PARTAGER

SHAFAQNA – Imam Hussain : Les musulmans du monde entier accueillent le Mois Sacré du Ramadan dont le début est une miséricorde, le milieu un pardon et la fin une délivrance à l’encontre l’Enfer. Ainsi, ils jeûnent durant le jour et prient pendant la nuit.

Le Jeûne est une prescription Divine antérieure à la révélation du Coran, comme mentionné dans le verset : (O les croyants ! On vous a prescrit le jeûne comme on l’a prescrit à ceux d’avant vous, ainsi atteindrez-vous la piété).

Ainsi, Dieu le Très Haut a associé le Jeûne au Saint Coran de sorte qu’ils soient liés l’un à l’autre. En effet, la relation entre le Jeûne et le Saint Coran est ferme et profonde. Ce qui explique l’attachement tout particulier du Messager d’Allah (saw) envers le Saint Coran durant le Mois du Ramadan.

Il est une période de culte durant laquelle le Législateur Sacré a ordonné de s’abstenir provisoirement de manger, de boire et de commettre tout acte qui annule le jeûne. Ce rite comprend aussi un aspect éducatif profond car il participe d’une manière significative à l’affinement du comportement humain et au développement de ses qualités.

En premier lieu, les signes de l’éducation se manifestent au travers de l’invitation bénie par laquelle Allah le Très Généreux convie ses serviteurs, afin de les combler de son hospitalité et de les placer dans des conditions psychologiques favorables et un terrain éducatif propice à l’éclosion des qualités vertueuses.

Ainsi, afin de faire part des sensations perçues par les visiteurs de la Sainte ville de Karbala, à l’égard de la façon de bénéficier du Mois Béni de Ramadan, la revue Hussein Renaissance a préparé cet article.

À lire aussi : Ramadan en Turquie : moment de ferveur spirituelle

La revue a interviewé le responsable de l’Institut al-Zaynabi’a à Istanbul, Cheikh Hamid Tawrân, qui dit :

“Le Mois du Ramadan se distingue par ses particularités uniques lorsque nous y témoignons de Laylatou al-Qadr (La Nuit du Destin). Nuit qui incite les musulmans à se détacher des plaisirs mondains qui constituent une déchéance au regard de l’Islam. Il se distingue aussi par les manifestations des chaires husseinites qui durant ce mois béni ont pour vocation d’appeler publiquement les gens à embrasser l’Islam et l’École d’Ahlul-Bayt (as) et aussi d’exhorter l’humanité toute entière à cohabiter en paix avec toutes les sociétés, et d’illustrer les sciences d’Ahlul-Bayt (as) à l’occasion de ce mois béni.

Nous devons implorer Allah le Très Haut afin de nous préserver des esprits maléfiques, qui désobéissent à Allah le Tout-Puissant durant le Mois de Ramadan, le meilleur des mois. Ce mois renferme des moyens variés qui nous permettent de se rapprocher d’Allah le Très Haut. C’est pourquoi, si l’homme désobéit alors qu’existent de tels moyens, il s’éloignera du Pardon Divin le Jour du Jugement.

Cet appel incite l’homme à se préserver de l’Enfer à l’occasion de ce Mois Béni. En effet, le Prophète (as) disait : “le malheureux est celui qui est privé du pardon d’Allah dans ce mois”. C’est l’exemple d’Ibn Maljam al-Mouradi (que la malédiction d’Allah soit sur lui) qui assassinat à coup de sabre le Prince des croyants, Ali Ibn Abî Taleb (as) dans son sanctuaire, durant la prière, au sein du mois Sacré du Ramadan.

Une occasion de communiquer et de transmettre le message 

L’imam Sayed Sa’îd Jawad Widâ’î al Bahreïni : “nous profitons de cette période de culte afin d’adorer, de se connecter à Allah le Tout-Puissant au travers de l’Islam et de mettre en pratique les enseignements transmis par Ahlul-Bayt (as), ainsi que d’exhorter les musulmans à respecter les principes et les valeurs de la religion islamique authentique. Car les gens commencent à s’éloigner de la véritable religion”.

