Le monothéisme du Coran: l’unicité concernant le culte (Partie 4)

114
PARTAGER

SHAFAQNA – Ce qui suit fait partie du livre Philosophie de l’Islam, Behechti & BâhonarÉdité et traduit par Abbas Ahmad al-Bostani, sélectionné par SHAFAQNA.

Comme nous l’avons dit plus haut, l’Unicité du culte est la première et la plus essentielle des choses que le Coran souligne en ce qui concerne le monothéisme. Le Coran la considère comme étant le résultat logique de l’Unicité d’Allah concernant “la création et le commandement”. Nous savons que c’est Allah Seul qui a créé ce monde et que c’est Lui Seul qui le dirige. Nul autre n’a de rôle indépendant à cet égard. Les autres accomplissent seulement les devoirs spécifiques qui leur sont attribués par leur Créateur. Toutes les sources du pouvoir dans le monde, tels que le Soleil, la Lune, la Terre, les djinns, les anges, etc… Lui sont subordonnées et exécutent Ses commandements. Lorsque nous savons tout cela, il est insensé de rendre un culte à n’importe lequel de Ses simples agents ou de se prosterner devant leurs statues et images. Le Coran dit: «O vous les hommes! Adorez votre Seigneur qui vous a créés, vous et ceux qui ont vécu avant vous, afin d’être pieux. C’est votre Seigneur Qui a fait de la Terre un lit pour vous, et du Ciel un dais, et Qui a fait descendre du Ciel l’eau grâce à laquelle IL fait surgir des fruits pour assurer votre subsistance. N’attribuez donc pas à Allah des rivaux, alors que vous savez». (Sourate al-Baqarah, 2: 21-22).

À lire aussi : Réflexions Coraniques : La victoire vient d’Allah !

«Certaines gens considèrent les djinns comme associés à Allah, bien que ce soit Lui qui les ait créés, et dans leur ignorance, ils Lui attribuent des fils et des filles. Gloire à Lui! IL est très Élevé au-dessus de ce qu’ils allèguent. IL est le Créateur des Cieux et de la Terre. Comment pourrait-IL avoir un enfant alors qu’IL n’a pas de femme et qu’IL a créé Lui-Même toutes choses. Tel est Allah, votre Seigneur. Il n’y a pas de dieu en dehors de Lui, le Créateur de toutes choses. Adorez-LE donc. IL veille sur tout». (Sourate al-An’âm, 6: 100-102)

«Parmi Ses Signes sont la nuit et le jour, le Soleil et la Lune. Ne vous prosternez donc ni devant le Soleil ni devant la Lune. Prosternez-vous devant Allah Qui les a créés». (Sourate Fuççilat, 41: 37)

«Certains hommes prennent des associés en dehors d’Allah. Ils les aiment comme on aime Allah; mais ceux qui croient, aiment Allah avec plus d’ardeur». (Sourate al-Baqarah, 2: 165)

Si l’adoration et la soumission ont pour but de demander l’assistance, elles font partie du droit exclusif d’Allah, étant donné qu’IL est le seul à pouvoir satisfaire les besoins des créatures.

À lire aussi: Le monothéisme du Coran: La supplication (Partie 3)

«Dis: “Invoquerons-nous au lieu d’Allah ce qui ne peut ni nous être utile ni nous nuire”.» (Sourate al-An’âm, 6-71)

Par ailleurs, si l’adoration et la soumission d’un être imparfait sont dues au fait qu’il est irrésistiblement attiré vers la gloire et la majesté d’un être parfait, là encore, c’est Allah qui y a un droit exclusif, puisque c’est Lui Seul qui mérite un tel amour et une telle dévotion.

L’Unicité concernant la soumission et l’obéissance

Du point de vue coranique, l’obéissance est de deux sortes:

1. Une obéissance accompagnée d’une soumission totale et d’un abandon inconditionnel à ce qu’on demande à un homme de faire.

Selon la conception coranique de l’Unicité, cette sorte de soumission – qui est en réalité une “servitude” – est due uniquement à Allah, et nul autre ne la mérite.

À lire aussi : La Religion; la Loi Divine est supérieure aux autres lois (Partie 3)

2. Une obéissance à ceux qui exercent sur nous un contrôle légitime, parce que nos intérêts ou les intérêts publics, ou tout simplement l’instinct humain nous obligent à leur obéir. Tel est le cas de l’obéissance au Prophète, à l’Imam et à ceux qui le représentent vraiment pendant la période de son occultation. (Pour plus de détails sur ce sujet, voir: Dr Murtaza Mutahhary: “Master et Mastership”, Islamic Seminary Publications, 1980). La même chose s’applique à l’obéissance aux parents, etc…

Cette sorte d’obéissance est conditionnelle. Elle est obligatoire, à condition que ceux qui sont en position de donner des ordres ne transgressent pas les limites de la Loi et de l’équité. On est obligé d’apprécier sous cet angle chaque instruction qu’on reçoit d’eux et on doit s’abstenir de les suivre s’ils sont opposés à la Loi et à la justice. On ne doit pas obéir à une instruction contraire à la Loi divine, car aucune créature ne doit être obéir lorsqu’elle contrevient aux commandements du Créateur. Bien sûr, dans le cas du Saint Prophète et des Imams, leur infaillibilité suffit à les mettre à l’abri d’une telle éventualité, car ils ne peuvent pas être soupçonnés de dire quelque chose qui soit contraire aux Commandements d’Allah.

Donc, cette sorte d’obéissance n’est pas absolue et ne doit pas impliquer une soumission aveugle et inconditionnelle.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here