PARTAGER

SHAFAQNA – Ce qui suit fait partie d’un sermon du vendredi par feu l’ayatollah Fadlallah de la mosquée de al-Imamayn al-Hassanayn à Haret Hreik, le 1 Ramadân 1430 / 21 août 2009 :

Le désaccord au sujet du début du mois

Dieu, le Très-Haut, dit dans Son Noble Livre : ((Le mois de Ramadan est celui au cours duquel le Coran fut révélé pour servir de bonne direction aux gens, de signes évidents de direction et de discernement)) (Coran II, 185). Nous gardons toujours notre avis et nous soutenons qu’aujourd’hui est le premier jour du mois béni de Ramadân. Le désaccord qui sépare notre avis de celui des savants sunnites et chiites est un désaccord de méthode. Ceux-là adoptent la méthode de la vision alors que nous-mêmes, nous adoptons les calculs astronomiques rigoureux qui ne connaissent jamais l’erreur. A chacun son avis et sa responsabilité.

Le mois de la bénédiction et du pardon

Avec l’arrivée du mois de Ramadân, nous nous inspirons à partie du Livre de Dieu et de la Sunna de Son Prophète (P), que ce mois a pour but d’instaurer une méthode éducative, culturelle et spirituelle qui couvre l’année dans sa totalité. C’est ce que nous constatons des paroles prononcées par l’Imâm ‘Alî (p), le jour de la fête, et dans lesquelles il a dit : “Chaque jour où Dieu n’est pas désobéi est une fête“.

L’Imâm ‘Alî (p) a dit : “Un jour, le Messager de Dieu (P) nous a adressé un discours (il n’a pas donné le jour exacte de discours) dans lequel il a dit : “O gens! Le mois de Dieu vous est venu (Tous les mois sont des mois de Dieu, car Dieu est le Créateur du temps. Mais le mois de Ramadân est destiné à être celui pendant lequel les gens reviennent à Dieu, de sorte que leurs raisons, leurs cœurs et leurs vies soient consacrés à Dieu. De sorte que tout ce qui est chez l’homme soit destiné à Dieu) en vous apportant la bénédiction, la miséricorde et le pardon. Dieu, le Clément et le Miséricordieux, bénie Ses serviteurs en ce mois et leur offre Sa bénédiction. Lorsque la bénédiction de Dieu touche l’homme, elle représente le bonheur tout le bonheur. La bénédiction que Dieu offre en ce mois n’a pas de pareille lors des autres mois. La miséricorde de Dieu est celle que Dieu prodigue toute action de l’homme dans cette vie. Il lui offre Sa grâce et lui facilite ses affaires. Lors de ce mois, Dieu, le Très-Haut, pardonne chaque nuit à celui qui Lui demande le pardon. Le pardon de Dieu y englobe même les fautifs et les pécheurs.

Ce mois vient donc tout chargé de bénédiction, de bénédiction, de miséricorde et de pardon. Nous devons en profiter car il nous rapproche davantage de Dieu, il nous expose davantage à l’amour de Dieu et nous appelle davantage à aimer Dieu. C’est un mois qui est, pour Dieu, le meilleur des mois. Ses jours sont les meilleurs parmi les jours ; ses nuits sont les meilleures parmi les nuits et ses heures sont les meilleures parmi les heures. Les jours, les nuits et les heures de ce mois se distinguent des jours, des nuits et des heures de tous les autres mois.

L’hospitalité de Dieu

C’est un mois pendant lequel vous êtes appelés à être les convives de Dieu : Dieu nous dresse pendant ce mois sa grande et immense table aux délicieux mets. Il ne s’agit pas d’aliments destinés à remplir l’estomac de l’homme, mais d’une table grâce à laquelle l’homme vit pour nourrir sa raison en matière de vérité, son cœur en matière de bien et sa vie en matière de piété. Les convives de Dieu qui ont mérité d’être honorablement traités par Lui : Dieu traite honorablement et généreusement Ses serviteurs lors de ce mois. Il leur y offre la dignité qui élève l’humanité de l’homme. Le Noble Coran dit à ce propos : ((Nous avons singulièrement avantagé les Fils d’Adam)) (Coran XVII, 70). Les avantages donnés par Dieu à l’homme lors de ce mois sont les plus grands.

