PARTAGER

SHAFAQNA – Le Muslim Post : Le prince héritier d’Abou Dhabi se souviendra longtemps de la réunion en Virginie du Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed Ali avec ses compatriotes. Ce dernier n’a pas mâché ses mots à propos du prince héritier d’Abou Dhabi, Mohammed bin Zayed, qu’il a rencontré une semaine plus tôt. Prié de soutenir la création d’un institut islamique à Addis-Abeba, le prince a eu une discussion animée avec Abiy Ahmed Ali, qui rapporte que le prince héritier lui a alors proposé son « soutien » et un « enseignement » de la part des Emirats.

Le Premier ministre éthiopien aurait alors coupé Mohammed bin Zayed pour lui affirmer : « Nous n’avons pas besoin de vous pour enseigner l’Islam. Vous l’avez perdu. » Le Premier ministre d’Ethiopie aurait été encore plus loin en proposant aux Emiratis de lui « enseigner la langue arabe » afin de pouvoir « comprendre le véritable Islam » et ainsi « remettre les Emirats arabes unis sur de bons rails. »

Entre l’Ethiopie et les Emirats arabes unis, la tension est donc une nouvelle fois à son comble. Le mois dernier, le royaume du Golfe avait proposé de jouer le rôle de médiateur entre l’Ethiopie et l’Erythrée. Le ministère éthiopien des Affaires étrangères avait alors poliment refusé la proposition émiratie avant de signer l’accord d’Asmara. Les médias de ul’émirat n’ont cessé de louer le rôle des EAU dans la réconciliation entre l’Ethiopie et l’Erythrée, alors que le porte-parole du ministère éthiopien des Affaires étrangères, Meles Alem, avait souligné que l’accord d’Asmara avait été signé sans la médiation d’aucun pays tiers.

À lire aussi: Crise du Golfe Persique: le Qatar assigne les Emirats arabes unis devant la CIJ

Un nouveau faux-pas dans ce qui ressemble à une farce diplomatique depuis que les Emirats arabes unis ont demandé aux pays africains de rompre leurs relations avec le Qatar. L’Ethiopie avait refusé et avait même décidé de soutenir le médiation koweïtienne. Preuve que tout ne s’achète pas.

Le Premier ministre éthiopien tient en tout cas bon face aux Emirats qui tentent d’imposer au monde leur vision de l’Islam en apparence « modéré ». Les EAU ont pourtant quelques casseroles que le responsable éthiopien connaît certainement, comme la promesse des Emirats de financer la campagne de Marie Le Pen l’an dernier ou encore une grosse opération de lobbying anti-Qatar et anti-Frères musulmans à coup d’achats de journalistes et de faux experts. The Intercept, dans un article consacré aux actions des EAU, détaillait « un alignement improbable d’intérêts » entre l’Arabie Saoudite, les Emirats Arabes Unis, l’Egypte et Israël. Quitte à créer des alliances étonnantes avec les extrêmes droits occidentales.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here