Irlande, Fianna Fáil, avait annoncé plus tôt ce mois-ci qu’il le soutiendrait.

À lire aussi: Comment les banques israéliennes encouragent la colonisation

Le Parti des Verts, le Parti travailliste, le parti nationaliste irlandais Sinn Féin, les sociaux-démocrates et les législateurs indépendants soutiennent également cette législation. Le parti au pouvoir Fine Gael s’opposait au projet de loi.

La Campagne irlandaise de solidarité avec la Palestine a loué le travail de tous les militants, des syndicats et des groupes de la société civile qui ont soutenu la motion, en particulier Sadaka qui a aidé à sa rédaction .

Le peuple irlandais « peut être fier »

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères israélien Emmanuel Nahshon a

affirmé que le sénat irlandais avait « donné son soutien à une initiative de boycott anti-israélien populiste, dangereuse et extrêmiste, qui nuit aux chances de dialogue entre Israël et les Palestiniens ».

Israël peut craindre que si l’Irlande impose des répercussions à ses violations incontrôlées du droit international, d’autres pays puissent suivre.
Israël a convoqué l’ambassadeur d’Irlande à Tel Aviv à titre de protestation.

«  Le peuple irlandais peut être fier que le Seanad irlandais a fait aujourd’hui un pas courageux qui ouvre la voie du combat contre l’apartheid », a déclaré Shawan Jabarin, directeur du groupe pour les droits humains palestiniens Al Haq.

Jabarin a exprimé sa confiance que la motion deviendra une loi et son espoir que d’autres pays européens suivront. « Il est temps de mettre fin à la culture de l’impunité », a ajouté Jabarin.

« Une hypocrisie claire »

Le matin du vote, Black a appelé au soutien pour la motion dans un article pour le Irish Times.
« Il y a une hypocrisie claire ici— comment pouvons-nous condamner les colonies comme ‘illégales sans la moindre ambiguïté’, comme un vol de terres et de ressources, mais acheter joyeusement les produits de ce crime », a déclaré la sénatrice.

À lire aussi: « Une histoire populaire du football » : récit des émancipations et résistances à travers le ballon rond

Elle a aussi raconté comment, lors de sa visite récente en Palestine, elle a constaté l’impact dévastateur de la colonisation israélienne sur la liberté de mouvement, le logement et les soins médicaux des Palestiniens.

« J’ai été témoin de l’indignité écrasante dont souffre la communauté palestinienne coupée de ses ressources d’eau pour qu’elles puissent être détournées vers une ferme avicole israélienne », a écrit Black.

« Est-ce une réponse morale que de condamner l’illégalité, puis de demander : ‘combien pour les oeufs?’ », a demandé Black.

Black a contesté les objections selon lesquelles sa motion violerait les lois commerciales de l’Union européenne.

« De multiples façons, cet atermoiement légal me rappelle les courageux travailleurs des Dunnes Stores des années 1980, et les inquiétudes selon lesquelles bannir les produits de l’Afrique du sud de l’apartheid pourrait bouleverser les règles [européennes] ».

Les travailleurs de la chaîne de supermarchés Dunne montèrent une grève épique pour soutenir une collègue, Mary Manning, suspendue pour avoir refusé de traiter des biens d’Afrique du Sud.

Cette bataille avait aidé à galvaniser le soutien au mouvement anti-apartheid en Irlande.

« Finalement, l’Irlande a été prête à jouer un rôle de leader sur cette question — à appuyer cette cause internationalement et à tracer un chemin que d’autres puissent suivre », a écrit Black. « La même chose s’applique aujourd’hui : nous avons la capacité légale de poursuivre, si la volonté politique est là ».

Human Rights Watch a dit que les entreprises coloniales « contribuent inévitablement aux politiques israéliennes qui dépossèdent et discriminent durement les Palestiniens, tout en profitant du vol par Israël des terres et des autres ressources palestiniennes ».

À lire aussi: Quand la France organise la promotion d’Israël

Il y a un consensus croissant parmi les juristes internationaux selon lequel faire des affaires avec les colonies israéliennes est illégal et Amnesty International a appelé les gouvernements à imposer une interdiction.

Si le projet de loi sur les Territoires occupés devient une loi, l’Irlande sera le premier pays européen à le faire.

La nuit précédant le vote de mercredi, Black a accueilli en Irlande deux fermiers palestiniens, Mona and Fayez al-Taneeb, qui ont « combattu contre la démolition de leur ferme et la confiscation de leurs terres par une colonie commerciale israélienne ».

A l’invitation de Black, le couple a été invité au Parlement irlandais pour assister à ce vote historique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here