PARTAGER
Bahrain - Behrein - King Hamad - chiites - chiisme
STRINGER (AFP/File)

SHAFAQNA – i24NEWS : “Les royaumes du Golfe Persique à majorité musulmane attendent que le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou fasse un geste audacieux et courageux pour lancer le processus d’établissement des relations diplomatiques avec Israël”, a déclaré mercredi un rabbin américain à i24NEWS, fraîchement venu d’une visite au royaume du Bahreïn.

“Je peux prédire que vous commencerez à voir des relations diplomatiques entre Israël et les pays du Golfe [Persique] d’ici deux ans”, prédit le rabbin Marc Schneier, un chef religieux de New York et chef de la Fondation interconfessionnelle.

“J’y suis impliqué depuis ma visite du Golfe [Persique] en 2009”, a déclaré M. Schneier à Jérusalem, dont l’organisation promeut les liens entre les communautés juives et musulmanes.

“Non seulement j’ai un contact avec la famille royale de Bahreïn mais aussi avec le Qatar et l’Arabie Saoudite. J’ai vu des changements remarquables dans leurs attitudes envers Israël et nous vivons vraiment des temps passionnants et historiques.”

Il a affirmé que parmi les six Etats du Golfe [Persique] – l’Arabie saoudite, Oman, le Koweït, les Emirats arabes unis, le Qatar et Bahreïn – ce dernier est le plus désireux d’un rapprochement avec l’Etat juif.

Michael Thaidigsmann/Wikimedia Commons First Gathering of European Muslim and Jewish leaders in Brussels, December 2010 – left to right: Grand Mufti Mustafa Ceric – European Council President Herman Van-Rompuy – Rabbi Marc-Schneier – Imam Dr. Abdujalil Sajid
Michael Thaidigsmann/Wikimedia Commons

“Je suis très optimiste en ce qui concerne un rapprochement entre Israël et les Etats du Golfe [Persique]”, a-t-il affirmé.

Bahreïn, un pays à majorité chiite dirigé par une élite autoritaire sunnite, aurait maintenu une coopération discrète avec Israël.

Les deux partagent une ambition de lutte contre l’Iran, puissance chiite prédominante au Moyen-Orient, que Bahreïn accuse d’avoir fomenté la discorde interne.

M. Schneier a également confirmé qu’il avait facilité les pourparlers entre le roi Hamad de Bahreïn et Israël.

“Oui, j’ai relayé certains de ses messages aux responsables israéliens,” a-t-il précisé.

- (AFP/File) A file picture taken on February 19, 2011 shows a Bahraini man facing security forces on Pearl Square in Manama, the focal point of bloody anti-regime demonstrations
– (AFP/File)

“Je crois que nous avons besoin d’un leadership courageux du côté israélien”, a-t-il ajouté, en prenant comme exemple la décision du président égyptien Anwar Sadat de visiter Jérusalem en 1978.

“Je crois que si le Premier ministre d’aujourd’hui ou celui qui sera Premier ministre au cours des deux prochaines années – si ce chef devait tendre la main et prendre cette initiative, il serait accueilli très chaleureusement par les différents Etats du Golfe [Persique]”, a-t-il soutenu à i24NEWS.

Plus tôt cette semaine, l’ambassadeur d’Israël aux Etats-Unis, Ron Dermer, a déclaré au Jerusalem Post que Jérusalem était “catégoriquement opposée” aux réunions entre les dirigeants juifs américains et le royaume gazier.

Cependant, un diplomate qatari a révélé avoir visité Israël plus de 20 fois depuis 2014.

M. Schneier a défendu la sincérité du Qatar à tendre la main à Israël.

“Il y a une nouvelle direction dynamique et jeune au Qatar qui se rapproche des Etats-Unis et d’Israël”, a-t-il conclu.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here