PARTAGER

SHAFAQNA – TSA | par  : Donald Trump a annoncé, ce mardi 8 mai, le retrait des États-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien qu’il a qualifié de « désastreux ».

« J’annonce aujourd’hui que les États-Unis vont se retirer de l’accord nucléaire iranien », a-t-il déclaré dans une allocution télévisée depuis la Maison Blanche.

le président américain a décidé de sortir de cet accord que la majorité des pays considéraient comme juste et équilibré. Hormis les États-Unis, Israël et l’Arabie saoudite, aucun autre pays n’a émis de doutes sur le respect par l’Iran de l’accord conclu en 2015.

Pour sa part, l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a régulièrement certifié le respect par Téhéran de ses engagements.

En prenant cette décision, Donald Trump a renié un engagement international des États-Unis. Pour des reniements moins graves d’engagements internationaux, d’autres pays ont été lourdement sanctionnés par la communauté internationale.

Le président américain a également pris cette décision contre l’avis de ses principaux alliés en Europe. La France, l’Allemagne et le Royaume-Uni, convaincus de l’importance de l’accord pour la paix dans la région du Moyen-Orient, ont tout fait ces dernières semaines pour dissuader le président Trump de prendre une décision radicale. Ils n’ont pas été entendus.

À lire aussi: Rex Tillerson limogé : vers la fin de l’accord nucléaire iranien?

Les Européens ont annoncé leur intention de « préserver » l’accord. Mais ils auront du mal à peser surtout que les États-Unis ne se limitent pas au seul aspect nucléaire.

En plus de la dénonciation de l’accord, le président américain a en effet annoncé le rétablissement des sanctions économiques à leur « plus haut niveau » contre l’Iran.

Elles viseront notamment le secteur pétrolier iranien ainsi que les transactions en dollars avec la banque centrale du pays, a précisé le département du Trésor américain.

Les responsables américains ont déjà appelé les entreprises étrangères travaillant en Iran à quitter le pays. Ils ont de fortes chances d’être entendus. Les Américains ont la possibilité de sanctionner lourdement celles qui continueraient à faire des affaires avec Téhéran, à commencer par les entreprises européennes qui ont repris leurs investissements en Iran depuis la levée des sanctions.

On le voit bien : la décision américaine ne se limite pas à vouloir empêcher l’Iran de se doter de l’arme nucléaire, comme le prétend Donald Trump. Elle vise aussi et surtout à l’affaiblir économiquement et entraver son développement pour réduire son influence dans la région dans un contexte de rapprochement inédit entre l’Arabie saoudite et Israël.

Ce coup de force de Donald Trump, qui intervient après sa décision controversée et contestée de transférer l’ambassade américaine en Israël à Jérusalem, s’inscrit dans la continuité de la politique américaine à l’égard des musulmans. Une stratégie de guerre permanente.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here