Les vertus du jeûne pendant ce mois 

 Lors de ce mois, vos souffles sont des psalmodies, Dieu consigne nos souffles et les considère comme des psalmodies, même si nous n’en prononçons aucune. Votre sommeil est adoration, lorsque celui qui fait le jeûne s’endort pour retrouver les forces nécessaires pour adorer Dieu, Dieu considère son sommeil comme étant de l’adoration. Vos bonnes actions sont agréées et vos implorations sont exaucées. Dieu y agrée toutes nos bonnes actions. Il écoute nos implorations au sujet de nos besoins, nos souffrances et nos soucis, et Il les exauce. Ouvrez-vous donc à Dieu, en vous engageant dans ce mois.

Priez Dieu donc, avec des intentions sincères et des coeurs purs, que vos prières soient des prières sincères et que vos intentions soient des intensions sincères. Que vos cœurs soient purs sans rancunes, sans polythéisme, sans animosité et sans haine. Qu’ils soient emplis de tout le bien et de tout l’amour. Priez Dieu donc, avec des intentions sincères et des coeurs purs, de vous faire réussir à jeûner (pendant ce mois); car le jeûne –pour celui qui le peut- procure une protection contre le Feu; et à réciter Son Livre car, pour Dieu, le Coran est une méthode qui nourrit la culture spirituelle et morale de l’homme ainsi que son action pratique. Nous devons donc réciter le Coran d’une récitation visant à le comprendre. Le malheureux est celui qui se trouve privé du pardon de Dieu pendant ce mois auguste. Car ce mois est celui de la moisson et si l’homme perd la moisson, il ne pourra pas gagner lorsqu’elle sera terminée.

Les devoirs moraux de celui qui jeûne

Le Prophète (P) nous demande de nous rappeler, en pratiquant ce jeûne avec lequel nous éprouvons la faim et la soif, les moments où nous seront conduits, pour le Jugement, devant Dieu, au Jour de la Résurrection. Ces moments dans lesquels la faim et la soif pourraient être très longs. Nous devons nous rappeler, en éprouvant la faim, pendant le jeûne, dans ce monde-ci, la grande faim du Jour de la Résurrection. Tu dois le faire, en étant fidèle envers Dieu, pour réduire l’intensité et la durée de cette faim. A ce propos, le Prophète (P) poursuit en disant :

” Par votre faim et votre soif lors de ce mois, pensez à la faim et à la soif au Jour de la résurrection. Donnez l’aumône aux pauvres et aux démunis parmi vous. En éprouvant la faim, cela vous permet de savoir comment d’autres gens éprouvent la faim.

Respectez vos vieillards, car le vieillard a vécu en Musulman avant vous. Il a vécu son expérience avant que vous ne viviez pas la vôtre. Il ne s’agit pas d’obéir au vieillard sur toute la ligne, mais de le respecter.  Et soyez compatissants avec vos enfants. Soyez cléments avec eux lorsqu’ils commettent des erreurs, pour leur peu d’expérience.  Soyez respectueux de vos liens du sang, car respecter les liens de parenté prolonge la vie et rapproche l’homme de Dieu. Contrôlez vos langues, écartez-vous de la médisance et des paroles perverses…  Baissez vos regards pour ne pas regarder ce qui vous est illicite de voir et détournez vos oreilles pour ne pas entendre ce qui vous est illicite d’écouter. Il existe des choses que Dieu n’aime pas que l’homme écoute, comme c’est le cas des chansons qui excitent les désirs et les instincts et qui encourage à commettre les fautes.  Soyez tendres et généreux à l’égard des orphelins des autres pour que vos propres orphelins soient traités avec tendresse et générosité. Il existe des orphelins dans la société, vous devez vous sentir responsables de les entretenir et de les éduquer, pour que vous soyez comme leurs pères. Parmi les recommandations faites par ‘Alî (p) vers la fin de sa vie, on signale celle dans laquelle il a dit : “Craignez Dieu, craignez Dieu dans le traitement que vous réservez aux orphelins. Ne les affamez pas et ne permettez pas qu’ils soient ignorés en votre présence“.

Repentez-vous à Dieu de vos péchés. Que chacun d’entre vous se représente ses péchés, et qu’il demande à Dieu de les lui pardonner, Lui qui accepte le repentir des Ses serviteurs et qui pardonne pour les péchés.  Et levez vos bras pour L’invoquer aux moments de votre prière car ces moments sont les meilleurs des moments. En priant, l’homme fait l’ascension de son âme vers Dieu. Etant proche de Dieu, l’homme doit Lui demander ce dont il a besoin. Il doit L’invoquer et Le solliciter. Lors de ces moments, Dieu regarde ses serviteurs avec l’œil de la miséricorde. Il répond favorablement lorsqu’ils Lui adressent leurs prières ferventes et Il leur donne lorsqu’ils l’appellent et L’invoquent. Il s’agit là de la prière fervente et sincère qui jaillit du fond du cœur.