“En ce qui concerne l’aspect de la transmission religieuse, il s’agit d’inviter les autres à se conformer à l’Enseignement d’Ahlul-Bayt (as). Et l’acteur de cette opération doit être spécialiste en sciences islamiques, éloquent et être en mesure d’apporter les arguments convaincants. De sorte qu’il puisse guider les gens avec sagesse et bons conseils, tout en mettant la lumière sur les faits dissimulés par les détracteurs qui tentent d’effacer l’identité de la religion islamique incarnée par l’École d’Ahlul-Bayt (as)”, ajoute-t-il.

Pour conclure, Sayed Sa’îd a dit “nous devons fortifier le lien entre les gens par la communication que ce soit dans les maisons ou dans les mosquées, en évoquant la moralité et les concepts qui nous conduisent à prendre le chemin d’Allah le Bienveillant. Et bien sûr, les religieux se doivent d’être des modèles de modestie et de vertu.

Nombreux programmes durant le Mois de Ramadan au Ghana

Cheikh Mahmoud Ibrahim Toussi du Ghana a dit : “Pendant le Mois de Ramadan et conformément au Saint Coran qui dit : “Par la sagesse et la bonne exhortation appelle (les gens) au sentier de ton Seigneur. Et discute avec eux de la meilleure façon”, ces versets décrètent que l’exhortation est une obligation pour tout musulman. Alors, pour que la semence de la transmission germe dans les esprits des musulmans, on doit profiter du Mois de Ramadan et concevoir des programmes spéciaux dans le but de procurer davantage de bienfaits.

Au Ghana les programmes durant le mois de Ramadan comportent plusieurs activités, y compris de fournir de  la nourriture dans nos mosquées en faveur des jeûneurs sans distinction entre chiites et sunnites.

À lire aussi : En images: le deuxième vendredi soir du Ramadan dans le sanctuaire d’Abou al-Fadl Abbas (A.S)

À travers cette pratique nous sommes parvenus à faire découvrir la vérité à beaucoup de personnes, qui désormais y adhèrent et s’y maintiennent grâce aux qualités qu’elles ont trouvées chez les adeptes d’Ahlul Bayt (as) : l’esprit de fraternité, les valeurs morales et la religion”.

Mahmoud Ibrahim conclut ainsi: “nous avons plusieurs programmes dont nous profitons, y compris les évènements culturels et religieux d’Ahlul-Bayt (as). En ce qui concerne la diffusion nous ne rencontrons aucune difficulté, car nous pratiquons la méthode du Saint Coran qui est celle d’inviter toutes les tendances qu’elles soient islamiques ou non”.

Un mois de la miséricorde et de l’harmonie sociale

Cheikh Rabi’a Qabissi, l’imam de la mosquée de l’Imam Mahdi, de Jabal Amel au Liban : “le mois de Ramadan est un mois de miséricorde, car Allah le Tout-Puissant ouvre les portes de Sa miséricorde en fermant celles de l’Enfer. Cette occasion ne se présente qu’une fois dans l’année, et qui sait si l’an prochain nous serons en vie”.

Cheikh Qabissi ajoute: “tous les musulmans, notamment les jeunes, doivent prendre conscience de  l’importance de ce Mois Béni qui apporte la bénédiction et la miséricorde aux jeûneurs. La vertu médicale du jeûne a été prouvée scientifiquement. Quant à son importance spirituelle et intellectuelle, elle se manifeste par le rajeunissement de l’être humain qui lui permet d’ouvrir une nouvelle page de la vie.

En résumé, je conçois le mois de Ramadan comme un rechargement de l’énergie par le culte. Alors je conseille aux jeunes d’être patients et d’endurer la chaleur de ce mois, car la soif du Jour du Jugement est insatiable et inextinguible. Alors, si nous ne sommes pas capables d’endurer cette soif, comment pourrions-nous endurer la soif de l’au-delà ? Et comment pourrions-nous incarner la cause de l’Imam Mahdi (que son apparition bénie soit précipitée)”.

En conclusion, Qabissi a dit: “le musulman doit s’acquitter, à l’occasion de ce mois, des bonnes pratiques relationnelles (visiter les membres de sa famille, établir les liens entre les différentes tendances sociales. C’est-à-dire, je dois rendre visite à mon voisin musulman indépendamment de son appartenance idéologique. En effet, les musulmans doivent s’entretenir mutuellement, et même se réunir autour de la même table afin de rompre le jeûne et éveiller l’amour entre eux”.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here