PARTAGER

SHAFAQNA – Le Muslim Post : Le plan américain pour résoudre le conflit se fait attendre depuis des mois et a été repoussé à plusieurs reprises. Il fait face à un grand scepticisme quant aux chances du président Trump de parvenir à ce qu’il a appelé « l’accord (diplomatique)ultime ».

« Nous discutons en ce moment d’un éventuel report au 6 novembre, il serait logique d’attendre qu’un nouveau gouvernement (israélien) soit formé, alors nous devons attendre potentiellement le 6 novembre », a affirmé M. Greenblatt lors d’une conférence organisée à New-York par le quotidien israélien The Jerusalem Post.

« Mais nous déciderons de cela après Bahreïn », a-t-il ajouté. L’administration Trump organise fin juin à Bahreïn une conférence sur le volet économique de son plan.

« Ce n’est pas un secret que les élections israéliennes ont changé la donne. S’il n’y avait pas eu de nouvelles élections, nous l’aurions peut-être présenté pendant l’été », a poursuivi M. Greenblatt, selon une vidéo de cette conférence diffusée sur internet.

À lire aussi : Plan de paix au Proche-Orient : on en sait un peu plus sur le calendrier

M. Greenblatt a rappelé que l’administration Trump avait déjà reporté la présentation de ce plan après la fin du mois de jeûne musulman de ramadan (début juin) et après la formation d’un gouvernement israélien qui devait suivre les législatives du 9 avril.

Mais le Premier ministre israélien sortant Benjamin Netanyahu n’a pas réussi à former une coalition de gouvernement avec les partis de droite arrivés en tête des élections.

Il a préféré provoquer la dissolution du Parlement nouvellement élu et de nouvelles législatives. Celles-ci auront lieu le 17 septembre, mais il devrait falloir plusieurs semaines ensuite pour former un nouveau gouvernement.

M. Greenblatt a par ailleurs soutenu les propos de l’ambassadeur américain dans l’Etat hébreu, David Friedman, selon qui Israël a le droit d’annexer « une partie » de la Cisjordanie occupée, a rapporté le Jerusalem Post.

« Sous certaines circonstances (…) je pense qu’Israël a le droit de conserver une partie, mais pas toute, de la Cisjordanie », avait déclaré l’ambassadeur dans une interview début juin dans le quotidien américain New York Times.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here