O gens ! Vos âmes sont les prisonnières de vos actions. C’est ce que Dieu a dit dans le Noble Coran en disant : ((Toute âme assumera le poids de ses œuvres)) (Coran LXXIV, 38). Libérez-les donc en demandant le pardon de Dieu. Comme vous pays de l’argent pour vous libérer d’un gage auprès des hommes, vous êtes endettés envers Dieu et vous devez demander pardon à Dieu pour vous libérer de vos gages. Vos dos sont ployés sous les charges de vos péchés, allégez donc vos charges en vous prosternant longuement et sachez que Dieu a juré par Sa grandeur de ne pas torturer ceux qui prient et ceux qui se prosternent et de ne pas les terroriser par le Feu le Jour où les gens se dresseront devant le Seigneur des Mondes. O gens quiconque parmi vous donnerait à un croyant de la nourriture pour rompre son jeûne lors de ce mois aura, de la part de Dieu, une récompense équivalente à l’affranchissement d’un esclave, et tous ses péchés seront pardonnés. Il s’agit de l’inviter chez toi et de lui présenter suffisamment de nourriture, surtout s’il est pauvre.

O gens ! Celui qui d’entre vous améliore pendant ce mois son caractère aura un passage facile sur le pont jeté au-dessus de l’Enfer, le Jour où les pas glisseront. Certaine personnes ne supportent pas, sous le prétexte du jeûne, qu’on leur adresse la parole. Mais comme tu jeûnes en t’abstenant de la nourriture et des boissons, tu dois également jeûner en t’abstenant de t’emporter contre les autres ou de les traiter injustement.Celui qui, pendant ce mois allège les tâches de ses serviteurs aura un jugement plus facile : Lorsque des employés travaillent pour nous, nous devons alléger les tâches de nos employés et de nos ouvriers qui font le jeûne.

Celui qui s’empêche, lors de ce mois, de faire du mal, n’encourra pas la colère de Dieu, le Jour où il Le rencontrera. Celui qui y traite généreusement un orphelin sera traité généreusement par Dieu le Jour où il Le rencontrera. Celui qui y fait du bien envers ses proches verra Dieu lui faire du bien, le Jour où il Le rencontrera, et celui qui y rompt avec ses proches, verra Dieu lui interdire Sa miséricorde, le Jour où il Le rencontrera. Celui qui y fait une prière recommandée verra Dieu lui écrire un acquittement du Feu. Celui qui s’y acquitte d’une obligation aura la récompense de soixante obligations parmi celles des autres mois. Celui qui y prie fréquemment sur moi verra Dieu alourdir sa balance, le jour où les balancesseront allégées. Celui qui y récite un Verset du Coran aura une récompense équivalente à celle que celui qui récite la totalité du Coran pendant un autre mois“.

Et le Prophète (P) de poursuivre : “O gens ! Les portes des Paradis sont ouvertes lors de ce mois ; implorez donc Dieu de ne pas les fermer devant vous. Les portes de l’Enfer y sont fermées ; implorez donc Dieu de ne pas les ouvrir devant vous. Les démons y sont enchaînés, Implorez donc Dieu de ne pas les laisser se déchaîner contre vous“.

Les meilleures actions lors de ce mois

Alî (p) a dit : “Lorsque le Messager de Dieu (P) a prononcé ces derniers mots, je me suis levé et j’ai dit : ‘O Messager de Dieu ! Quelles sont les meilleures actions dans ce mois ?’. Il a répondu : ‘O Abû al-Hassan ! Les meilleures actions dans ce mois sont le fait de ne pas transgresser les interdits de Dieu“.

Ce mois béni est un mois éducationnel et spirituel à travers lequel nous tentons d’obtenir des places plus proches de Dieu. Nous tentons d’agir dans le sens de faire le bien à tous les gens. Nous devons donc être assidus pour obtenir tous les dons de Dieu et les gains que nous assure ce mois et pour acquérir tout ce qui ne rapproche de Dieu, le Très-Haut, afin d’en tirer profit lorsque nous comparaîtrons devant Dieu, ((Le jour où ni les richesses, ni les enfants ne seront utiles, sauf pour ceux qui iront à Dieu avec un cœur pur)) (Coran XXVI, 88-89).

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here